vendredi 7 octobre 2022

2949 lecteurs en ligne -

fraren

Assemblée générale ordinaire de l'ONG DIKO: une nouvelle organisation et de nouveaux textes pour renforcer le soutien aux populations

 AG ONG Diko

 

L'organisation non gouvernementale, l'ONG DIKO, a tenu, du 21 et 22 juillet 2022 à Niamey, sa 4e Assemblée générale ordinaire. Au cours des deux jours de travaux, les membres de l'ONG ont procédé à la validation du plan stratégique 2022-2025 de l’organisation ainsi que du Cadre d'action humanitaire pour la même période, la mise en place du Conseil d'administration, d'une direction exécutive ainsi que l'adoption d'autres textes destinés à améliorer au quotidien la qualité de ses actions en faveur des populations.

  

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C'est sur une véritable note de satisfaction qu'a pris fin, le vendredi 22 juillet 2022, les travaux de la 4e Assemblée générale ordinaire de l'ONG DIKO (Soutien en Zarma). Les deux jours d'intenses travaux ont permis, en effet, aux membres de doter l'organisation d'un nouvel organe et de valider une série de textes qui vont permettre à l'ONG de se donner un nouvel élan d'atteindre ses objectifs visant à soutenir les populations conformément à sa vision.

C'est ainsi qu'en plus de l'adoption du bilan technique et financier 2019-2021 et l'adoption d'une série de résolutions, l'ONG s'est dotée d'un Conseil d'Administration de six (06) membres dont la présidence est assurée par M. Mahamadou Tari Bako, ainsi qu'une Direction exécutive confiée à M. Soumana Issoufou, ancien président de l'organisation. Les travaux ont également permis de valider le Plan stratégique 2022-2025 ainsi que le Cadre d'action humanitaire en plus de l'adoption de nouveaux textes notamment le manuel de gestion administratif et financier, de la politique anti-corruption et anti-fraude et du document de code de bonne conduite.

La clôture des travaux a été marquée par une cérémonie solennelle à l'hôtel Bravia de Niamey qui a été rehaussée par la présence des Conseillers Techniques des ministères de l'Action Humanitaire et celui de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, l’Ambassadeur de Pakistan au Niger, des autorités locales de plusieurs communes d'interventions de l'organisation, des représentants des partenaires techniques et financiers (PTF) dont l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID) un des partenaires stratégiques de DIKO, des membres du Conseil d'Administration de l’ONG, des représentants d’autres organisations nationales et internationales et de nombreux invités.

 AG ONG Diko BIS

L'ONG DIKO, une organisation de référence dans le domaine humanitaire

Dans l'allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président du tout nouveau Conseil d'administration de l'ONG DIKO a, tout d'abord, tenu à exprimer sa compassion et sa solidarité ainsi que celle de l'organisation au gouvernement et aux populations victimes des crises sécuritaires et humanitaires qui affectent certaines régions du pays particulièrement celles de Tillabéri, Diffa, Tahoua et Maradi.

M. Mahamadou Tari Bako a ensuite tenu à transmettre sa profonde gratitude à l'équipe dirigeante sortante de l'ONG pour le travail abattu durant toutes ces années et a rendu un hommage particulier et mérité à l'ancien président M. Soumana Issoufou ainsi qu'au secrétaire général, M. Almoustapha Amadou, désormais respectivement directeur exécutif et directeur exécutif adjoint, pour leur leadership grâce auquel l'ONG DIKO a acquis l'envergure qui est aujourd'hui la sienne. Le Président du Conseil d'administration a saisi l'occasion pour faire la genèse de l'ONG qui a vu le jour en 2006 à Goudel sous forme d'une association, l'APSV (Association pour le secours au personne vulnérable), avant de grandir et d'étendre ses actions avec sa transformation en ONG en 2009 et d'être citée aujourd'hui parmi les grandes organisations sinon l'organisation de référence œuvrant dans l'humanitaire et le développement pour l'amélioration des conditions de vie des populations avec une présence dans 73 communes sur les 265 que compte le Niger. " Le chemin n'a pas été facile, les difficultés ont surgi de toute part, les voies du découragement ont hanté ces jeunes pendant des années", a reconnu M. Tari Bako qui a toutefois indiqué que malgré les défis et obstacles, "DIKO a su tenir son rang grâce à un leadership effectif et de transformation mettant au cœur de ses actions le bien être des communautés ". C'est pourquoi, d'ailleurs, il a tenu à associer à cet hommage, " tous les staffs qui se sont succédés au sein de l'organisation et l'ensemble du personnel actuel de DIKO, qui travaille avec courage et abnégation, souvent dans des conditions extrêmement périlleuses, pour la cause humanitaire ". Pour ma part, a-t-il également assuré, " je tiens à rassurer l'ensemble des membres de DIKO de mon entière disponibilité à œuvrer de concert avec eux dans l'accomplissement des engagements qui nous sont confiés et de ma ferme volonté d'être à l'écoute des préoccupations de toutes et tous ".

