mercredi, 22 novembre 2017

Nous avons 21915 invités et aucun membre en ligne

French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Forfait-Albarka 1200X500px-min

Abdoulaye HASSANE DIALLO

  Actualité    oblige.  Je  diffère  la  rédaction  de ma  série  de Géopolitique  sur  le Panafricanisme  ,  Mythe  ou  Réalité  pour  me  consacrer  cette  fois  ci , aux  évènements  qui  ont eu  lieu  sur  notre  continent Africain.   Après  plus  de   6O  ans   de  Souveraineté  et  des  éternels  retours  à  la  case  départ ,  par  des  renversements  militaires   ou  des coups  d’  Etats  civils,  nos pays, nos  Etats  et  nos  Nations,  cherchent  encore  leur  voie. 

Nous  tentons  d’analyser  ici  les  raisons,  en  cherchant  à   nous  poser des  questions  pertinentes  qui   nous  viennent  à l’esprit .  Dans  cette  contribution  que  nous vous livrons,  nous évoquerons  la  difficile  marche de  notre  pays,  le  Niger vers  son   indépendance.  Avant  d’aborder  les  divers  changements   politiques   dont  furent  victimes  les  populations .     Nous  profiterons également  pour  voir  rôle   de notre  capitale  Niamey  au  sein  de la  gestion  du pouvoir  et surtout  l’image  qu’elle  doit revêtir   à  l’endroit   des  touristes.

LA LONGUE MARCHE DUNIGER VERS SA SOUVERAINETE

En   effet , un pays,  disons  un  Etat  doit   d’abord  se  construire à   partir   de  sa  Capitale,  miroir  et  surtout  le  centre  d’intérêts  des  populations  qui   s’y  reconnaissent   et  qui  doit  demeurer  leur  fierté.

C’est  à  partir  d’une  Capitale que  le  pays  prend  son  envol  pour  s’imposer  aussi  aux  autres  Etats   afin   de s’incruster  dans  la   chaine  Panafricaine qui  nous  donnera   notre  place au niveau  Continental.   Parce  que  chaque  édifice  a  besoin  d’une  solide  Fondation  pour   résister   et   se pérenniser.  La   construction  étant  un  puzzle ,  il   doit  en  être  ainsi   aussi   pour  se  développer . Elle repose sur une  logique  également.   J’y  ai  d’ailleurs  fait allusion   dans  mon livre «  Construire  le Niger «  publié  en    Décembre  2001 à  Niamey  Niger. 

LE NIGER : REGARD CROISE    

Notre  pays,  tous  comme  les  autres , a  connu  pour  sa part  60  ans  de colonisation    avec  des  évolutions en dents de  scie  qui  lui  permirent  aussi  de  se  prendre un  jour  en  charge. Mais,  avec   quelques  fois  des hauts  et  des  bas  comme  dans  toute  rencontre   et  choc  de cultures. Parce  que   l’histoire  du   Niger  se  confond   avec   celle  de  toute   l’Afrique   qui   fut   explorée ,  occupée,  colonisée  et  administrée. 

                      C’est  aux  environs  des années  1880 mais  plus précisément  en  1884   que  débuta  en  Novembre  le   partage   de l’Afrique  en  possessions  coloniales   et  qui   se  poursuivra  jusqu’en   1886. Mais,  c’est   entre   1899  et 1900  que  des  accords  franco-  britanniques   vont  délimiter  le  territoire  nigérien ,  comme  l’ a  écrit  Jean  Claude   MAGNAN  « La  difficile Démocratie   du  Niger  »  Editions CHEAM,  Paris  2000. C’est  ainsi  que  les  villages  de Dori  et  de  Fada  N’Gourma   qui  étaient  inclus  dans le Territoire  du  Niger, furent   rattachés  dans   les   années  1947   à  la  Haute  Volta ,  actuel  Burkina  Faso. Comme  partout  en Afrique, les  frontières  avaient  été  mal   définies  et  imposées  par  le colonisateur  Cet  aspect  des  frontières   a  été   d’ailleurs   dénoncé plusieurs  fois  par   des intellectuels  africains  ou  non  pour  l’avoir  jugé     arbitraire. L’écrivain,  Wolé  Soyinka  a  également ,  longuement  traité  la  question  comme  étant  «   un  vrai  frein  au  développement  et  à  l’émancipation  des  Peuples  africains ,  divisés   et  séparés  jusque  dans  leur intimité ». «ll  faut  redessiner   l’Afrique »  ne  cessait  de répéter  et de marteler    le  Prix  Nobel  de Littérature ,  Wolé  Soyinka  qui   ajoutait   que   « nous  devons  nous  asseoir,  prendre   une   équerre  et  un  compas  et  donner  des  nouvelles  frontières  aux  Nations  africaines. II  y a cent  ans ,  les    puissances  coloniales  qui  gouvernaient  l’Afrique,   se réunissaient    à  la  Conférence  de   Berlin   pour  délimiter   les   pays    selon  leurs  zones  d’intérêts. C’est  ainsi  qu’elles   ont  rassemblé   différents   peuples et  tribus  dans  certains  endroits  et  les  ont  divisés   dans  d’autres ,  comme un  tailleur  fou qui ne  ferait  pas  attention  au   trou  à  la  couleur  ou  au dessein  du  patchwork   qu’il  est entrain  de réaliser».

