samedi 1 octobre 2022

3848 lecteurs en ligne -

fraren

Niger-Politique : oser le débat introspectif

 

 Abdoulahi ATTAYOUB pics

Les récentes évolutions des stratégies sécuritaires au Sahel ont placé le Niger dans une position centrale qui s’explique à la fois par sa géographie et par l’apparente stabilité du pays, bien que cette dernière ne repose en réalité que sur quelques phénomènes conjoncturels. Les discours rassurants sur la capacité du pays à tenir au milieu des tempêtes géopolitiques actuelles doivent être pondérés et cette capacité relativisée. Le Président Mohamed Bazoum dispose aujourd’hui d’éléments d’analyse lui permettant de capitaliser un certain nombre d’expériences et d’affiner sa stratégie sécuritaire aussi bien en matière d’implication des populations dans leur propre sécurité que dans la rationalisation et l’optimisation de l’apport des forces étrangères présentes sur le sol nigérien.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Pour atteindre ses objectifs, il lui faudra « réveiller le pays », qui semble paralysé par une inquiétante absence de perspectives claires du fait, selon certains, de tensions persistantes entre différentes sphères du Pouvoir ainsi que de l’absence de confiance entre les principaux acteurs politiques.

La classe politique et la société civile semblent totalement « dépassées » et peinent à trouver un chemin de combat pour aider le pays à traverser les difficultés actuelles. Il est vrai qu’à Niamey, certains courants d’intérêts tentent laborieusement d’entraîner le reste du pays dans des aventures populistes à l’évidence hors sol. Les évolutions politico-militaires au Mali et au Tchad sont édifiantes ; quand bien même les réalités du moment y semblent différentes, on constate les mêmes problématiques et les configurations des systèmes politiques ne sont pas si éloignées que cela.

Le pays souffre actuellement d’absence de réel débat politique sur les principaux sujets préoccupant les Nigériens. Les questions les plus immédiates étant d’ordre sécuritaire. Il s’agit d’imaginer un dispositif pouvant empêcher une détérioration incontrôlée de la situation, par une responsabilisation systematiques des populations et de leurs représentants locaux. Ensuite viennent des questions plus structurelles sur la qualité et la forme de gouvernance à travers le rôle de l’Etat et de ses institutions. La refondation de l’Etat, et des systèmes de gouvernance, parait en effet l’unique voie pour échapper à sa dislocation et à la généralisation du chaos qui menace.

Les Nigériens savent que l’architecture actuelle sur laquelle est construite le système politique légué par l’administration coloniale n’a pas tenu compte des réalités socioculturelles du pays et n’est donc pas viable à terme.

Deux alternatives se présentent alors. Une évolution intelligente fondée sur un rééquilibrage progressif vers l’inclusivité et l’égalité des citoyens et des communautés ou la coupable complaisance dans un statu quo qui pourrait conduire un effondrement à la malienne dont l’issue serait imprévisible. Trop de mensonges et d’injustices dans les fondements même de l’Etat et de ses institutions, trop de non-dits et de tabous risquent à terme de précipiter le pays dans l’abîme. Dans un pays encore en construction et dont les institutions demeurent embryonnaires, il revient aux autorités de veiller à l’effectivité et au respect des équilibres qui garantissent la cohésion nationale.

Un certain nombre de réformes paraissent incontournables pour mettre le pays sur la voie du développement et désamorcer les conflits latents qui pourraient être instrumentalisés afin de le déstabiliser. Au premier chef desquelles, la redéfinition des droits des citoyens sur leurs territoires traditionnels parait fondamentale et légitime. La gestion par l’Etat de certains espaces et de leurs ressources, notamment en milieu pastoral, pose un réel problème de justice et d’équité. Les différents textes qui régissent le rapport des citoyens à leurs espaces présentent en effet des lacunes graves qui créent une rupture d’égalité manifeste entre les citoyens. Ces textes, rédigés sur des fondements pour le moins discutables, dénient à certaines populations les droits qui sont reconnus à d’autres sous prétexte qu’une activité économique serait plus digne qu’une autre. Cette situation, vécue par certaines populations comme une injustice, menace en effet de se transformer en véritable pierre d’achoppement entre l’Etat central et les populations qui s’estiment ainsi lésées depuis l’indépendance du pays. Les pouvoir publics se doivent d’aller au-devant des potentiels conflits et reconnaître aux communautés locales leurs droits sur leurs lieux de vie coutumiers. Ce sujet mériterait une attention plus affirmée des autorités qui en ont la compétence. Un autre point qui demeure tabou est celui de l’accès réel et équitable aux centres de décisions et donc aux ressources de l’Etat. Beaucoup d’injustices et d’iniquités constatées dans le rapport aux institutions sont en réalité les conséquences d’une architecture étatique inégalitaire à la base.

Le Niger de 2022 n’est pas celui des années 60 mais le système n’évolue guère. L’Etat est aujourd’hui asservi par des intérêts privés qui mettent en danger sa survie, la classe politique étant plus souvent mue par des motivations particulières plutôt que par l’intérêt général. Le business politique domine toutes les sphères de la vie du pays et le Nigérien ne comprend même plus qu’il puisse en être autrement.

Si le Président Bazoum semble parvenu à convaincre de sa bonne foi et de sa détermination à s’attaquer aux vrais problèmes du pays, cela ne préjuge en rien de sa capacité à faire face aux pesanteurs de sa majorité et à se donner les moyens d’aller au bout de son agenda dès lors que celui-ci pourrait contrarier certains barons du Pouvoir. De quels leviers disposerait-il alors pour avancer sans se mettre en danger et compromettre les possibilités de tenir ses engagements devant le peuple ? La politisation à outrance de la vie publique se traduit par une usurpation des pouvoirs qui amène fréquemment les partis politiques à se substituer à l’Etat. Cette pratique porte les germes d’une instabilité et de tensions que le pays gagnerait à éviter aux populations, déjà aux prises avec une insécurité que l’Etat n’est visiblement pas en mesure de contenir.

Au Niger, les courants radicaux et simplistes, qui se sont illustrés, ailleurs, ne sont pas vraiment audibles. Les réalités sociopolitiques ne sont pas les mêmes. Niamey n’est pas tout fait le Niger, à l’inverse de Bamako devenue de fait le Mali pour une certaine presse et certains Maliens. Néanmoins, les autorités nigériennes et la communauté internationale ne doivent pas négliger les frustrations engendrées par les injustices accumulées depuis des décennies.

Si seulement les gesticulations actuelles contre la politique occidentale s’accompagnaient d’une réflexion de fond sur la nature de nos Etats et l’adaptation de leur gouvernance aux réalités socioculturelles, alors elles témoigneraient de plus de pertinence et mériteraient davantage d’attention. Les discours par trop populistes des nouveaux panafricanistes ne sont que l’expression de systèmes politiques épuisés incapables de se remettre en cause. Ces discours ne dépassent paradoxalement que rarement les cercles des systèmes politiques mis en place et protégés par la France depuis des décennies.

Dans leur hystérie, les populistes sont incapables d’imaginer qu’ils puissent avoir une quelconque responsabilité dans la faillite des Etats et l’échec des configurations politiques léguées par les anciennes puissances coloniales, dont ils se gardent bien d’interroger le fond. En mettant tous les torts sur le dos de l’extérieur, ils reconnaissent inconsciemment leur incapacité à construire des institutions stables fondées sur les réalités socioculturelles de leurs pays.

Abdoulahi ATTAYOUB

Consultant

Lyon (France)                                                                                                                                   11 août 2022

.

Commentaires  

+1 #1 COMMANDANT 16-08-2022 15:57
Belle analyse politique sur le Niger. Merci grand frère Attayoub cela fait quelque temps que vous nous avez pas abreuvé de votre intellect opinion. Bonne continuation
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 COMMANDANT 16-08-2022 15:57
Belle analyse politique sur le Niger. Merci grand frère Attayoub cela fait quelque temps que vous nous avez pas abreuvé de votre intellect opinion. Bonne continuation
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #3 Haladou Hachimou 16-08-2022 18:16
Monsieur Abdoulahi Attayoub est un adepte du fédéralisme "ethnique" et de la dislocation de nos États. Il est contre "l'amalgamation" des populations sur un même territoire. Il voudrait voir chaque communauté culturelle vivre sur "son" sol de façon indépendante et isolée des autres. Son ennemi principal, c'est L’État central, en fait tout État, car l’État incarne toujours à ses yeux, le pouvoir d'un groupe sur un autre. Non seulement son ennemi c'est l’État, mais il est pour une forme d'organisation politique fondée sur l'autogestion, une autogestion communautaire, à base identitaire et culturelle. De ce fait, Monsieur Attayoub est un anarchiste, mais un anarchiste qui s'ignore. Comme les extrêmes finissent toujours par se rejoindre, il n'y a aucune surprise dans le fait que les opinions de Monsieur Attayoub ne constituent qu'un réchauffé à la sauce africaine des philosophies de l’Extrême-Droite française; philosophies racistes et essentialiste dressées contre "le mélange des ethnies" et des cultures, "l'hybridation" et le métissage. Le rêve de Monsieur Attayoub est de démanteler les États africains existants pour les remplacer par des micro-Etats constitués sur des bases "ethniques" et nous condamner à vivre dans des ghettos culturels. C'est pourquoi son pire ennemi c'est le panafricanisme car le panafricanisme est l'exact opposé de cette théorie stupide et isolationniste.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 AG SOLIMANE ALHASSANE 16-08-2022 20:52
Monsieur,
Votre réaction n'est pas constructive, la question ici est, si j’ai bien compris le propos de ATTAYOUB, comment construire un état solide en Afrique.
Il ne suffit pas de dire je suis panafricaniste ni ant-français, il faut proposer des idées nouvelles pour une gouvernance juste dans laquelle chaque citoyen se sent protégé et considéré par son état.
Au Mali par exemple le problème fondamental est que les activistes panafricanistes pensent que le Mali se limite aux bambara. Pourquoi voulez vous que les autres maliens acceptent ça ?
Le rôle de l’Etat est de valoriser l’histoire, les identités et donner un espoir d’épanouissement à toutes les composantes de nos pays
Nos peuples sont composés de communautés qui méritent toutes le respect .
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 Haladou Hachimou 17-08-2022 00:34
"Au Mali par exemple le problème fondamental est que les activistes panafricanistes pensent que le Mali se limite aux bambara".

Ah, bon? Est-ce que les panafricanistes en question sont seulement Bambaras ou bien les Bambaras sont-ils les seuls panafricanistes? N'importe quoi.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 AG SOLIMANE ALHASSANE 17-08-2022 07:14
Il faut faire des propositions concrètes, comment peut-on faire avancer l'Afrique ?
C'est très facile d'insulter mais ça ne va pas résoudre nos problèmes.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #7 Haladou Hachimou 17-08-2022 08:47
Citation en provenance du commentaire précédent de AG SOLIMANE ALHASSANE :
Il faut faire des propositions concrètes, comment peut-on faire avancer l'Afrique ?
C'est très facile d'insulter mais ça ne va pas résoudre nos problèmes.


Faire des propositions pour qui et pour que qui les réalise? Tu crois que les nullards qui sont au pouvoir se préoccupent des "propositions" de quelqu'un? Qu'est-ce qu'ils ont tous dans la tête sinon se remplir les poches?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 alib 17-08-2022 12:02
Bonjour Mr Attayoub,
Que vous soyez critique vis à vis des pouvoirs, je peux comprendre. Sauf, que je vous rappelle que par le passé vous écriviez que vous êtes le représentant d'une communauté (.....) en france et en europe, alors cela me dérange, car si toutes vos analyses ont comme base ce fondement, le système colonial, légué à notre état, et pour lequel vous prévoyez (à terme de précipiter le pays dans l’abîme). Comme par habitude, votre souhait n'est que chaos et insurrection dans un pays dont vous êtes en dehors mais que vous stimulez constamment des courants ethnicistes.
Vous êtes à Lyon en france, tous ceux qui vous ont devancer et tenter de jouer à votre jeu, ont honteusement échoué, pour preuve, demandez à ceux là qui ont été utilisés à travers les médias français dont RFI, à travers les multiples ONG, créés à cet effet, leurs résultats.
Attayoub, vous êtes incapable de faire des propositions républicaines, car l'état Républicain vous dérange énormément, mais vous ne pourriez rien sauf de perdre tout simplement votre temps.
Merci de lire Sacco et Vanzetty aux usa 1920, puis continuer.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 Alpha 17-08-2022 17:08
Citation en provenance du commentaire précédent de Haladou Hachimou :
Monsieur Abdoulahi Attayoub est un adepte du fédéralisme "ethnique" et de la dislocation de nos États. Il est contre "l'amalgamation" des populations sur un même territoire. Il voudrait voir chaque c est un anarchiste, mais un anarchiste qui s'ignore. Comme les extrêmes finissent toujours par se rejoindre, il n'y a aucune surprise dans le fait que les opinions de Monsieur Attayoub ne constituent qu'un réchauffé à la sauce africaine des philosophies de l’Extrême-Droite française; philosophies racistes et essentialiste dressées contre "le mélange des ethnies" micro-Etats constitués sur des bases "ethniques" et nous condamner à vivre dans des ghettos culturels. C'est pourquoi son pire ennemi c'est le panafricanisme car le panafricanisme est l'exact opposé de cette théorie stupide et isolationniste.


