Sidebar

Airtel Kassoua Garbal

NITA Fond Site Web 675 x 240

 Justice CEDEAO

La Cour de Justice de la Cédéao (CJC) a rendu, ce jeudi 7 décembre 2023, le délibéré sur les mesures provisoires dans l’affaire concernant l’Etat du Niger et sept (7) autres contre la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement et deux (2) autres dont l’audience s’est tenue le 21 novembre à son siège à Abuja, au Nigeria. Dans la décision qu’elle a rendue, la Cour a estimé que les militaires qui ont pris le pouvoir au Niger n’ont aucune qualité pour représenter l’Etat du Niger et donc saisir la juridiction communautaire. Les sages de la Cour ont, en conséquence, déclaré « irrecevables », les requêtes principales et secondaires introduites par les avocats de l’Etat du Niger et 7 autres plaignants et portant sur la légalité des sanctions économiques et financières prises par la Conférence des Chefs d’Etat de l’organisation communautaire lors de leur sommet extraordinaire du 30 juillet 2023 sur la situation politique du Niger suite au coup d’Etat du 26 juillet. Une décision qui intervient à la veille d’un nouveau sommet des dirigeants ouest-africains qui va également se pencher sur la question avec comme principal enjeu, la levée ou non des sanctions qui affectent durement les populations nigériennes depuis maintenant plus de trois (03) mois.

 

Dans leur décision, les sages de la Cour communautaire ont estimé que « les militaires qui ont pris le pouvoir au Niger par la force, n’ont pas qualité pour représenter l’Etat du Niger, et donc  n’ont aucune qualité pour saisir la cour de justice de la CEDEAO ». C’est du reste la principale ligne de défense des avocats de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement et deux (2) autres dans le procès qui les oppose à l’Etat du Niger et sept (7) autres sur la légalité des sanctions prises par les dirigeants ouest-africains contre le Niger suite au coup d’état du 26 juillet dernier.

Ainsi donc, la Cour de Justice de la Cédéao a suivi la défense des avocats de la Conférence des chefs d’Etat et a débouté les plaignants à savoir l’Etat du Niger ainsi que la consultante Docteur Moussa Fatimata, la Société Nigérienne d’Electricité (NIGELEC), la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger (CCIN), le Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports Publics (CNUT), le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Niger, le Réseau des Chambres d’Agriculture du Niger  (RECA) et le Syndicat des Commerçants Importateurs du Niger (SCIN). 

Pour rappel, après l’audience d’audition des deux parties qui s’est tenue le 21 novembre à son siège à Abuja, la Cour a fixé le délibéré pour ce 07 décembre 2023.

A l’audience, les requérants représentés par Me Mounkaila Yayé et cinq (5) autres avocats ont plaidé que les sanctions imposées par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement entrainent des conséquences néfastes pour le peuple nigérien qui manque de nourriture, de médicaments et d’électricité en raison de la fermeture des frontières et la Coupure par le Nigeria de la fourniture en électricité.  Ils ont demandé à la Cour de prendre des mesures provisoires en ordonnant à la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement la levée immédiate   desdites sanctions.

Ils ont noté que les défendeurs ont exagéré dans la prise des sanctions parce qu’elles n’ont pas été graduelles et que le Niger a été traité de manière inégale et injuste par rapport aux trois autres Etats membres dans lesquels une junte a pris le pouvoir de manière anticonstitutionnelle. Il s’agit du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée. Les requérants ont également demandé à la Cour de retenir « prima facie » sa compétence pour connaitre de l’affaire ainsi que de déclarer la requête recevable conformément aux textes de la Cour. 

Les défendeurs à savoir : la Conférence des chefs d’Etat, le Conseil de médiation et de sécurité et la Commission de la CEDEAO représentés par Me François Kanga-Penond,  ont soulevé une exception d’irrecevabilité de la requête demandant à la Cour de rejeter la demande des requérants. Me Kanga-Penond a expliqué que le coup d’état n’est pas reconnu dans une démocratie et que la junte n’a pas qualité pour engager une action devant la Cour parce que le Président démocratiquement élu a une action en instance devant la Cour par laquelle il conteste la légitimité de cette même junte. Il en déduit que ce défaut de qualité à agir empêche la juridiction communautaire d’examiner cette demande de mesures provisoires. 

Dans la requête introductive, les requérants, l’Etat du Niger, six organismes nigériens et une ressortissante nigérienne demandent aussi à la Cour de constater l’illégalité entachant les mesures prises par la Conférence des Chefs d’état et de Gouvernement de la CEDEAO lors de ses sessions extraordinaires des 30 juillet et 10 août 2023 et visant à rétablir l’ordre constitutionnel en République du Niger. Ils prient la Cour d’annuler toutes les décisions de ces organes de la CEDEAO portant sanctions, y compris la décision de recourir à l’intervention armée contre la République du Niger. 

Il faut noter qu’avant cette décision de la CJC, les plaignants ont été également déboutés sur la même affaire, en référé, au niveau de la Cour de justice de l’UEMOA, siégeant à Ouagadougou. Cette décision de la Cour communautaire de justice intervient à la veille d’un nouveau sommet des Chefs d’Etat de la Cédéao, le weekend prochain à Abuja, et qui vont devoir se prononcer sur le maintien ou non de ces sanctions économiques et financières qui affectent durement les populations nigériennes depuis bientôt plus de quatre mois. Le 14 décembre prochain, la Cour aura également à rendre verdict sur l’affaire opposant cette fois l’ancien président Bazoum Mohamed et l’Etat du Niger sur « la violation des ses droits » notamment sa détention ainsi que celle de son épouse et de son fils, qualifiées d’arbitraires par leurs avocats.

