samedi 3 décembre 2022

4367 lecteurs en ligne -

fraren

Le Niger au rendez-vous de la démocratie

Amadou Bachirou

La vie politique nigérienne se structure autour d’un rendez-vous majeur : l’éviction du président de l’Assemblée Nationale. Acceptée dans son principe par les dispositions de l’article 89 de la Constitution du 25 novembre 2010, la destitution du président de l’Assemblée Nationale n’intervient, selon la lettre de cet article, qu’en cas de crise de confiance entre celui-ci et les députés.


Et l'initiative de la destitution et la mise en œuvre de la procédure sont laissées aux soins exclusifs des membres composant l’institution.

Mais le règlement intérieur de l’assemblée nationale, comme toute œuvre humaine, souffre d’imperfections. Il passe sous silence la procédure de destitution du président en cas de crise de confiance et entretient un flou certain qui provient de la rédaction même du texte car son corps n’est pas exempt d’erreurs, de contradictions et de lacunes.

En effet, la situation politique inédite qui détermine la marche démocratique actuelle au Niger, semble heurter bon nombre d’observateurs. Pourtant, cela semble participer à l’exercice de l’animation de la vie démocratique nigérienne confortant ainsi son statut de « laboratoire de démocratie » et participe dans le même temps à une sorte d’expérimentation de sa maturité démocratique. Cette situation quoique inopportune pour la majorité, est prévisible dans un régime semi-présidentiel où les alliances déterminent le plus souvent le destin politique. Le constituant nigérien, en parlant de crise de confiance entre le président de l’Assemblée nationale et les députés, semble s’être préparé à la situation où un député membre de l’opposition puisse diriger l’institution.

Il convient donc de noter que sur le plan politique, depuis une quinzaine d’années, la situation aura peu évolué avec une même alliance qui alterne au pouvoir autour des mêmes hommes, chacun défendant son pré carré contre les postes. Les hommes politiques nigériens manifestent peu de goût pour les idées.

Destitution ou auto-destitution du président, telle est la question à laquelle la majorité parlementaire semble vouloir à tout prix répondre. Il est clair que si le président de l’Assemblée nationale ne démissionne pas de lui-même (alors même que son maintien n’a rien de contraire à la Constitution, donc au bon sens), la majorité parlementaire mettra tout en œuvre pour le destituer sans complaisance. Il lui est donc loisible de s’appuyer sur la crise de confiance de l’article 89 de la Constitution pour justifier la nécessité de le destituer. Mais quand est-il alors de la mise en œuvre de la procédure ? Après le vote complet du bureau de l’Assemblée nationale, celui-ci se réunira en pour une proposition de modification du règlement intérieur. Cette modification portera sur un seul point, la détermination de la procédure de destitution du président prévu à l’article 94 de la Constitution et repris à l’article premier du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

C’est sur la validité, l’intelligibilité et l’objectivité de la procédure que va se tenir le débat en plénière les prochains jours. Ce débat, s’il est orienté sur les idées, de manière tout à fait démocratique et responsable, pourrait conduire les acteurs politiques qui concourent au sein de la représentation nationale à asseoir un précèdent important dans l’histoire démocratique de notre pays.  C’est pourquoi, opposition et majorité, doit s‘évertuer, dans un élan démocratique à élever la dignité du débat au sein de l’hémicycle.

Bachirou Amadou

{jathumbnail off}

.

Commentaires  

0 #1 Gafili 27-04-2014 08:59
Nul ou excellent, c'est bizarre que cet article soit lu 643 fois sans aucun commentaire. Une majorité bâtie sur un achat de conscience repose sur une plate-forme fragile. L'incertitude plane à tout moment dans le camp de cette majorité car pour un oui ou un non d'aujourd'hui ou de demain un basculement est toujours possible. Il n'est pas à l'insu de nombreux observateurs que la force de cette majorité depuis un certain temps, ce n'est pas le PNDS mais quelques partis moyens qui profitent du départ de l'allié principal qu'était Lumana pour jouer au plus offrant mettant en avant leurs intérêts bien sûr au détriment de ceux du peuple sinon ça casse et ça rebelote.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Ko ka ki 28-04-2014 00:12
Même si ce n'est pas excellent, c'est loin d'être nul. L'auteur avance ses idées sans parti pris et généralement les internautes commentent soit pour supporter quand l'idée appuie leur opinion politique et critiquer dans le cas contraire.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #3 dan zaki 28-04-2014 14:43
Citation en provenance du commentaire précédent de Ko ka ki :
Même si ce n'est pas excellent, c'est loin d'être nul. L'auteur avance ses idées sans parti pris et généralement les internautes commentent soit pour supporter quand l'idée appuie leur opinion politique et critiquer dans le cas contraire.

tu as bien dit KO KA KI.
mais le président de la république peut dissoudre l'assemblée pour se débarrasser une fois pour toute du président de l'institution, sachant que le camps présidentiel avait connu des adhésion massives
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Niger 01-05-2014 15:43
Citation en provenance du commentaire précédent de dan zaki :
Citation en provenance du commentaire précédent de Ko ka ki :
Même si ce n'est pas excellent, c'est loin d'être nul. L'auteur avance ses idées sans parti pris et généralement les internautes commentent soit pour supporter quand l'idée appuie leur opinion politique et critiquer dans le cas contraire.

tu as bien dit KO KA KI.
mais le président de la république peut dissoudre l'assemblée pour se débarrasser une fois pour toute du président de l'institution, sachant que le camps présidentiel avait connu des adhésion massives

La dissolution de l'AN par le president serait la mort politique du PNDS. Il sait comment son parti a pu avoir tous ces de[mot censuré]s(la disqualification des candidats des autres partis au profit du PNDS par Salou).
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com