Une nouvelle dynamique pour relever les défis actuels et futurs

Poursuivant son allocution, M. Mahamadou Tari Bako a aussi rappelé le contexte international et national en constante mutation et marqué par de multiples crises et de nombreux défis dans lequel s'est tenu cette 4e Assemblée générale ordinaire. " Face à une telle situation, les populations nigériennes ont plus que jamais les yeux tournés vers l'Etat et ses partenaires, pour proposer des solutions aux préoccupations multiples et variées ", a fait remarquer le Président du Conseil d'administration pour qui, au regard des résultats atteints, cette 4e assemblée statutaire a atteint pleinement son objectif en mobilisant toutes les forces et énergies pour permettre à la structure de se doter d'un nouveau Conseil d'Administration, d'une Direction exécutive, d'un Plan Stratégique 2022-2025 et d'un Cadre d'action humanitaire pour améliorer au quotidien la qualité de ses actions. " J'entends pour ma part orienter mon action dans la mise en œuvre de toutes ces réformes en étroite collaboration avec les membres du Conseil d'administration, la Direction exécutive et les partenaires pour insuffler une nouvelle dynamique à notre structure ", a réaffirmé M. Mahamadou Tari Bako qui a saisi l'occasion pour inviter tous les membres de l'organisation à œuvrer de concert, en vue d'adapter la réponse de DIKO au cœur des besoins des populations et mieux la préparer à relever les défis actuels et futurs. 

AG ONG Diko BIS2

" La multiplicité des zones de conflits et des crises humanitaires, l'accroissement de la pauvreté et les autres fléaux tels que la pandémie de la Covid-19, la dégradation de l'environnement due au changement climatique sont autant de préoccupations auxquelles il nous faut urgemment trouver des réponses appropriées. Nous devons agir vite pour trouver les meilleurs moyens de répondre efficacement aux besoins des populations affectées par les crises. Si nous voulons véritablement réduire les disparités au sein des communautés, accroitre à la fois nos chances et celles des générations futures, vivre dans un monde plus équitable et plus sûr, nous devons tenir les engagements pris en matière de développement, notamment les dix-sept Objectifs de développement durable (ODD). Nous n'avons pas d'autres choix car nos cibles, les partenaires et même l'Etat en attendent beaucoup. Nous ne pouvons rester sourds à cette légitime aspiration d'un monde meilleur, ces légitimes revendications du respect des droits de l'homme, de la protection des personnes et tout particulièrement des plus vulnérables notamment les femmes et les enfants ". M. Mahamadou Tari Bako, Président du Conseil d'administration de l'ONG DIKO.

Le Président du Conseil d'Administration n'a pas manqué de plaider auprès de l'Etat, des bailleurs de fonds et des partenaires pour renforcer les capacités techniques et financières de DIKO afin de faire de l'organisation humanitaire, une référence à l'échelle nationale et internationale. Il a, enfin, tenu à transmettre ses remerciements notamment au Gouvernement à travers le Ministère de l'Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire pour les multiples appuis qu'il ne cesse d'apporter aux ONGs, les bailleurs de fonds, les partenaires, toutes les personnes et institutions qui soutiennent DIKO dans ses activités ainsi que toutes les ONG nationales avec lesquelles l'organisation collabore pour développer des stratégies communes.

Une nouvelle ère portée par de nouvelles perspectives

Il faut noter qu'au cours de la cérémonie, outre la présentation du bilan technique et financier 2019-2021 et celle des nouveaux membres du Conseil d'Administration, plusieurs représentants de l'Etat et des partenaires techniques et financiers (PTF) ont pris la parole pour apporter des témoignages édifiants sur leur collaboration avec DIKO, notamment le Responsable de l’Action Humanitaire d’AECID M. Javier Morera Marcos qui dans son intervention a apprécié la qualité de la gestion de l’organisation et a réaffirmé la disponibilité de l’AECID à accompagner DIKO.  Dans l'ensemble, les intervenants se sont félicités de leurs partenariats et ont félicité et encouragé DIKO et son équipe dirigeante pour la qualité et l'efficacité de leurs actions en faveur des populations. 

AG ONG Diko BIS6

M. Javier Morera Marcos, Responsable Action Humanitaire AECID

La cérémonie a été aussi marquée par la présentation et la projection de quelques réalisations de DIKO notamment sur les actions de renforcement de la résilience dans la bande sud de la région de Maradi ainsi que la lecture des différentes résolutions. L'instant solennel qui a marqué la fin des travaux et la clôture de la cérémonie a été la passation de charge entre l'ancienne équipe dirigeante et la nouvelle, dans un moment empreint de vives émotions et qui marque le début d'une nouvelle ère dans la vie de l'organisation qui a désormais atteint sa pleine maturité.

AG ONG Diko BIS5AG ONG Diko BIS3
AG ONG Diko BIS1AG ONG Diko BIS4

M. Abdoul Karim (actuniger.com)

.

Commentaires  

0 #1 TOTO A DIT 24-07-2022 00:31
:-* Quand le Président de la Guinée affirme que le seul candidat que je suis prêt à parrainer, c’est le peuple de Guinée.. et que TOTO A DIT partage , es tu obligé d'aller à la ligne ..'' 8)

Le président de la Transition a survolé l’actualité sociopolitique brûlante du moment. Durée de la transition, actions de la CRIEF, récupération des biens de l’Etat, crimes de sang, parrainage de candidats à la prochaine présidentielle… Colonel Mamadi a ouvert son cœur dans une interview publiée par la Présidence guinéenne, à travers sa Direction de l’information et de la communication.

Entretien !

Vous avez récemment proposé pour la durée de la transition, 39 mois. Mais le CNT a opté pour une transition de 36 mois.
Qu’est-ce qui justifie cette durée ?

COLONEL MAMADI DOUMBOUYA : 39 ou 36 mois, ce n’est pas le nombre de mois qui importe. Mais ce qui va être fait pendant la période de la transition pour le bien de la Nation. De plus, une durée de transition est forcément corrélée à l’exécution de certaines activités qui sont fondamentales pour le futur de la Guinée.
Ceci dit, la durée proposée tient compte du temps nécessaire à la mise en œuvre des tâches qui sont indispensables pour la construction d’un pays normal et assaini.
Si on veut faire les choses sérieusement et ainsi éviter que le pays ne retombe dans ses travers du passé,
A suivre....
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 TOTO A DIT 24-07-2022 00:34
Suite 1
Le recensement général de la population par exemple, pour être bien fait, nécessitera plusieurs mois. De même que la rédaction et l’adoption de la nouvelle constitution. Donc, nous n’agissons pas dans la logique d’une transition à rallonge, mais dans une dynamique de refondation d’un pays qui allait très mal.

Que pensez-vous de la situation de ce pays avant les évènements du 5 septembre ?

La Guinée est un pays qui dispose d’importantes ressources naturelles qui suffisent à son développement. Mais malheureusement, la mauvaise gestion du pays qui a caractérisé les gouvernances successives, le tissu social qui s’est beaucoup effrité du fait des manipulations politiques, tous ces facteurs, et bien d’autres ont plombé les perspectives de progrès au détriment des populations. C’est pourquoi, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour inverser cette tendance.

Certains estiment que vous vous employez à étendre la durée de la Transition pour rester au pouvoir. Qu’en dites-vous ?

Dès le lendemain du 5 septembre, j’ai clairement exprimé ma volonté d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel. L’engagement pris dans la charte sur ma non candidature et celle des membres du CNRD, traduit, on ne peut mieux, mes intentions. Cependant, il est raisonnable pour moi de corriger les défaillances qui pourraient reconduire le pays vers l’abîme, comme ce fut le cas, dans un passé récent.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 TOTO A DIT 24-07-2022 00:36
Suite 2
Le but pour moi, est de permettre aux futurs dirigeants de la Guinée de trouver un pays nettoyé, assaini et épuré. C’est en tout cas le sens des réformes que le CNRD, sous mon autorité, a engagées depuis le 5 septembre.

Justement Monsieur le président, vous avez créé la CRIEF et lancé l’opération de récupération des domaines de l’Etat. Qu’attendez-vous de ces mesures ?


Je vous remercie de n’avoir retenu que ces deux sujets, mais je vous rappelle que depuis le 05 Septembre, nous avons entamé énormément de projets structurants au profit de l’Etat. Plus de 60 ans après l’indépendance de la Guinée, nous n’avons pas de routes, les Guinéens dans leur large majorité vivent dans la misère, les écoles et les hôpitaux sont dans de piteux états. Pendant ce temps, un petit groupe de personnes s’enrichit à coups de milliards de francs guinéens, s’attribuent des biens de l’Etat en se servant de leur statut. Cela ne peut pas continuer.

C’est pourquoi, la reddition des comptes pour des personnes ayant géré la chose publique est tout à fait normale. Il revient à la justice, et à elle seule, d’apprécier cette gestion et d’en tirer les conséquences de droit. De plus, les biens qui sont du domaine public doivent revenir, advienne que pourra, dans le portefeuille de l’Etat. Et ce sont des mesures de salut public qui ne sont dirigées contre personne,
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 TOTO A DIT 24-07-2022 00:44
Suite 3
mais sont destinées simplement à restituer à l’Etat ce qui lui appartient. Le peuple de Guinée mérite ça au moins.


Pourtant Monsieur le président, certains prêtent à ces mesures que vous venez d’évoquer, une volonté de votre part d’écarter des leaders politiques de la course à la prochaine présidentielle. Qu’avez-vous à répondre à cela ?

Vous savez, aller aux élections pour solliciter le suffrage des Guinéens est une chose, répondre de sa gestion de la chose publique en est une autre. Donc, les deux choses sont totalement différentes. Moi, je souhaite savoir ce qui a été fait, ces dernières années, des biens qui appartiennent, à vous, à moi et à tous les Guinéens, comment ces biens ont été administrés. Et il revient à la justice de déclarer telle ou telle personne éligible ou inéligible. Je ne m’ingère pas dans le travail de la justice. Ce n’est ni mon intention ni mon travail. La justice encore une fois, sera la boussole de cette transition, et j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux.

Le Procureur général près la Cour d’appel de Conakry a annoncé des poursuites pour crimes de sang à l’encontre d’anciens dignitaires du régime déchu. Certains y voient une chasse aux sorcières orchestrées depuis le Palais Mohammed V. Qu’est-ce que vous en pensez ?

En tant que Président de la transition, je suis le garant des institutions, et par ricochet, de l’indépendance de la Justice.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 TOTO A DIT 24-07-2022 00:50
Suite 4 et finito :zzz :zzz
A ce titre, il ne me revient pas de commenter une affaire pendante devant la justice. Ce que je peux vous dire par contre, c’est que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que les magistrats dans l’exercice de leurs fonctions ne subissent aucune pression venant de qui que ce soit.

Avez-vous un candidat que vous parrainez discrètement pour lui remettre ensuite le pouvoir ?

Je vous rassure, le seul candidat que je suis prêt à parrainer, c’est le peuple de Guinée.

Avez-vous, Monsieur le président, un message particulier à lancer aux Guinéens pour terminer cet entretien ?

Évidemment. Guinéennes et Guinéens, mon intention est de respecter les engagements que j’ai pris devant vous et devant l’histoire, en me battant à vos côtés pour vous rendre ce qui vous a été pris.
Une Guinée nouvelle, avec des dirigeants qui font corps avec les aspirations du peuple, est possible. C’est l’objectif qui guide et oriente mes actions. Que Dieu bénisse la Guinée !
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Hassane 28-07-2022 07:09
Bonjour !
Vous faites un article sur une ONG sans la présenter au tout début. Au moins une très brève présentation vous aussi.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com