vendredi 27 janvier 2023

3853 lecteurs en ligne -

fraren

Niger : l’énigmatique audit du Ministère de la Défense nationale (Par Abdoulahi ATTAYOUB)

Abdoulahi ATTAYOUB Fond rouge

Au terme de son second mandat, le président Mahamadou Issoufou fait face à un scandale financier qui risquerait de ruiner définitivement ses espoirs de laisser un bilan honorable de son passage à la tête du pays.

Mon hommage à Abdel Kader Cissé Petit-frère, ami et complice de 40 ans (Par Djibril Baré)

Feu Kader cisse

22 Avril 1967 – 21 Mai 2020, Kader, ton père l’Inspecteur d’Etat Mahamadou Aldiouma Cissé qui, de son vivant, n’avait jamais rien fait au hasard, t’a choisi un nom des plus prestigieux, l’un des Noms de Dieu de notre religion signifiant « Tout-puissant ». Ce nom correspond parfaitement à ta personnalité car tu auras durant toute ta vie réussi à démontrer que tu sais te battre pour te faire une place au soleil.

LE RETOUR A L’ECOLE FACE AU COVID-19 (Par Moustapha Liman Tinguiri)

Moustapha Liman Tinguiri1La pandémie la plus médiatisée de tous les temps, le Coronavirus ou COVID-19, qui est d’ailleurs très loin d’être la plus meurtrière, a développé une peur, une angoisse exagérée dans le monde entier. Les raisons avancées seraient le fait qu’il n’existe pas encore de traitement ni de vaccin, ni de prise en charge médicale rapide pour contenir le COVID-19 et que la maladie se propagerait à une vitesse exponentielle et ferait des millions morts. Les pays occidentaux, fortement secoués après la Chine, et qui continuent de dicter la loi dans le monde, vont alors prendre des mesures draconiennes de prévention en vue de ralentir la propagation de la maladie, dans l’attente de trouver des traitements thérapeutiques ou vaccins pour sauver des vies humaines.

L’Occident n’a pas dit son dernier mot (Par Gado Alzouma)

Localisation regions Europe ONU

« Laisse-moi tranquille avec ton Orient. L’Occident n’a pas dit son dernier mot. Crois-tu que j’abdique, moi ? J’en ai encore pour des siècles. »

Romain Rolland, Jean-Christophe.

Comme à chaque fois qu’une crise d’importance planétaire survient, les futurologues, essayistes du dimanche et autres devins auto-proclamés reprennent du service pour annoncer des « bouleversements », des « transformations radicales » et l’avènement d’un monde nouveau, un monde où plus rien n’aura le sens et l’ordonnance des choses d’antan. Tour à tour, des inventions technologiques, des changements spirituels, des crises économiques ou même des pandémies comme dans le cas qui nous occupe ici, sont annoncés comme des forces qui auraient pour effet de révolutionner l’ordre social, de changer les rapports entre les hommes et entre les nations. Il semble même que nous assisterons bientôt à la chute de l’Empire, à la disparition progressive et irrémédiable de l’hégémonie occidentale, à l’émergence de la Chine comme puissance dominante et de ce qu’on appelait autrefois « les pays du tiers-monde ». C’est le crépuscule de « l’homme blanc » nous dit-on. Voici venus le temps de l’Orient et le temps de l’Afrique. Les signes annonciateurs de ce bouleversement cosmique, on les voit, paraît-il, dans les ravages occasionnés par la pandémie en Europe à l’inverse de « l’étonnante » (au fait, pourquoi « étonnante » ?) résilience de l’Afrique. On les voit aussi dans l’apparente incapacité de l’administration américaine à endiguer la pandémie, dans la récession économique sans précédent qui s’annonce, dans les difficultés de l’Europe à parler d’une seule voix et même dans la faillite des compagnies aériennes. « C’est la fin d’une illusion », proclamait récemment Zyad Limam, dans un éditorial de Jeune Afrique. La fin d’une illusion de grandeur…pour l’Occident s’entend.

