NITA Fond Site Web 675 x 240

 ONG AGHIR IN MAN

Dans un communiqué publié lundi 08 juillet 2024, l’ONG Aghirin’man a suggéré aux autorités de transition de faire un audit sur la fermeture de la Cominak ainsi que sur les cinquante (50) ans d’exploitation de l’uranium au Niger. Après avoir brossé un tableau sombre de l’exploitation des ressources minières tant pour le pays que pour les populations locales, l’ONG a aussi plaidé pour l’organisation d’un forum national ou des états généraux sur l’exploitation des ressources minières de notre pays afin d’envisager tous ensemble un avenir minier. En intégralité, le communiqué de l’ONG basée à Arlit et signé par son président Almoustapha Alhacen.

  

Zeyna commission0

 

Communiqué de presse de L’O.N.G Aghirin’man sur l’exploitation de l’uranium et du charbon au Niger

Depuis plus d’un demi siècle, les multinationales exploitent de l’uranium au Niger notamment les mines de la Somaïr et de la Cominak par la multinationale C.E.A devenue Cogema puis Areva et pour l’instant Orano. L’espoir et la confiance que cette exploitation a suscité chez les populations étaient grands.

Comme tout le monde le sait, cette période consacrait l’exploitation de l’uranium avec l’électricité du charbon produit par la Sonichar. En terme simple, nous exploitons notre charbon pour produire de l’électricité qui sert à exploiter notre uranium qui produit de l’électricité pour l’Europe. Pendant ce temps, nous, nous sommes toujours dans l’obscurité parce que dit-on, nous n’avons pas les moyens de produire notre électricité et de produire l’eau potable en quantité et en qualité pour la ville d’Arlit.

Cinquante (50) ans durant, aujourd’hui la mine de la Cominak est totalement fermée et a produit 75.000 tonnes d’uranium multipliée par 50 milliards de FCFA en moyenne, avec le triste héritage millénaire de radioactifs de plus de vingt (20) millions de tonnes de résidus et un risque de contamination des nappes d’eau dans la région ou même le pays, 1600 travailleurs en chômage avec 20.000 personnes en charge. La description du bilan est un remuage du couteau dans cette blessure que rien ne saurait traiter.

Au cours du mois de Juillet 2024, deux permis d’exploitation à savoir celui d’Imouraren (Orano) et celui de Goviex à Madawela ont été retirés par le CNSP et le gouvernement et, remis dans le domaine public.

Cette décision courageuse et salutaire doit être soutenue et encouragée par tous les Nigériens et elle justifie que nous avons fait le bilan du demi-siècle d’exploitation de l’uranium. Les partenaires à qui les permis ont été retirés ont le devoir et l’obligation de comprendre cette décision.

De toutes les manières, la manière dont ces partenaires ont exploité l’uranium ne leur permet plus de continuer car regardez l’état de la Sonichar, une société au bord du gouffre ; regardez nous dans ces rebellions récurrentes et ce terrorisme imposé et importé et peut être même financés par nos propres ressources ; regardez-nous, nous sommes les plus pauvres de la terre disent-ils.

Ce bilan est le vôtre et acceptez-le partenaires pour qu’il vous serve au nom de toutes les vertus que vous défendez. Le Niger est une victime martyrisée.

C’est dans ce contexte que nous suggérons au CNSP et au gouvernement de :

- faire un audit sur la fermeture de la Cominak ;

- un audit sur les cinquante ans d’exploitation de l’uranium ;

- Organiser un forum national ou des états généraux sur l’exploitation des ressources minières de notre pays afin d’envisager tous ensemble un avenir minier.

Encore, il faut rappeler à ceux qui sont en cours de mise en œuvre de leur projet d’exploitation de mines ( Somaïr, Somina, Somida…) doivent tirer les leçons de ce passé douloureux.

Enfin, nous suggérons à tous les partenaires de s’engager sérieusement aux côtés du Niger dans le respect tout en sachant qu’aucun contrat ne sera comme celui d’avant ou inférieur à celui d’avant.

Fait à Arlit, le 8 juillet 2024

Le président

Almoustapha Alhacen



Commentaires

0
Viola
1 semaine ya
!!! Filles chaudes vous attendent sur - - www.Top25.fun
Like J'aime like 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
8) TOTO A DIT lui suggère ne pas circonscrire les audits seulement à l'uranium mais à toutes les richesses exploitées au Niger allant du pétrole, au gaz , à l'or et etendre ces inspections à toutes les structures étatiques publiques sous le mismanagement des socialistes milliardaires allant de la Présidence où des renaissances 1, 2 voire 3 , un budget de 273 milliards est alloué pour quel intérêt annuellement dépassant de loin ceux consacrés à la défense, à l'éducation, à la santé , à l'agriculture, à l'élevage, à la recherche, auditer la Primature, l'assemblée , les entreprises publiques et autres ...

Faudrait il auditer et réauditer tout....
Et pas d'arrangement et état d'âme ou compassion....la loi doit rester la loi à titre de dissuasion pour les turpitudes commises dans l'exercice de la fonction...
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
HAMZA MAI GARKUA
1 semaine ya
TRÈS, TRÈS BONNE INITIATIVE!