Mr. Haladou, il serai peut-etre un plus productif et plus intellectuel je vous en prendre a son ecrit, plutot que de s'y prendre a sa propre personne. Sachez une chose: De la meme facon que vous avez droit a votre opinion, il a aussi droit a la sienne......
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 Haladou Hachimou 17-08-2022 17:44
Citation en provenance du commentaire précédent de Alpha :
Citation en provenance du commentaire précédent de Haladou Hachimou :
Monsieur Abdoulahi Attayoub est un adepte du fédéralisme "ethnique" et de la dislocation de nos États. Il est contre "l'amalgamation" des populations sur un même territoire. Il voudrait voir chaque c est un anarchiste, mais un anarchiste qui s'ignore. Comme les extrêmes finissent toujours par se rejoindre, il n'y a aucune surprise dans le fait que les opinions de Monsieur Attayoub ne constituent qu'un réchauffé à la sauce africaine des philosophies de l’Extrême-Droite française; philosophies racistes et essentialiste dressées contre "le mélange des ethnies" micro-Etats constitués sur des bases "ethniques" et nous condamner à vivre dans des ghettos culturels. C'est pourquoi son pire ennemi c'est le panafricanisme car le panafricanisme est l'exact opposé de cette théorie stupide et isolationniste.


Mr. Haladou, il serai peut-etre un plus productif et plus intellectuel je vous en prendre a son ecrit, plutot que de s'y prendre a sa propre personne. Sachez une chose: De la meme facon que vous avez droit a votre opinion, il a aussi droit a la sienne......


Où me suis-je attaqué à sa personne? Quelqu'un que je ne connais pas et que je n'ai jamais rencontré? JE DÉCONSTRUIS SA PHILOSOPHIE POLITIQUE DONT LE FOND EST ANARCHISTE. Est-ce que c'est cela s'en prendre à quelqu'un? On ne vous a jamais appris la compréhension de texte?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 Tom 17-08-2022 18:39
Citation en provenance du commentaire précédent de Haladou Hachimou :
Citation en provenance du commentaire précédent de Alpha :
[quote name="Haladou Hachimou"]Monsieur Abdoulahi Attayoub est un adepte du fédéralisme ...., il a aussi droit a la sienne......


Où me suis-je attaqué à sa personne? Quelqu'un que je ne connais pas et que je n'ai jamais rencontré? JE DÉCONSTRUIS SA PHILOSOPHIE POLITIQUE DONT LE FOND EST ANARCHISTE. Est-ce que c'est cela s'en prendre à quelqu'un? On ne vous a jamais appris la compréhension de texte?


Haladou Hachimou, vous avez en face de vous des individus qui partagent la meme vision que attayoub mais qui ont honte de s'assumer. L'analyse de attayoub parle pour lui et personne ne la conteste ni la desapprouve.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 Alpha 22-08-2022 20:28
dislocation de nos États. Il est contre "l'amalgamation" des populations sur un même territoire. Il voudrait voir chaque c est un anarchiste, mais un anarchiste qui s'ignore. Comme les extrêmes finissent toujours par se rejoindre, il n'y a aucune surprise dans le fait que les opinions de Monsieur Attayoub ne constituent qu'un réchauffé à la sauce africaine des philosophies de l’Extrême-Droite française; philosophies racistes et essentialiste dressées contre "le mélange des ethnies" micro-Etats constitués sur des bases "ethniques" et nous condamner à vivre dans des ghettos culturels.

Mr. Haladou, il serai peut-etre un plus productif et plus intellectuel je vous en prendre a son ecrit, plutot que de s'y prendre a sa propre personne. Sachez une chose: De la meme facon que vous avez droit a votre opinion, il a aussi droit a la sienne......

Où me suis-je attaqué à sa personne? Quelqu'un que je ne connais pas et que je n'ai jamais rencontré? JE DÉCONSTRUIS SA PHILOSOPHIE POLITIQUE DONT LE FOND EST ANARCHISTE. Est-ce que c'est cela s'en prendre à quelqu'un? On ne vous a jamais appris la compréhension de texte?
Mais non Mr! Vous etes plutot entrain d'attaquer sa personne, ne confondez pas "deconstruire quelqu'un" et "deconstruire son opinion" ce sont deux choses tres differentes Mr c'est ce qu'on m'a appris a l'ecole, et surtout ne confonder pas vos impressions avec la substance de son ecrit Mr. ...
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com