mercredi, 22 novembre 2017

Nous avons 15255 invités et aucun membre en ligne

French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Forfait-Albarka 1200X500px-min

SOUMAILA-ABDOU SADOU2

Parlons à présent du  rapport de l’agent public avec le bien public afin de clore cette série de contributions sur l’Administration Publique, qui nous a permis de soulever  non seulement les grands maux dont souffre celle-ci mais surtout de faire des ébauches de solutions à même de redémarrer  cette AdministrationPublique, moteur du développement de notre pays devenue  moribonde hélas.

C’est plus qu’une évidence,actuellement le rapport de l’agent de l’Etat avec le bien public est exécrable du sommet de la pyramide à sa base. En effet, ils sont très nombreux à ne pas se soucier ou à mépriser carrément au quotidien ces biens mis à leur disposition par l’Etat pour  le besoin de la servitude. Au lieu d’utiliser ces moyens au service exclusif de la mission étatique, ils préfèrent les utiliser plus à des fins privées pour se goberger. Chaque jour il est loisible pour le citoyen désarmé,  d’observer  le plus  grand  mépris teinté d’arrogance affiché à l’endroit de toutes les dispositions réglementaires en la matière et surtout à l’endroit du contribuable grâce auquel ces biens ont été acquis.

Beaucoup de ces agents de l’Etat qui abusentdu bien public, ne devraient pas être en principe bénéficiaires  de ces véhicules car bénéficiant des indemnités de roulement mais du fait de certaines complicités le plus souvent d’ordre politique, ils arrivent  à avoir une dotation en véhicule.

Ainsi, le citoyen observe avec amertume  le traitement réservé aux biens publics  de la part de ces agents avec une plus grande insouciance.  Des biens acquis au prix d’immenses sacrifices consentis par ce même  contribuable qui place tout son espoir d’un lendemain meilleur  dans le bon fonctionnement de l’Administration Publique. Ces attitudes  qui sont malheureusement  ancrées désormais  dans les mœurs des agents de l’Etat en devenant des normes ce qui sans aucun doute  contribue à rehausser  le train de vie de l’Etat et surtout à pervertir la vraie mission de ces biens.

Ces derniers  sont la plus part du temps utilisés à des  fins plus personnelles que professionnelles. Le véhicule de fonction ou de service est devenus désormais véhicule personnel. A Niamey tout comme à l’intérieur du pays il est d’une facilité déconcertante  d’observer  certains de ces véhicules de l’Etat devant les bistrots ou autres cadres récréatifs, dans les cortèges de mariages, dans les marchés ou en circulation à des heures tardives où ces véhicules ne sont pas censés être en circulation.

En outre, cette insouciance de l’agent de l’Etat  d’aujourd’hui ne concerne pas exclusivement  les véhicules administratifs, en effet,  il est tout aussi   condamnable le traitement réservé  aux climatiseurs dans les bureaux de l’Administration Publique où ces derniers sont laissés allumer d’habitude dans des bureaux vides. Certains agents ne se même gênent pas à les allumer  dès leurs arrivées au bureau très tôt le matin quel que soit la saison ou à des heures où l’on n’a point besoin de la climatisation. Pour profiter de ces climatiseurs certains agents élisent domicile pratiquement au bureau. Ils sont dans les bureaux  toute la semaine y compris les weekends et souvent jusqu’à des heures tardives sans pour autant rien apporter comme rendement ou améliorer la qualité du service public. Ils préfèrent le bureau climatisé et confortable de l’Etat pour se reposer ou traiter des affaires privées et surtout lucratives.

 De même, le matériel de bureau ou informatique sont utilisés à leur tour à foison à des fins privées, en effet, nombreux sont les agents de l’Etat qui assimilent ces biens également à biens personnels tant leurs utilisations relèveraient du privé. Ils préfèrent toujours user du bureau et de son matériel pour des consultations privées. Ce qui  contribue est à  dégrader davantagel’image  de l’Administration Publique.  En effet, Ils sont de plus en plus nombreux nos compatriotes qui perçoivent davantage les bureaux de l’Administration Publique comme des cabinets privés tant les activités qui y sont exercées s’opposent à  l’intérêt général, raison d’être de l’Administration Publique.

D’où l’impérieuse nécessité  de rompre  définitivement avec la  mauvaise gestion des moyens de l’Etat mis à la disposition des agents afin de leur permettre de bien accomplir leurs missions au service exclusif du peuple.

  Pendant longtemps l’Etat avait laissé faire, à présent le moment est venu pour l’Etat Nigérien d’agir sans faiblesse pour mettre fin à cette récréation qui a trop duré et qui tire chaque instant notre pays vers le bas.

Le retard inacceptable  de notre pays trouve quelque part une explication juste dans le dysfonctionnement de l’Administration Publique qui a tourné dos à ses vraies missions à travers ces agents sans aucune conscience professionnelle, sans aucune culture du patriotisme et la faiblesse de l’Etat animé par des hommes qui ont tendance à oublier le sens de leurs différentes missions au service de cette grande cause à savoir notre pays. Cette tendance à ne pas se soucier de tout ce qui appartient à l’Etat doit être systématiquement abandonnée pour faire place à une culture du patriotisme, de la servitude comme ce fut le cas de l’agent de l’Etat d’un passé récent ou l’avant conférence nationale.

Soumaila ABDOU SADOU 

Administrateur Civil

Ajouter un Commentaire

 

265x285_C_NollEp-NIGER_-_actuniger.jpg

Forfait-Albarka 600X600px -min

EcoStartup-min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Deuxième partie)

20 novembre 2017
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Deuxième partie)

Pour mieux comprendre la situation de dégénérescence actuelle que vit l’Administration Territoriale du Niger, il s’avère nécessaire de procéder à un rappel historique par l’analyse des différents profils  des  représentants...

Lettre ouverte à M. le président de la République (Par Djibrilla Mainassara Baré)

9 novembre 2017
Lettre ouverte à M. le président de la République (Par Djibrilla Mainassara Baré)

  M. le président de la République, En tant que citoyens, nous sommes tous interpellés par les évènements liés à la diffusion du projet de loi de finances pour l’année...

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Première partie)

9 novembre 2017
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Première partie)

Durant plus d’une décennie notre Niger est classé régulièrement en queue de peloton en termes d’indice de développement humain (IDH) par le PNUD. Afin de sortir des sentiers battus en...

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES FINANCES DU NIGER (Par Mohamed Elhadj Attaer)

26 octobre 2017
LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES FINANCES DU NIGER (Par Mohamed Elhadj Attaer)

Monsieur le Ministre, C’est avec surprise et stupéfaction que les nigériens ont pris connaissance de votre projet de loi relatif à la nouvelle réforme sur les impôts et donc dans...

Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (septième partie)

13 octobre 2017
Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (septième partie)

Parlons à présent du  rapport de l’agent public avec le bien public afin de clore cette série de contributions sur l’Administration Publique, qui nous a permis de soulever  non seulement...

L’aveu spontané du CNDP

3 octobre 2017
L’aveu spontané du CNDP

La dernière réunion du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP) a eu pour objet l’émission d’un avis simple sur les candidatsretenus au Poste du Président et du Vice-Président de la...