vendredi 2 décembre 2022

3267 lecteurs en ligne -

fraren

Mali : des rassemblements pour protester et condamner les « propos blasphématoires contre l’islam »

manifestation protestaion Mali 04 11 2022 BIS2

Des milliers voire des millions de personnes ont participé vendredi après-midi, à Bamako, à l'initiative du Haut conseil islamique du Mali (HCM), principale organisation islamique du pays, à une manifestation de protestation après la diffusion d'une vidéo contenant des "propos et actes blasphématoires" contre le Coran et l'islam. Sur les pancartes portées par les manifestants, sur le Boulevard de l'indépendance, on pouvait lire : "Non aux propos blasphématoires" ou encore "plus d'attaque contre l'islam et le prophète Mohamed". Le HCM a appelé à ce que l'auteur de cet acte soit "tué", selon les textes de l'islam.

Guinée : la junte ordonne des poursuites judiciaires contre Alpha Condé et 187 anciens responsables de l’Etat

Alpha Conde Ex Pr Guinee

Le ministre de la Justice guinéen, Charles Wright, a, dans une correspondance, ce jeudi 3 novembre, enjoint les procureurs généraux près les cours d’appel de Conakry et de Kankan « d’engager des poursuites judiciaires » pour des faits présumés de corruption, d’enrichissement illicite de blanchiment d’argent, faux et usage de faux en écriture publique, détournement de deniers publics et complicité contre 188 anciens cadres du régime d’Alpha Condé dont l’ancien Président renversé par un coup d'État.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Burkina Faso : Treize soldats tués et quatre blessés dans une nouvelle embuscade à l’Est du pays

Soldats Burkinabe dans voiture

Des sources sécuritaires ont confirmé la mort d’au moins treize soldats hier samedi, dans une embuscade tendue par des présumés  jihadistes  dans l’est du Burkina Faso. Quatre autres soldats ont été blessés et plusieurs terroristes ont été neutralisés dans cette attaque d’une unité des Forces de défense et sécurité, reliant Fada N’Gourma à Natiaboani.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Burkina Faso : des manifestants exigent le départ des forces françaises et la démission de 5 ministres reconduits

manifestation Ouagadougou 28 10 2022 BIS1

Suite à un appel d’une mobilisation à la veille, plusieurs centaines de personnes ont manifesté hier, vendredi 28 octobre 2022 à Ouagadougou contre la présence de la France au Burkina Faso. Les manifestants qui portaient des pancartes et scandaient des slogans tels que « France dégage », « France on en a marre », se sont rendus en divers endroits de la capitale burkinabè, dont la base de Kamboinsin, où sont stationnés quelque 400 soldats français. Ils exigent entre autres le départ de l’armée française du Burkina dans un délai de 72h et le départ sans conditions de 5 ministres qui ont travaillé sous le mandat de Damiba et qui ont été reconduits dans le gouvernement Kyélem.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Lutte contre le terrorisme : au Burkina, le capitaine Ibrahim Traoré exclu toute idée de faire appel au groupe Wagner  

Victoria Nuland

La sous-secrétaire d'Etat chargée des affaires politiques aux Etats-Unis, Victoria Nuland a déclaré que le Capitaine Traoré n'a « aucune intention d'inviter Wagner». Victoria Nuland, diplomate américaine a rencontré le Capitaine Traoré, le 20 octobre dans le cadre de la tournée qu’elle a effectuée en Afrique de l'ouest la semaine dernière. « Nous avons eu la chance de nous asseoir avec le président par intérim Traoré et son équipe de direction, y compris son ministre de la Défense. Il a été sans équivoque en disant que seul le Burkinabé défendra son pays. Ils n’ont pas l’intention d’inviter Wagner » a-t-elle confié lors d'un point de presse.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Burkina Faso : 18 terroristes neutralisés et 10 soldats burkinabé tués dans l’attaque de la base du 14e régiment interarmes de Djibo

Patrouille force armee Burkina Faso

18 terroristes ont été neutralisés et 10 soldats tués ce lundi 24 Octobre 2022 dans l’attaque terroriste qui a visé la base du 14e Régiment Interarmes de Djibo, ville sous blocus jihadiste depuis plusieurs mois et située, à 200 km au nord de la capitale Ouagadougou. L’attaque a également fait une cinquantaine d'autres blessés parmi les soldats burkinabés qui ont vaillamment riposté aux tirs directs et indirects de l'ennemi venu en nombre important, selon le communiqué de presse de la direction de la communication et des relations publiques des forces armées.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Macky Sall, Président du Sénégal : « Face au terrorisme, les opérations classiques de paix des Nations unies ont montré leurs limites »

Macky Sall Forum de Dakar 2022

Le Président sénégalais, Macky Sall, a pointé du doigt ce lundi 24 Octobre 2022, les limites des opérations classiques de paix des Nations unies face au terrorisme, soulignant qu’il est temps de changer la doctrine. Il a fait cette déclaration, lors de son allocution marquant la cérémonie inaugurale de la 8ème édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité dont le thème retenu est : « L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souveraineté ».

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Procès du 28 septembre en Guinée : Dadis Camara a "préparé" le massacre de 2009, accuse son ex-aide de camp

Moussa Dadis Camara proces

Le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, alias "Toumba" a accusé lundi, l'ex-dirigeant militaire guinéen Moussa Dadis Camara d'avoir "préparé" le massacre du 28 septembre 2009, devant le tribunal qui juge les auteurs présumés de cette tuerie. Moussa Dadis Camara, son aide de camp à l'époque et une dizaine d'anciens officiels militaires et gouvernementaux répondent depuis le 28 septembre devant un tribunal criminel de Conakry d'une litanie d'assassinats, viols et actes de torture commis lors de la répression d'une manifestation de l'opposition le 28 septembre 2009 et les jours suivants.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Mali : Ségou réclame le retrait de la MINUSMA

manifestation Segou depart MINUSMA BIS1

Le 22 septembre 2022 la population de la ville de Ségou, elle s'est élevée contre la présence d'armées étrangères au Mali. Au cours des dernières années, la MINUSMA au Mali a été sévèrement critiquée par la population. Déployée en 2013 la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation de l'ONU au Mali (MINUSMA) a pour l'objectif l’appui au processus politique, la protection des civils et la contribution à la stabilisation au Mali. Cependant, les Maliens estiment qu'au bout de 9 ans de présence, ces objectifs n'ont pas été atteints, qualifiant cette mission des Nations Unies d'inefficace. La MINUSMA souffre d'un manque de vision face aux besoins critiques de la population malienne.

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com