En  effet  ce  que  dit  cette  éminence  grise  noire,  met  en  relief  les  détournements  de nos  matières  premières  vers  l’extérieur  après  nous avoir  imposé  de cultiver  ce que  nous  ne  consommons  pas  et de  consommer  ce que nous  ne  cultivons .  Cette  politique  a pu  nous  diviser  pour permettre  aux  colons  de  régner  en opposant  des populations  qui avaient  tout  en  commun . Ce  qui  a permis à  l’administration  coloniale  de tout  réguler  pour  d’abord  tout  contrôler  ,  puis  faire  rayonner  sa  culture ,  en  contribuant à  la  développer  ,  grâce à  la  mise en place  d’une  stratégie,  secteur  par  secteur .

LA LOI CADRE ET SES CONSEQUENCES : LE NIGER DEVENU TERRITOIRE

C’  est  en  1904  que  le Niger  a été  érigé  en  Territoire   Niamey  et en   1911  Zinder  comme Capitale  qui  sera à  nouveau  transférée   à  Niamey  en  1926.  Puis,   progressivement  les Villes   d’Agadès,   de Tahoua , de   Diffa,  de  Gouré,  Tillabéri  et  N’Guigmi  seront  aussi  érigées  en  Chefs  lieux  de  Cercles. L’administration  Coloniale  créera  des  agglomérations dans  ces villes   qui accéderont  au  statut   de  Communes  Mixtes. Cependant, après  les  indépendances,  certaines   modifications  seront  apportées  aux   statuts des  entités territoriales. L’évolution   du   pays   vers  des  entités   administratives   , permettra   au Niger  de subir  une  décentralisation  dans le   cadre  de la  gestion  des structures  de 1961 à  1992. Pour  mémoire,  rappelons  que  le  pays  était  coiffé  par un  Gouverneur  résidant  à Niamey  dans  la Capitale. II   représente   le  Gouverneur  Général  basé  à  Dakar,  capitale  de  l’Afrique   Occidentale  dont  dépendent    nos   pays. A  un  étage  plus  bas, se  trouvaient   les Commandants  de  Cercles   et  de Subdivisions  qui , à  leur  tour  travaillaient  avec  la  Chefferie  traditionnelle,  celle –ci  étant en   contact  directe  avec  les  masses  populaires  ( collecte  des  impôts,  entre  autres  ). L’avantage  que  le  Niger  tirait   de  cette période   ,  portait   sur l’enjeu   politique   :  celui    de  l’entrée   en   scènes  de   nationaux   qui  briguaient   de  postes   de conseillers    territoriaux   ou   municipaux   et   qui    s’intéressaient   à   la  gestion  du  pays.

LES PARTIS POLITIQUES ENTRENT DANS LA DANSE

C’est   en  effet,   en  Octobre    1946  que  fut  publié  à  Paris  par  des  parlementaires   africains,   le  manifeste   du  premier   grand  mouvement   continental  le  Rassemblement  Démocratique  Africain  RDA .  Né  le 26  Octobre  1946   à  Bamako  au  Soudan  Français   actuelle   République  du Mali  ,  ce parti  aura  une  audience  dans  plusieurs  pays  africains .  Au  Niger   la  Section   du  RDA  ,  le  Parti Progressiste    Nigérien   PPN,   sera  créée  le  12  Mai  1946  à Niamey   et  aura  comme   Président  d’ honneur  Issoufou   SEYDOU   DJERMAKOYE,  alors  Conseiller  de   l’Union   Française .  Mais,  ce  serait  Mr  BOUBOU   Hama  qui  deviendra  Président  du  Parti  jusqu’au  coup d’Etat  militaire  perpétré  par  le Lt  Colonel  Seyni  KOUNTCHE  le  15  Avril  1974 . 