A.Y.Barma (actuniger.com)



Commentaires

1
incontournable
2 mois ya
La CEDEAO Veut pousser le peuple nigérien à mettre fin au problème actuel en marchant sur le lieu de détention de Mr Bazoum et de mettre fin a sa vie pour avoir la paix. en bon entendeur salut
Like J'aime like 2 Répondre | Signaler ce commentaire
5
Rossignol
2 mois ya
Nous allons contourner ce probleme cedeao en l'ignorant tout simplement. Apres tout, cette cour est presidee par le meme ivoirien qui prend ses ordres aupres de ouattara qui lui meme prend ses ordres aupres du toubib raciste et genocidaire. Cet energumene qui venait de debouter Ousmane Sonko pour faire plaisir a macky sall ne nous surprend guere. Il est clair qu'a present, aucune issue n'est possible avec les deux institutions regionales et sous regionales. Les nigeriens doivent se montrer imaginatifs et encore resilients pour emerger la tete haute de cette marre de yallambouli infestee de crocodiles qui veulent nous devorer crus. Allons seulement.
Like J'aime like 2 Répondre | Signaler ce commentaire
0
Issaka
2 mois ya
Les nigériens doivent encore se montrer résilient alors même que tous ses cinq mois, rien et absolument rien n’a été fait pour les problèmes de fond qui intéressent et touchent les nigériens? A quand toutes les promesses faites pour l’amélioration socio-économique et la justice pendant qu’on continue à être résilient?
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
6
AES des peuples
2 mois ya
Bravo a cette CEDEAO qui donne la raison ultime a nos trois etats de concretiser le projet commun AES. Jamais on y aurait pense sans le coup de pouce de nos deux ex cadres d'integration cedeao et uemoa. Merci cedeao, merci uemoa, merci macron pour ce beau cadeau qu'est l'AES des peules des etats du liptako gourma.
Like J'aime like love 8 Répondre | Signaler ce commentaire
4
Kdoua
2 mois ya
Félicitations à la cour de la cédéao qui permet vraiment à l' AES de sortir enfin du joug colonial et surtout de ce maudit CFA.
Il vaut mieux aller doucement et sûrement que de se précipiter et tomber.. C'est l'aube d'un nouveau jour pour l'AES.
Like J'aime like love 8 Répondre | Signaler ce commentaire
4
Dankadouro
2 mois ya
Si elle refuse de reconnaitre les autorités actuelles pour illégalité alors à qui donc va-t-elle remettre les 1,900.000 dollars. Foutaises et idioties,
Like J'aime like 3 Répondre | Signaler ce commentaire
0
Realiste
2 mois ya
Apres 5 mois, il est temps pour le CNSP de faire sa propre introspection pour voir ce qui a marche et qui merite d'etre ameliore et tire les lecons de ce qui n'a pas marche pour corriger vite. Cet exercice est vital pour lui meme et pour le pays pour engranger quelques victoires tant a l'interieur qu'a l'exterieur. Objectivement ce premier gouvernement du CNSP ne merite pas 5/20. Meme si la securite s'est nettement amelioree, le reste du tableau est deplorable. Un gouvernement incapable de se montrer offensif, anticipatif et creatif dans la quete de solutions aux maux qui nous assaillent. Aucune offensive diplomatique, aucune initiative economique comme la suppression de la TVA, baisse du prix des carburants a la pompe et controle rigoureux des prix pour soulager la population qui souffre. Cote justice, les delinquants courent apres avoir cache leurs magots. Les annonces politiques fortes au debut de la transition ont fait pshiiitttt. Une com pathetique n'offrant aucune visibilite.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Issoufou Idrissa
2 mois ya
Pourquoi vouloir écouter un moribond qui est sur son lit de mort. Cette communauté des états dangereux et esclavagistes de l'Afrique de l'ouest n'a aucune autorité pour punir tout un peuple. Maintenant les militaires savent ce qui leur reste à faire : le départ de la CEDEAO
Like J'aime love 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
Ancien
2 mois ya
Sortir de la CEDEAO ne fera du mal qu’au Niger et non la CEDEAO. Il faut savoir agir stratégique pour l’intérêt du Niger et non par rancoeur.
Like J'aime love 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
Bj
2 mois ya
Merci ancien pour ta clairvoyance
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Illiassou
2 mois ya
C’est tout à fait normal que cette cour rejette cette requête parce que juridiquement ça n’a aucun sens. La CNSP et leur avocat doivent bien le savoir car une transition, par son nom même, n’est pas un pouvoir élu par le peuple.

En réalité, la CNSP ne cherche pas de solutions pour apaiser les douleurs que vivent le peuple. Elle cherche à jouer avec l’opinion publique en faisant semblant de chercher une issue sans sincérité.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Hamani
2 mois ya
Le Niger se développe bientôt on sera comme Diubai ,déjà je vu deux grattes ciels dans mon village où toutes les routes sont déjà goudronnées. Hama Amadou sera déclaré dans le monde comme le messie et sera président pour l éternité ., Il sera accompagné d apôtres venant de tilaberry et y aura des rivières de lait . C est le rêve que je fais je m appel boubaizee.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1049 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
490 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
267 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
422 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
310 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
316 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2259 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages