NITA Fond Site Web 675 x 240

point presse Sidi Mohamed Raliou 08 03 2024 BIS1

Le Ministre de la Communication, des Postes et de l’Économie Numérique, M. Sidi Mohamed Raliou, a animé un point de presse le vendredi 08 mars 2024 au Centre des Conférences Mahatma Gandhi pour annoncer la tenue de la première édition de la Semaine Numérique du Niger (SENUM24), prévue du 18 au 20 avril prochain à Niamey avec pour thème, « Le Numérique et la Souveraineté ». Cet événement de grande envergure, placé sous le Haut Patronage du Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) et Chef de l’État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, sera l’occasion de promouvoir la transformation numérique de notre pays, à travers la promotion de l’innovation et de l’inclusion numérique, ainsi que de mettre l’accent sur la contribution du numérique dans le développement des chaînes de valeurs dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’éducation et de la formation, du commerce et des services publics.

 

La tenue de cette première édition de la Semaine du Numérique au Niger titre son essence de son institution par l’Union Africaine (UA) qui, à l’issue de la première édition de la Semaine africaine des TIC (SATIC) tenue à Libreville au Gabon en 2009, avait alors demandé à tous les Etats membres d’organiser une semaine du numérique pour amener les pays africains à mener des réflexions quant à la place des Technologies de l’Information et des Communications (TIC) dans le développement économique et social de l’Afrique en général et dans chaque pays en particulier. Depuis, et en dépit des enjeux multiples notre pays a trainé pour organiser l’évènement jusqu’à l’arrivée des nouvelles autorités qui, conscientes des défis pour notre pays et surtout de l’importance stratégiques du numérique en matière de développement ont décidé d’organiser la Semaine du Numérique au Niger comme en atteste la communication faite par le ministre de la Communication, des Postes et de l’Economie Numérique lors du dernier Conseil des ministres tenu le 0é mars 2024. A cette occasion, le ministre M. Sidi Mohamed  Raliou a indiqué qu’au cours de cet évènement placé sous le Haut Patronage du Président du CNSP,  un accent particulier sera porté sur la contribution du numérique dans le développement des chaînes de valeurs dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’éducation et de la formation, du commerce et des services publics. Par ailleurs, plusieurs pays amis sont attendus à cet événement notamment ceux de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) et un prix du Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie, Chef de l’Etat, récompensera la meilleure innovation numérique.

Le Numérique au service de la Souveraineté

C’est donc pour annoncer les couleurs de l’évènement et faire le point des préparatifs que le Ministre en charge de l’Economie numérique, des Postes et de la Communication a animé, vendredi 08 mars 2024 à Niamey, un point de presse au cours duquel il a souligné que cette initiative est la preuve de l’engagement du gouvernement à utiliser les technologies numériques dans tous les domaines d’activités du pays. A juste titre, a indiqué le ministre Sidi Mohamed Raliou, le choix du thème, dont le thème, « Le Numérique  et la Souveraineté », cadre parfaitement  avec « la volonté  des autorités  nigériennes au plus haut sommet, de suivre la marche du monde en faisant du numérique un levier de développement socio-économique ». C’est ainsi que le ministre a rappelé plusieurs initiatives majeures qui ont été prévues par le gouvernement dans le cadre de cette dynamique de transformation numérique de notre société. Il s’agit, entre autre, de la digitalisation de l’administration publique; la modernisation des infrastructures et la facilitation de l'accès à l’Internet ; la mise en place d’un point d’échange Internet(IXP) et d’un point d’atterrissement Virtuel(PAV); la création d’un Centre National de Cybersécurité; la mise en place d’un Centre de Veille Technologique ; la création d’une passerelle internationale de gestion de communications ; la formation et l'accompagnement des jeunes dans l’utilisation des technologies de l'information et de la communication ainsi que l’intensification des efforts en matière de gouvernance du secteur; l'accès universel à une connectivité de qualité à des coûts abordables pour les populations; la protection des données sans oublier le défi de régulation des réseaux sociaux, qui connaissent une dérive sans précédent avec la prolifération de manipulations et de fausses informations. Le ministre a également cité la création d’un data center, outil de souveraineté nationale, où seront stockées les données nationales ainsi que la finalisation du déploiement de la TNT sur toute l’étendue du pays.

Promouvoir le numérique pour accélérer le développement du Niger

point presse Sidi Mohamed Raliou 08 03 2024 BIS1

Selon M. Sidi Mohamed Raliou, à travers cette initiative, le Ministère de la Communication, des Postes et de l'Economie Numérique (MCP/EN), l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP), l’Agence Nationale pour la Société de l’Information (ANSI) et la Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (HAPDP),  entendent contribuer au renforcement de la transformation numérique de notre pays, à travers la promotion de l’innovation et de l’inclusion numérique. Ainsi, a poursuivi le ministre, « la Semaine du numérique nous donnera l’occasion de faire l’état des lieux de l’évolution dans l’usage du numérique au Niger, de cerner les nouveaux défis, enjeux et opportunités qui s’offrent aux utilisateurs des technologies numériques, en particulier les jeunes ». Il a indiqué qu’en plus du Ministère de la Communication, des Postes et de l'Economie Numérique, porteur de l’initiative, différentes structures de l’écosystème vont associer leurs images à la Semaine du Numérique à travers leur participation et l’organisation de diverses activités dont des échanges  avec les spécialistes,  des panels et une exposition  qui va permettre aux entreprises technologiques, aux startups, aux incubateurs, aux jeunes porteurs des projets, aux fournisseurs de services, aux universités et aux organisations gouvernementales de mettre en avant leurs solutions et leurs initiatives numériques, tout en expliquant comment elles contribuent à l’évolution de la société nigérienne. Des panels sur la gouvernance du secteur et l’interaction entre les acteurs de l’écosystème seront également organisés et vont certainement permettre de démystifier les procédures et les relations entre eux, a mis en avant M. Sidi Raliou.

Dans son allocution,  le ministre a saisi l’occasion  pour exhorter  tous les acteurs de l’écosystème à savoir, les institutions de l’Etat, les sociétés privées, les universités et les écoles professionnelles et techniques, les startups, les banque et les sociétés de transfert d’argent, la société civile ainsi que toute la population nigérienne à se joindre au ministère  afin  que cette première édition soit un succès mémorable.

Il faut noter qu’au cours du point de presse qui s’est déroulé en présence du DG des responsables de l’ARCEP, de l’ANSI et de la HAPDP, le Secrétaire  Général  du ministère  de la Communication,  des Postes et de l’Économie Numérique, Président du comité d’organisation de la semaine du numérique,  M. Moustapha Tinao a  pris la parole pour expliquer les missions assignés à l’organe qu’il dirige ainsi que le plan d’actions qui a été élaboré pour la réussite de l’évènement. « Le  comité d’ad hoc  est chargé  d’appuyer le prestataire dans l’organisation de la semaine, définir et valider les activités de la semaine  du numérique,  superviser les activités  de la semaine, veiller à l’implication inclusive des acteurs, et élaborer un rapport de fin de mission du pilotage  de l’organisation », a-t-il indiqué. A cet effet, a souligné M. Tinao, « le Comité s’active efficacement pour que cette 1ere édition  de la semaine du numérique ait un succès retentissant car cette  thématique  cadre parfaitement  avec la lettre de mission confiée au ministre de la Communication,  des Postes et de l’Economie  Numérique par le Président du CNSP, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani et illustre fort toute l’importance  primordiale que le gouvernement  accorde au secteur du  numérique en temps que vecteur principal  du développement socio-économique  et culturel ». Le SG du ministère de l’Economie numérique, des Postes et de la Communication a saisi l’occasion pour rassurer que « le comité ne faillira donc pas à sa mission, il s’impliquera énergétiquement afin de réussir cet événement majeur ».

Dans le même ordre d’idée, l’Agence Jeunesse Production Plus (JPPlus), prestataire en charge de l’organisation  de l’évènement a été invité à faire une brève présentation  des activités parallèles qui seront tenues au cours de cette semaine qui permettra  également de sensibiliser, de promouvoir et surtout d’orienter  les jeunes notamment les jeunes filles vers les métiers porteurs et à haute valeur ajoutée du numérique.

Mamane Adamou (actuniger.com)



Commentaires

0
Djamilou
4 mois ya
L'initiative du thématique " semaine du numérique" permettra à notre pays de ce développer dans plusieurs domaines à savoir : l'éducation, santé, sécurité, ----
et encore se une opportunité à notre jeunesse de trouver beaucoup d'opportunité .
Like J'aime like haha 2 Répondre | Signaler ce commentaire
0
LilWayne
4 mois ya
Waouh juste comme ça, a travers du blabla...wake UP.. beaucoup reste a faire. Mettre d'abord une plateforme d'ingénieurs en place capable d'innovation s , lier des partenariats crédibles avec des GAFA...et m, peut être on va amorcer un début de solutions
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Biniyaminou
3 mois ya
Effectivement M. Djamilou il est temps pour le développement de notre pays.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Andre edgard Adjovi
4 mois ya
Quelle place pour l'énergie ??? ...le numériqu
e et l'énergie ! ! !
Wsp 0022795535515
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
4 mois ya
Parlant justement du numérique , même en froid avec. quelqu'un pour un pauvre jugement ou une mauvaise appréciation , n'est ce pas aussi intéressant de s'inspirer de lui quand il pose des actes qui bénéficie la population qui se fait escroquer , racketter par des agents de l'État nonobstant le fait qu'ils ont un salaire comme tous les fonctionnaires de l'Etat ?