LE SAWABA MOUVEMENT SOCIALISTE AFRICAIN OU L’UNION DEMOCRATIQUE NIGERIENNE UDN

Face  au  RDA,  un  autre  parti  politique  verra  le  jour :  le  Sawaba  créé  par Mr  DJIBO  Bakary  qui  fut  pourtant  membre  fondateur   du  RDA.  Pour  se  démarquer  du  RDA  jugé  trop  libéral  , c’est à  dire  à  droite  il  créera   le  Sawaba   Bloc  Nigérien   d’ Action,  l’ Union   Démocratique  Nigérienne  UDN,   la  Section  du  Mouvement  Socialiste    Africain ,  un  parti  de  gauche. II  votera  NON  au  référendum  de  Septembre  1958 , contrairement au  RDA  qui  dira  OUI  au  Général  De  Gaulle  Afin  de  rester  au  sein  de la  Communauté  Franco  Africaine ,  même  après  l’Indépendance  intervenue  le 3  Août  1960 .

                     Le   31  Mai  1948,  Mr  ZODI  Ikhia  en  compagnie  de   Mr  Francis  BOREY,   de   Baba   HAIDARA ,   Issoufou  SEYDOU DJERMAKOYE   et   Condat Georges    Mahamane, fondaient   leur   propre  parti  politique   :  l’Union  des Nigériens   Indépendants   et   Sympathisants   UNIS .  Mais,   Mr  CONDAT  les  quittera  pour former  son  propre  parti : l’Union  Progressiste  Nigérienne  en  1954. Quant  à  l’UNIS   elle  sera   transformée  en   Forces  Démocratiques ,  Section  de la   Convention  Africaine  en  1957. Mais,  s’en  suivra  des  scissions,  des  regroupements   et  des  disparitions  de  ces  formations  politiques.  Enfin, une  nouvelle  coalition  verra  le jour  autour  du  PPN – RDA  et  la  Communauté  Franco  Africaine  UCFA  qui   permettra   le  ralliement   des  Chefs  coutumiers  et  notables.

                    Voilà, le  panorama    politique  des  années 1958. Même  si la  bipolarisation   n’était   pas nette , il  n’en demeurait  pas moins  que  certains  partis  comme le SAWABA , combattaient  l’administration   coloniale  alors  que  d’autres comme  l’UNIS   et  le RDA   soutenaient le   contraire .   Cette  politique  de  l’administration  coloniale de «diviser  pour  régner »  a été  mis  en application  au détriment  des  politiciens  nigériens  qui  vont  s’entre - déchirer,   pour  rien.

           Nous  rendrons  hommage  ici  à  DJIBO  Bakary,  Ousmane  DAN GALADIMA   et  tant d’autres  leaders  politiques  et  opposants du  Sawaba qui  furent  pourchassés   et  emprisonnés  par  le  pouvoir  du  régime  RDA  pour  avoir  contesté  la politique  de  l’époque.                                      

   UNE LOI CADRE ET SES CONSEQUENCES

              C’est  en  1956  que le   Ministre  français   des Territoires   d’Outre   et  Maire  de  Marseille ,   Mr  Gaston   DEFERRE,   avait  proposé  aux  Africains  un  scénario   à   travers   lequel   il  entendait  les préparer  à  accéder   à  une certaine   autonomie   politique  interne  .  II  tenait  ainsi  compte     de  révoltes   des  possessions   françaises   contre le  gouvernement  français  en   ( 195O  en  Indochine   et  en  Algérie  n  1954  )  Mais   en  vérité , tous  ces  troubles   avaient  pour origine ,   une  prise  de  conscience  de  certaines  populations   africaines,  de l’exploitation   dont  elles  étaient  victimes .   Je  vous  évite  des  longs  détails  puisque  nous  reviendrons  en  détails  sur  cette  période   qui  avait  marqué  la  vie  politique  de  nos  Etats  africains . Nous  retenons  de  cette  époque  que  pendant  que le régime  RDA  renforçait  ses  relations  avec  le  gouvernement  français,  d’autres  hommes  comme DJIBO  Bakary,  prônaient la  rupture  totale  avec    cette  puissance  coloniale   Parce  qu’à  l’époque  déjà,  des  pays  comme le Niger  réclamaient  leurs  indépendances  immédiates  et  sans  condition   par  la   voix  de  Mr  DJIBO  Bakary  et  d’autres  Organisations   estudiantines  . En  fait,  la  guerre  d’Indochine  et  celle  d’Algérie  tout  prés  de  notre  pays,  avaient  sonné  le  glas .  De  justesse  ,  le  Niger  sera  maintenu  au  sein  de la Communauté  franco africaine  après  un  référendum  le  28 Septembre  1958  qui  consacre la naissance  de notre première  République . 

LE NIGER INDEPENDANT

                   Enfin,  le   3  Août  1960  notre   pays  devient  indépendant   après  60  années  d’occupation  et  d’administration  coloniales . Le  Président  DIORI   Hamani    dans   son  message  à  la   Nation   dira  ceci   le  3  Août  à  minuit :  «Ce mercredi    3  Août   1960  , par  délégation    de  pouvoir   que  je  tiens   du  peuple   nigérien  qui  m’a  placé  à la  tête   de  l’Etat ,  en  vertu   du  droit  de  ce  peuple   à  disposer  de  lui-même  , je  proclame  l’indépendance     du  Niger . Je  déclare  que  le  Niger  exerce  et  exercera  à  compter  de  ce  jour  sa  pleine  Souveraineté,  dans  le  respect   des  principes  du  droit  international  et  de  la  morale   internationale.

                 Vive le  Niger  indépendant !                                                                         

                  Vive  la  France  émancipatrice   !

                   Vive  la  fraternité  des peuples !                                                      

Le   Niger  venait  de tourner  ainsi  une page  de son  histoire coloniale  ce discours      émouvant  du  Président  DIORI  qui , comme  tous les  Nigériens ,  croyait  en un   pays  radieux  et  prospère  dans  un monde de paix.  Le  Président   et  le  peuple  nigérien  étaient  loin d’imaginer  qu’un  putsch   militaire     puisse  se produire ,  quinze  ans  après son  accession  au pouvoir . Et   de surcroît   un  putsch   organisé  par son  Chef  d’Etat  Major   Général.

                                    Telle  est la  longue  marche   de  notre  cher  et  grand  pays,  le  Niger   vers  son  indépendance  pour  occuper  toute  sa  place    au  sein  du  concert  des Nations  qui se  battent pour  réussir  .   Bien  sûr  avec  bien  des  hauts  et  des  bas   comme  partout  au  monde . Quinze  ans  de  gestion  du  RDA  qui  sera   interrompue    par  un  coup  d’Etat   militaire   le  15  Avril  1974 .  Un  régime  miliaire  qui gouvernera  le  pays   durant  13  ans   .  Nous   développerons    dans    livraison  prochaine   livraison,  la  gestion  du  régime  RDA   jusqu’ a   la  Conférence  Nationale  Souveraine  à  nos  jours  .  C’est  le  lieu  d’aborder  la  place  de Niamey,  notre  belle  Capitale   Garin Capitaine    SALMAN    à  la  Niamey   NYALA    à  l’heure  de la  Renaissance  Culturelle  du   pays. .                                                                                                                                                                                                                              

Abdoulaye  HASSANE  DIALLO  Politologue   ,  Journaliste,  Ecrivain                               

Commentaires   

0 #1 Ango 10-08-2017 09:21
Excellent récit historique pour éclairer la jeunesse de 1 à 60 ans qui ne connait pas forcément le pays et son évolution. En espérant que l'auteur continuera à nous édifier avec des articles bien ciblés et aussi concis et précis. Merci.
Répondre | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

265x285_C_NollEp-NIGER_-_actuniger.jpg

Forfait-Albarka 600X600px -min

EcoStartup-min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Deuxième partie)

20 novembre 2017
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Deuxième partie)

Pour mieux comprendre la situation de dégénérescence actuelle que vit l’Administration Territoriale du Niger, il s’avère nécessaire de procéder à un rappel historique par l’analyse des différents profils  des  représentants...

Lettre ouverte à M. le président de la République (Par Djibrilla Mainassara Baré)

9 novembre 2017
Lettre ouverte à M. le président de la République (Par Djibrilla Mainassara Baré)

  M. le président de la République, En tant que citoyens, nous sommes tous interpellés par les évènements liés à la diffusion du projet de loi de finances pour l’année...

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Première partie)

9 novembre 2017
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Première partie)

Durant plus d’une décennie notre Niger est classé régulièrement en queue de peloton en termes d’indice de développement humain (IDH) par le PNUD. Afin de sortir des sentiers battus en...

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES FINANCES DU NIGER (Par Mohamed Elhadj Attaer)

26 octobre 2017
LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES FINANCES DU NIGER (Par Mohamed Elhadj Attaer)

Monsieur le Ministre, C’est avec surprise et stupéfaction que les nigériens ont pris connaissance de votre projet de loi relatif à la nouvelle réforme sur les impôts et donc dans...

Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (septième partie)

13 octobre 2017
Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (septième partie)

Parlons à présent du  rapport de l’agent public avec le bien public afin de clore cette série de contributions sur l’Administration Publique, qui nous a permis de soulever  non seulement...

L’aveu spontané du CNDP

3 octobre 2017
L’aveu spontané du CNDP

La dernière réunion du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP) a eu pour objet l’émission d’un avis simple sur les candidatsretenus au Poste du Président et du Vice-Président de la...