Au Sahel, ne passons pas des bruits qui courent aux mots qui tuent !

mediafakendar

Depuis fin 2019, le Sahel fait face à une recrudescence du terrorisme. L’ancrage de ce fléau dans le paysage a conduit à augmenter la présence de forces étrangères déployées dans notre pays pour lutter contre le jihadisme. Des manifestations contre le soutien de ces troupes  tentent de s’organiser dans certaines villes. Certains événements particuliers ont ainsi exalté les discours anticolonialistes, déjà présents bien avant l’avènement des réseaux sociaux. Ces derniers continuent à propager leurs rumeurs et leurs bruits malsains, repris par des personnes nuisibles qui font le jeu de terroristes et des propagandistes.

Hommage à feu Ben Omar : adieu Maître ! (par Maman Aminou Amadou)

Benaminou

D’Allah nous venons et à Lui nous retournons ! Par le fait de la manifestation souveraine de sa volonté !  Je perds un maître et une bibliothèque ! Mohamed Ben Omar, est reparti à jamais pour l'origine d'où il vint à ce monde en 1965, aux environs du puits de Banda dans la zone pastorale de Tesker.

IN MEMORIAM OUMAROU Ali BEIDI, dit ALZOUMA : Adieu l’ami et frère de 50 ans et plus ! (Par Djibril Baré)

Alzouma Ali BeidiNé un vendredi 17 juin 1955 et rappelé à Dieu dans la nuit du vendredi 8 mai 2020, Alzouma, déclinaison de Aldiouma, nom donné aux peulhs nés ce jour Saint de notre religion. C’est dire que tu mérites véritablement ton nom Alzouma.

Hommage à Mohamed Ben Omar (Par Boussada Ben Ali)

Feu Ben Omar

Il fut Un homme humble, modeste, courtois avec un cœur plein de générosité, attaché à ses propres convictions et évitant au maximum de blesser son prochain. Pour lui la Duniya, ce bas monde n’est rien, il faut savoir laisser des bons souvenirs et c’est assurément ce qu’il nous lègue en nous quittant en ce mois béni de Ramadan. Il était si humble qu’il ne s’est jamais cru au dessus des autres quelque soit par ailleurs la fonction qu’il occupa soit au parlement soit au gouvernement. Il était accessible à tous. Il était si chaleureux et humain qu’il partageait ses repas avec ses chauffeurs, apprentis chauffeurs et gardes du corps ( que ce soit lors des missions ou à domicile) et pouvait s’arrêter pour saluer une personne qu’il reconnaissait dans la rue. Une de ses grandes qualités est qu’il était un homme loyal et dévoué à ses supérieurs hiérarchiques qu’il traitait avec le respect dû aux ainés. Quant à ses amis d’enfance et ses camarades de l’époque il ne les oubliait jamais et gardait vis à vis d’eux la même relation dans la plus grande simplicité. Il aimait tant sa famille et réservait une place privilégiée à sa mère et son petit frère Ali . Son épouse Aicha était par dessus tout la meilleure des épouses.

Libération de Soumaïla Cissé : nécessité d’une Approche globale inclusive et s’enquérir de ce que veulent les Djihadistes (Par Dr ANASSER AG RHISSA)

 Dr ANASSER AG RHISSA tribune mitchell

  1. Nécessité d’une Approche globale intégrant les représentants du Président et de toutes les forces vives du Mali ET s’enquérir de ce que veulent les Djihadistes

 

Le Mali est soumis à une crise multiforme à laquelle s’est ajoutée la pandémie Coronavirus. Dans un tel contexte, une approche globale est indispensable. Compte-tenu de l’enlèvement du Chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, depuis le 25 mars 2020, cette dernière doit intégrée le dialogue et la négociation, avec les Djihadistes, pilotés par le Président de la République et des représentants de la nation, afin d’aboutir à la libération dans les meilleurs délais de Soumaïla Cissé ET à une solution durable à la crise. 

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com