Comment comprendre que des forces de désordre , plutôt d'ordre , au vu et su de tous dans les agglomérations et carrefours ,pour des infractions imaginaires se remplissent personnellement leur poche au lieu que ces fonds collectés des citoyens lambda devraient rentrer dans les caisses de l'État ....

Pourquoi ne pas refonder le cadre, en attribuant des numéro de badge d'identification et faire en sorte que les porteurs régulant les trafics ne dealent pas avec l'argent .... Moderniser le système de sorte que lorsqu' il y a une infraction , c'est à la structure
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
4 mois ya
Que le verbalisé doit payer à travers une E. QUITTANCE comme implémentée au Bénin ??

Pourquoi ce porteur dans la régularisation des trafics , estime c'est son droit de garder l'argent qu'il a collecté avec les citoyens ... Ce porteur n'a t il pas de salaire comme tous les agents payés par l'État ???

C'est aussi le droit aux citoyens de refuser ces paiements illégaux qui contribuent à la perpétuation de la corruption ...

En attribuant des numéro de badge , l'identification sera plus facile et faire en sorte , par un mémento , le porteur en tenue dans les trafics , n'a pas le droit de collecter de l'argent mais simplement d'issue des tickets simplement des contraventions, comme cela se passe dans les pays de respectant ou quand tu donnes de l'argent à un porteur de tenue , il est en droit de te menotter pour corruption et si par mégarde ou cupidité , il prend l'argent , il sera simplement viré du corps : CORRUPTION ZÉRO
Like J'aime like 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
4 mois ya
ÉLECTRONIQUE QUITTANCE DU BENIN ..

La Police réprime depuis le 1ER MARS les infractions liées au non-respect des prescriptions du code de la route. Voici ce qu’il faut faire en cas de verbalisation pour l’une des infractions.

En voiture, l’usager peut être verbalisé pour l’une de ces infractions : défaut d’éclairage, usure pneumatique, défaut de plaque d’immatriculation, défaut d’assurance, défaut de visite technique, etc.
Le conducteur d’une voiture sera également verbalisé pour défaut de permis de conduire, le téléphone au volant, excès de vitesse, etc.

Les motocyclistes verront leur moto retirée pour non-port de casque aussi bien par le conducteur que son passager.

La catégorie d’infractions pour lesquelles les motocyclistes et usagers en voiture seront
verbalisés lors de l’opération en cours sur tout le tout territoire national est liée au non-respect des signalisations horizontales et verticales.

A suivre
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
4 mois ya
Suite 1

« Dans cette rubrique, nous allons retrouver des infractions comme le non-respect des couloirs de circulation à savoir la chaussée pour les véhicules et la piste cyclable pour les motocyclettes »,
selon le Commissaire Major de Police Éric Orou Yerima, chef de la cellule de communication et porte-parole de la Police Républicaine.

L’officier de policie rappelle la procédure à suivre par un usager verbalisé pour l’une de ces infractions.

Procédure à suivre…

« Lorsque vous êtes verbalisés pour une infraction liée au non-respect des prescriptions du code de la route, vous avez la possibilité de payer la contravention sur place en ligne en allant sur le PORTAIL E-QUITTANCE après quoi vous IMPRIMEZ LE RÉCÉPISSÉ et vous entrez en possession des pièces de votre voiture ou de votre moyen de déplacement, selon le cas »,
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
4 mois ya
Suite 2 et temps

a expliqué le porte-parole de la Police républcaine sur la session AskGouv.
Éric Orou Yerima précise qu’il y a également la « possibilité de payer directement à travers un dispositif de lecteur dont la Police républicaine s’est dotée ».

« Ces lecteurs, partout où ils sont disponibles, permettent, dès qu’on insère le numéro d’une voiture en infraction de constater immédiatement si cette voiture est à jour vis-à-vis de l’assurance, de la visite technique et de la taxe sur les véhicules à moteur. Après ces différentes vérifications, on émet l’avis de contravention que la personne verbalisée valide dans son numéro mobile money et le montant est aussitôt défalqué après quoi on lui remet un récépissé comme preuve du paiement de la contravention », a expliqué le porte-parole de la Police Républicaine.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
4 mois ya
8) 8) Il est grand temps aussi de de passer de ces gros catalogues dans les commissariats et autres centres administratifs au profit de la digitalisation ...l'usage uniforme des ordinateurs et la saisie dans des banques de données .... De sorte que lorsqu' une pièce est issue dans tel département X , avec le nom ou numéro attribué au dossier , si le bénéficiaire essaie de refaire un doublon ou n'importe quelle autre raison , il est facile à l'officiel dans un Département Y de voir et savoir quel tel document est issu telle date par telle agglomération
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Abassa
2 mois ya
Il est temps de développer notre pays.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Mz
2 mois ya
Le ministre de la communication nigérienne n’a pas encore parlé sur le réseaux satellitaire STARLINK pourquoi?
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer
CANAL + BAN2

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2550 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
564 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
358 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
502 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
394 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
382 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2286 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages