samedi 1 octobre 2022

3669 lecteurs en ligne -

fraren

Niger : Au nom de la concorde du 24 avril

Abdoulaye HASSANE DIALLO1Notre pays,  le Niger fête ce 24 Avril, l’anniversaire de la journée  de la Concorde. Une fête et un moment de ferveur, et souvenirs, de prières et de pensées  dédiées à tous les Nigériens morts dans la défense de  l'intangibilité nos frontières et de notre souveraineté.

Le Niger au rendez-vous de la démocratie

Amadou Bachirou

La vie politique nigérienne se structure autour d’un rendez-vous majeur : l’éviction du président de l’Assemblée Nationale. Acceptée dans son principe par les dispositions de l’article 89 de la Constitution du 25 novembre 2010, la destitution du président de l’Assemblée Nationale n’intervient, selon la lettre de cet article, qu’en cas de crise de confiance entre celui-ci et les députés.


Et l'initiative de la destitution et la mise en œuvre de la procédure sont laissées aux soins exclusifs des membres composant l’institution.

Mais le règlement intérieur de l’assemblée nationale, comme toute œuvre humaine, souffre d’imperfections. Il passe sous silence la procédure de destitution du président en cas de crise de confiance et entretient un flou certain qui provient de la rédaction même du texte car son corps n’est pas exempt d’erreurs, de contradictions et de lacunes.

En effet, la situation politique inédite qui détermine la marche démocratique actuelle au Niger, semble heurter bon nombre d’observateurs. Pourtant, cela semble participer à l’exercice de l’animation de la vie démocratique nigérienne confortant ainsi son statut de « laboratoire de démocratie » et participe dans le même temps à une sorte d’expérimentation de sa maturité démocratique. Cette situation quoique inopportune pour la majorité, est prévisible dans un régime semi-présidentiel où les alliances déterminent le plus souvent le destin politique. Le constituant nigérien, en parlant de crise de confiance entre le président de l’Assemblée nationale et les députés, semble s’être préparé à la situation où un député membre de l’opposition puisse diriger l’institution.

Il convient donc de noter que sur le plan politique, depuis une quinzaine d’années, la situation aura peu évolué avec une même alliance qui alterne au pouvoir autour des mêmes hommes, chacun défendant son pré carré contre les postes. Les hommes politiques nigériens manifestent peu de goût pour les idées.

Destitution ou auto-destitution du président, telle est la question à laquelle la majorité parlementaire semble vouloir à tout prix répondre. Il est clair que si le président de l’Assemblée nationale ne démissionne pas de lui-même (alors même que son maintien n’a rien de contraire à la Constitution, donc au bon sens), la majorité parlementaire mettra tout en œuvre pour le destituer sans complaisance. Il lui est donc loisible de s’appuyer sur la crise de confiance de l’article 89 de la Constitution pour justifier la nécessité de le destituer. Mais quand est-il alors de la mise en œuvre de la procédure ? Après le vote complet du bureau de l’Assemblée nationale, celui-ci se réunira en pour une proposition de modification du règlement intérieur. Cette modification portera sur un seul point, la détermination de la procédure de destitution du président prévu à l’article 94 de la Constitution et repris à l’article premier du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

C’est sur la validité, l’intelligibilité et l’objectivité de la procédure que va se tenir le débat en plénière les prochains jours. Ce débat, s’il est orienté sur les idées, de manière tout à fait démocratique et responsable, pourrait conduire les acteurs politiques qui concourent au sein de la représentation nationale à asseoir un précèdent important dans l’histoire démocratique de notre pays.  C’est pourquoi, opposition et majorité, doit s‘évertuer, dans un élan démocratique à élever la dignité du débat au sein de l’hémicycle.

Bachirou Amadou

{jathumbnail off}

A qui profite cette situation politique ?

barma yacouba

Aussi paradoxal que cela puisse être, la situation politique actuelle est un franc succès pour nos politiciens qui risquent de prendre, encore une fois, le pays en otage à travers des agissements qui ne répondent qu’à leurs propres intérêts. C’est vrai, c’est aussi ça la politique chez nous.

La colonisation Continue…..

sommet-franco-africain

Guerres civiles, dictatures, pauvreté, analphabétisme, malnutrition, coup d`états, génocide …... La situation catastrophique de l'Afrique en général  soulève de nombreuses questions. Pourquoi tant de misère dans des pays si riches en matières premières ?

AU NOM DU PEUPLE

Abdoulaye HASSANE DIALLOJe pense que le moment est opportun et d'ailleurs  très bien indiqué pour inviter encore et toujours  la classe politique Nigérienne et par ricochet  tous les pouvoirs africains démocratiquement mis en place par le peuple, à se ressaisir pour honorer les engagements pris au nom de celui-ci  En effet l'Afrique, ce continent qui a été le berceau de  de l'humanité,  mérite meilleur traitement   de la part de ses fils que des circonstances  ont conduits à prendre  en charge  la destinée de ses peuples.

Niger: L'Opposition signe sa reddition, ainsi soit-il!

signature-alliance-adr1

En optant pour la politique de la chaise vide ( ou par euphémisme le boycott), l'opposition parlementaire marque sa part d'irresponsabilité dans le traitement des questions cruciales pour le bien-être des populations. Cette opposition impose ainsi au peuple nigérien ses contradictions internes, en décidant de ne participer aux débats parlementaires, chaque fois que c'est un ministre "frondeur" d'un de ses partis qui est interpellé à l'assemblée nationale. C'est triste.

Politique politicienne, attention à l’effet boomerang !

amadou adamou bachir rouge« La Gloire, c’est moins vulgaire que la célébrité » disait Régis Debray. Dans un monde globalisé, l’horizon confortable que représentait l’Etat-Nation a perdu de sa netteté. Désormais, gouverner c’est savoir, c’est connaître. Seuls ceux qui possèdent la science utile à la compréhension d’un monde devenu multiple et contradictoire semblent en mesure de poser sur lui un regard informé.

Culture et Politique : prendre de la hauteur

Abdoulaye HASSANE DIALLO1Lorsque l'ancien  Chef d'Etat du Sénégal,  le Président Abdou DIOUF  avait été élu à l'Organisation Internationale  de la Francophonie  (OIF) comme le Premier responsable de cette noble institution, après être passé aux voix, je ne m'étais pas empêché de saluer ce geste, combien magnanime, courageux et  responsable, par un article publié dans Jeune Afrique.

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com