NITA Fond Site Web 675 x 240

 africains anti CFA

Une grande partie de l’hégémonie française dans l’Afrique est due à la domination de Paris sur l’économie africaine. Mais comment cette hégémonie a-t-elle commencé ? Comment la France a pu maintenir son contrôle sur ses anciennes colonies même après l’indépendance ? C’est ce que nous découvrirons dans cet article.

Durant la période de signature des résolutions sur l'indépendance des pays d'Afrique francophone, la France a signé avec les chefs d’État africains un pacte de coopération prioritaire en échange de leur indépendance. Ce pacte a permis à la banque centrale française à Paris de prendre le contrôle de 85% des réserves des banques centrales africaines. D’après les dernières statistiques, environ 500 milliards sont injectés chaque année pour alimenter l'économie française depuis les anciennes colonies.

Après plusieurs décennies de la signature de ces accords, l'ancienne puissance coloniale a réalisé économiquement une énorme montée en puissance grâce à ses atouts représentés dans le développement de ses investissements sur le continent africain, et également son contrôle total sur le système monétaire à travers la création du « Franc CFA », abréviation de « Colonies Françaises d'Afrique » de 1945 à 1958, changée pour devenir « Communauté française d'Afrique » en 1960.

Rappelons que le franc CFA est imprimé à Chamalières par la Banque de France depuis sa création, ce qui a aidé la France de maintenir son rôle de domination économique sur les économies de 14 pays du continent africain, dont 12 de ses anciennes colonies.

En effet, la présence de cette monnaie dans ces pays sert directement les intérêts de la France, et contribue à remplir son budget chaque année, tandis qu'elle entraîne les pays d'Afrique de l'Ouest dans des crises économiques successives en raison du manque de ressources financières, ce qui provoque l’instabilité interne et l'intervention occidentale à chaque fois dans la région.

Afin de d’assurer une souveraineté économique et lutter contre l’insécurité dans le futur proche, le Mali, Niger et Burkina Faso, pays de l'Alliance des États du Sahel (AES) évoquent la création d'une nouvelle monnaie. Selon le dirigeant du Niger, la première étape de cette révolution a été le retrait des pays de la CEDEAO, qui joue un rôle d'institution économique de Paris dans la région ouest-africaine.

Par Seydou Diakité



Commentaires

1
Un nigérien
1 mois ya
La France ne contrôle pas le CFA, c'est la BCEAO et pas la CEDEAO. Mais la France assure la parité avec l'euro. Sans le CFA on va toujours dévaluer comme le Sidi ou le Neira. Ce sont les pauvres qui vont payer les dévaluations, comme toujours.
Like J'aime like love 2 Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1685 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
512 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
307 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
450 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
339 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
346 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2272 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages