jeudi, 18 octobre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Iboun Gueye

Il s’appelait Ismaël. Mais ses amis et auditeurs l’appelaient simplement Iboun, et ses plus proches collaborateurs, « Gordji ». Notre confrère et ami Ismaël Iboun Gueye a tiré la révérence, mardi dernier, brusquement et en silence. Désormais, les auditeurs de la Voix du Sahel n’entendront plus cette voix vivace, imposante, voir retentissante, qui lance les titres du journal parlé de 13 heures. « Iboun Gueye, Sahel midi !.... ».

 

 

Depuis cette date fatidique du 1er Mai 2018, ses collègues de l’ORTN, ses confrères des autres médias de la place, ainsi que ses fans et amis, ont presque tout dit et redit sur la vie et le parcours professionnel du disparu à travers des hommages et des témoignages. Mais peut-on seulement tout dire sur l’histoire de la vie de celui-là qui, par la force de sa voix et de son savoir-faire, eut le privilège de marquer son empreinte au journal parlé, allant jusqu’à forcer l’admiration de ses auditeurs qui ont fini par l’aduler comme un journaliste-vedette ? Mais l’intéressé, lui, ne s’est guère laissé éblouir par les attraits de cette notoriété publique. Il est resté toujours égal à lui-même : humble, courtois, et blagueur.

Mais ceux connaissent bien Iboun retiennent surtout de lui l’image d’un homme au tempérament toujours serein, à la limite courageux. Il pouvait être assis sur des braises ardentes, mais il vous dira avec emphase : ‘’Il n’y a pas de feu !...’’. Humoriste à ses heures perdues, il aimait détendre l’atmosphère en racontant des petites histoires assez plaisantes, souvent au goût mi-figue mi-raisin au détriment d’un ami, voire même à ses propres dépens. Au cours de nombreuses missions que nous avions effectuées ensemble, au Canada, à Djeddah en Arabie Saoudite, à Bamako, à Dakar et dans plusieurs localités de notre pays, l‘ennui n’a jamais été au rendez-vous.

J’ai encore en mémoire les souvenirs de cette mission présidentielle de suivi des réalisations du Programme Spécial conduite dans les régions de Tahoua d’Agadez, occasion au cours de laquelle Iboun m’a définitivement convaincu sur son talent de reporter hors-pair. La mission ayant été relativement longue, les ressources financières de l’équipe de la presse se sont gravement amenuisées. Il fallait, comme il aimait le dire, ‘’créer une situation’’. Alors un matin où la mission devait visiter certains sites dans les environs d’Agadez, Iboun me proposa ce qu’il appelait un ‘’deal’’ : « Ok, mon cher Assane, on va se partager les tâches : toi tu couvres les visites de la matinée, et moi je reste en ville pour quelques petites affaires. Après, on verra… ». Tel fut fait.

Toute la matinée, la mission a sillonné plusieurs localités, et moi je faisais tout pour rédiger mon article afin qu’il soit fin prêt pour le rendez-vous du journal de 13 heures à la Voix du Sahel. La distance étant relativement longue, le retour prit l’allure d’une véritable course contre la montre, car il fallait joindre Iboun à Agadez avant 13 heures pour qu’il puisse intervenir, en direct, dans le journal. L’Attaché de presse du Président, à l’époque Amadou Harouna Yayé, gardait les yeux rivés sur le cadran de sa montre, et moi j’avais le nez plongé dans mon calepin, l’enjeu étant de coucher sur feuilles (dans la voiture !) un compte-rendu limpide et exhaustif sur les visites effectuées par le Chef de l’Etat avant le lancement du journal.

Au moment où nous rentrions dans la ville d’Agadez, il restait seulement quelques minutes avant 13 heures, et moi je venais de placer le point final sur l’article. En peu de temps qu’il n’en fallait, nous rejoignions Iboun qui nous attendait quelque part, aux environs de l’aéroport. Tandis que le jingle du journal résonnait, je lui tendis l’article couché sur sept feuillets. Il y jeta juste un coup d’œil, puis se saisit du téléphone : « A moi, l’antenne ! », lança-t-il au présentateur du jour. Et quand ce dernier le passa directement à l’antenne, Iboun entama la lecture, se ‘’promenant’’ tout à son aise dans le texte qu’il lut jusqu’à la fin, nettement et sans jamais trébucher.

A la fin, il souffla un coup, puis me lança : « mon ami, tu es un fils !’’ (pour parler comme son ami Ibrahim Sory Barry). Mais, il ne mesurait pas à quel point j’étais ébahi par une telle aisance, une telle capacité de diction, un tel talent ! Ceci pour vous dire à quel point Iboun était un grand homme de radio.

Mais, comme l’a si bien écrit sur son mur notre confrère Moussa Hamani, un très proche ami du défunt, « on ne peut pas refaire le monde, mais on peut apporter sa pierre, à le dépoussiérer de ses aspérités, par la plume, par le micro, par la caméra. Et pour cela, Iboun en avait les dons...innés ».

Repose en paix, l’ami !

Par Assane Soumana

Journaliste, Directeur de la rédaction ONEP

 

Commentaires   

0 #1 Ibrahim Maman 05-05-2018 10:36
Merci, Assane.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Souleymane 05-05-2018 18:47
Que son âme repose en paix! Amen
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Mohamed 05-05-2018 20:05
Que son âme repose en paix. Amen
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Niger 07-05-2018 13:18
Un journaliste Hors Pairs.
Paix A son Ame
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 TADE 25-05-2018 14:30
J'ai quelque peu honte d'écrire ce texto 24 jours après ton DEPART, cher ami et désormais regretté IBOUN, ISMAEI IBOUN GUEYE.
Nous sommes ainsi, nous "nigériens".....
Les témoignages poignants de tes collègues, contribueront, entre autres valeurs, à te conduire au paradis; je prie ALLAH LE TOUT PUISSANT LE TOUT MISÉRICORDIEUX DE TE CONDUIRE DANS SON PARADIS
AMINE..
TADE
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

FONAF 2018

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Non, M. Mohamed Bazoum, la crise actuelle de l’école, est loin d’être le seul fruit « des mauvais choix des précédents régimes »

3 octobre 2018
Non, M. Mohamed Bazoum, la crise actuelle de l’école, est loin d’être le seul fruit « des mauvais choix des précédents régimes »

M.Président du CEN/PNDS TARAYYA, et cher frère Dans votre discours prononcé à l’ouverture de « l’Université d’été » des jeunes Tarayya (OJT) tenue du 29 au 30 septembre 2018 à Niamey, vous...

LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE NIGÉRIENNE

3 octobre 2018
LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE NIGÉRIENNE

Nous jeunes, voudrions hériter un certain nombre de valeurs  tels que : le consensus-la paix-et la responsabilité. Fatigués de vos insultes et de vos jets de banane comme des petit...

DIALOGUE POLITIQUE: les pertinentes suggestions de l’expert Dr Badié Hima, ancien membre de la CENI

1 octobre 2018
DIALOGUE POLITIQUE: les pertinentes suggestions de l’expert Dr Badié Hima, ancien membre de la CENI

Il y a quelques jours, j'ai appelé à des discussions ouvertes et inclusives pour sauver le processus électoral, en particulier sur le sujet qui fâche en ce moment, tant les...

TRIBUNE LIBRE: réunion du CNDP, que peut-on attendre ?

28 septembre 2018
TRIBUNE LIBRE: réunion du CNDP, que peut-on attendre ?

Après une longue période de léthargie, le conseil national de dialogue politique se réunira le lundi 1er octobre 2018 dans la salle des banquets de la primature. La bonne nouvelle...

Niger: IDH 2018 du PNUD, que font les marabouts ?

19 septembre 2018
Niger: IDH 2018 du PNUD, que font les marabouts ?

Le pays est secoué par un indice de développement humain qui le classe à nouveau 189e sur 189 dans le concert des nations ! Une situation dont la responsabilité incombe à la...

LOI DE FINANCES 2019: le gouvernement poursuit sa politique d’austérité et de provocation à l’endroit des couches populaires

17 septembre 2018
LOI DE FINANCES 2019: le gouvernement poursuit sa politique d’austérité et de provocation à l’endroit des couches populaires

A quelques jours de l’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée nationale, normalement prévue pour le 1er octobre 2018, le gouvernement nigérien a fait connaitre, en partie, ses intentions pour...