NOUS DEVONS TRAINER ORANO ET LES AUTORITÉS FRANÇAISES DEVANT LA JUSTICE INTERNATIONALE POUR OBTENIR RÉPARATIONS POUR LES 50 ANNÉES D’ENLÈVEMENT DE NOTRE URANIUM PRESQUE SANS COMPENSATION, C'EST-A-DIRE LE VOL PUR ET SIMPLE DE NOS RICHESSES NATIONALES. CE D'AUTANT PLUS QUE LES QUANTITÉS D'URANIUM ENLEVÉES SONT INCOMMENSURABLEMENT PLUS ELEVÉES QUE CELLES QUI ONT TOUJOURS ÉTÉ INDIQUÉES AUX NIGÉRIENS.

C'EST NOUS QUI DEVONS ATTAQUER LES PREMIERS POUR OBTENIR RÉPARATIONS POUR TOUS LES PRÉJUDICES SUBIS ET LES SOUFFRANCES INNOMMABLES DONT NOS POPULATIONS SPOLIÉES DE LEURS RICHESSES ONT ÉTÉ VICTIMES, NOTAMMENT LES DIZAINES MILLIERS DE MORTS OCCASIONNÉES PAR L'IRRADIATION DE TOUTE LA RÉGION D'AGADEZ, LA POLLUTION ET LA DESTRUCTION DE L'ENVIRONNEMENT, LA RÉDUCTION DE NOS POPULATIONS A UNE MISÈRE ATROCE ET LES MÉTHODES POLITIQUES MAFIEUSES UTILISÉES POUR ÉLIMINER PHYSIQUEMENT TOUS NOS DIRIGEANTS POLITIQUES RÉCALCITRANTS.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
HAMZA MAI GARKUA
1 semaine ya
CE N'EST PAS LE GOUVERNEMENT NIGÉRIEN QUI DOIT S'OCCUPER DE CELA CAR IL SERAIT AUSSITÔT ACCUSÉ D'AGIR AINSI POUR DES MOTIVATIONS POLITIQUES. POUR AVOIR DES CHANCES DE RÉUSSIR, LE GOUVERNEMENT NIGÉRIEN DOIT SE TENIR SILENCIEUX ET ''NEUTRE''. IL FAUT METTRE SUR PIED UNE COALITION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE NIGÉRIENNE, D'AVOCATS INTERNATIONAUX SPÉCIALISTES DES QUESTIONS INTERNATIONALES ET D'ONGs HUMANITAIRES INTERNATIONALES A QUI SERONT FOURNIES TOUTES LES PREUVES IRRÉFUTABLES (ELLES SONT ABONDANTES) ET LA DOCUMENTATION NÉCESSAIRES.

CECI EST URGENT CAR IL NE FAIT AUCUN DOUTE QUE LA FRANCE NOUS ATTAQUERA TRÈS BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX INTERNATIONAUX QUI SONT A LA SOLDE DE L'OCCIDENT ET QUI N'ONT ABSOLUMENT AUCUN CARACTÈRE IMPARTIAL.

NOUS NE DEVONS PAS POUR AUTANT RECULER. NOUS DEVONS NOUS ARMER DE COURAGE. IL NE FAIT PAS DE DOUTE QUE NOUS GAGNERONS CETTE BATAILLE CAR LA TERRE ENTIÈRE EST AU COURANT DE CE QUI SE PASSE DANS LES MINES DU NIGER.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
HAMZA MAI GARKUA
1 semaine ya
6. Interdit l'exportation de nos matières premières brutes. Les partenaires étrangers qui voudront travailler avec nous devront accepter de créer des usines et transformer sur place les matières premières avant exportation.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
HAMZA MAI GARKUA
1 semaine ya
Nous sommes debout maintenant et nous n’aurons aucun répit :

1. Tant que le dernier soldat français n’aura pas quitté la terre sacrée d’Afrique,

2. Tant que nous n’aurons pas interdit l’usage du franc CFA/ECO et mis fin aux "accords de coopération monétaire" avec la France,

3. Déchiré les "accords de coopération économique" et autres contrats léonins imposés par la France et récupéré le contrôle total de toutes nos richesses minières,

4. Mis fin à notre statut de marché captif pour l'écoulement des produits de l'industrie francaise

5. Bâti une industrie de transformation de nos matières premieres sur notre propre sol.

6. Interdit l'exportation de nos matières premières brutes. Les partenaires étrangers qui voudront travailler avec nous devront accepter de créer des usines et transformer sur place les matières premières avant exportation.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
HAMZA MAI GARKUA
1 semaine ya
7. Acquis le droit de diversifier nos partenaires internationaux, de commercer avec qui nous voulons sans aucun statut préférentiel donné à la France,

8. Banni le français comme langue d’enseignement et mis fin au génocide linguistique et culturel perpétré par la France et la francophonie au détriment de nos propres langues maternelles.

9. Mis fin à la tutelle politique exercée par la France sur nos pays et instauré notre indépendance politique à l’ONU.

10. Bâti l’État Fédéral d’Afrique selon le plan établi par les pères de l’indépendance africaine et les intellectuels patriotes africains.

NOUS N’AVONS AUCUNE AUTRE AMBITION DANS CE MONDE QUE CELLE-LÀ. NOUS ALLONS SACRIFIER NOS VIES ET NOTRE TEMPS SUR TERRE À CE SEUL ET UNIQUE IDÉAL POUR LEQUEL NOTRE GÉNÉRATION EST NÉE : LAVER L’HUMILIATION DE 6 SIÈCLES D’ESCLAVAGE, DE PERSÉCUTIONS MULTIFORMES, DE MÉPRIS, DE MASSACRES DE MASSE, DE VOLS, DE BRIGANDAGES ET DE CRIMES IMPUNIS.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2630 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
571 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
363 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
509 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
400 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
388 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2289 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages