NITA Fond Site Web 675 x 240

 Assimi Goita Dialogue Inter malien

Le président de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta, a procédé, lundi à Bamako, au lancement du « Dialogue inter-malien pour la paix et la réconciliation nationale ». Selon la Présidence malienne, cette importante rencontre, qui durera jusqu’au 10 mai 2024, est cruciale pour l’avenir du pays et procède d’une démarche qui assure qu’aucun Malien n’est laissé pour compte dans la quête d’une paix durable. Le Dialogue qui a été précédé par une série de consultations populaires sur différentes thématiques se rapportant aux défis auxquels le pays fait face actuellement, constitue l’avant dernière étape d’un processus entamé avec la décision des autorités de transition, annoncée fin janvier dernier, de mettre fin à l’Accord d’Alger de 2015 signé entre Bamako et les groupes rebelles et indépendantistes du nord-Mali.

 

Zeyna commission0

 

Dans son discours d’ouverture, le Colonel Assimi Goïta, a mis en avant l’inclusivité du processus, tout en invitant le Comité de Pilotage du Dialogue Inter-Maliens, installé en février dernier, à respecter la diversité d’opinions et culturelle, et à interdire toute forme de discours haineux. Aussi, le chef de l’Etat malien a relevé l’importance de l’unité et de la solidarité pour surmonter les défis actuels et futurs, affirmant que « le peuple malien compte d’abord sur ses propres forces, mais aussi sur l’accompagnement de partenaires sincères et sur une intégration réelle au sein de l’Alliance des États du Sahel ». De ce fait, il a invité les participants à maintenir un esprit de franchise et de patriotisme pour que les recommandations finales reflètent fidèlement les préoccupations des maliens. « Le Mali, naguère paisible, a dû affronter une crise complexe et des conflits exacerbés par des influences internes et externes. Mais, dans un sursaut de dignité, le peuple malien a repris son destin en main, illustré par la reprise de Kidal et d’autres territoires du nord », a déclaré le Président GOÏTA qui a également souligné l’importance de l’unité et de la solidarité pour surmonter les défis actuels et futurs, affirmant que « le peuple malien compte d’abord sur ses propres forces, mais aussi sur l’accompagnement de partenaires sincères et sur une intégration réelle au sein de l’Alliance des États du Sahel ».

« Nous avions été réduits à être des observateurs du martyre de notre peuple, pour des raisons économiques et géostratégiques auxquelles nous étions totalement étrangers. Nos forces de défense et de sécurité, auxquelles on avait enlevé toute capacité offensive, ne pouvaient nullement assumer leur mission régalienne de protection du territoire, des populations et de leurs biens ». Colonel Assimi Goita

Cette phase du Dialogue Inter-Malien (DIM) s’annonce, selon le comité de pilotage, comme l’ultime étape de synthèse et de consolidation des recommandations issues des discussions préliminaires tenues dans les communes, les régions, les ambassades, les consulats et les universités de Bamako et Ségou.  Durant les 5 jours de travaux, les débats seront axés sur diverses thématiques liées à la vie socioéconomique et culturelle des maliens, incluant la paix, la réconciliation nationale, les questions politiques, économiques, sécuritaires, et géopolitiques, dans un esprit de dialogue fraternel et constructif.  Les conclusions, recommandations et résolutions qui émergeront de ces discussions seront consignées dans un rapport final qui sera remis au Chef de l’État.

Requiem pour l’Accord d’Alger

Il convent de rappeler que le Dialogue inter-maliens pour la paix et la réconciliation nationale a été annoncé il y a quelques mois par le Président Goita après la décision des autorités de transition de mettre fin à l’Accord d’Alger de 2015 qui était déjà en panne et a pris un chemin de non-retour fin 2023. On se rappelle dans un communiqué publié le 25 janvier 2024, Bamako a annoncé, la « fin, avec effet immédiat », dudit Accrod signé à Alger en 2015 avec les groupes indépendantistes du nord du pays. Les autorités de transition malienne avaient alors évoqué « le changement de posture de certains groupes signataires », mais aussi « les actes d'hostilité et d'instrumentalisation de l'accord de la part des autorités algériennes, dont le pays est le chef de file de la médiation », selon les termes du contenu lu ce jour à la télévision d'État par le colonel Abdoulaye Maiga, le porte-parole du gouvernement.

Ikali Dan hadiza (actuniger.com)



Commentaires

0
Derrick
2 semaines ya
Merci Assimi Goita de montrer la voie a suivre vers une normalisation qui preserve les acquis democratiques, renforce l'adhesion et l'appropriation populaire du nouveau Maliba en telechargement. Bonne chance
Like J'aime haha 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
2 semaines ya
8) :-? Reddition à AGUELHOK lorsqu'un groupe armé, orphelin de sponsors qui les arme, finance , forme , informe , désormais laissé à lui, actif dans la région remet tout son arsenal aux FAMa, en brandissant le drapeau blanc avec leur ....PARDON FAMa, arrêtez vos pluies de 🔥🔥..

TOTO A DIT dit une montée en puissance des Armées de L'AES ...et à leur honneur et partage.

Après la reconquête de Kidal par les Forces armées maliennes (FAMa), les actions se poursuivent quotidiennement sur le terrain en vue d’une pacification de la région.

Ces actions consistent en l’option militaire et la sensibilisation des populations civiles.


Ces opérations concernent l’ensemble des régions, où sont actifs des hommes armés qui perturbent la quiétude.

Le 28 avril 2024, d’après des sources confirmées par l’Etat Major Général à travers un communiqué,

A suivre
Like J'aime haha 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
2 semaines ya
Suite 1

un groupe armé a remis ses armes aux Forces armées dans la localité d’Aguelhok. Ces combattants ont volontairement remis tout leur équipement incluant cinq (5) véhicules ainsi que divers matériels de guerre ; y compris des mitrailleuses, des munitions et d’autres équipements militaires. Cette reddition marque un moment significatif dans les efforts de pacification de la région.


A en croire une source qui aborde cette reddition, elle s’explique par une volonté de tenter des négociations avec les Forces armées maliennes après la mort du chef terroriste Abou Houzeyfa tué par les FAMa dans la région de Gao.

Le chef militaire de DAECH a été neutralisé dans des opérations menées à Indélimane dans la commune de TALATAYE (Région de Gao).
Des sources indiquent que son bras droit présenté comme le Commandant du groupe d’hommes
qui ont fait leur reddition a également été tué dans la zone d’Aguelhok par les FAMa
Like J'aime haha angry 2 Répondre | Signaler ce commentaire
0
waly
2 semaines ya
@toto
faux comme d'hab...fausse campagne
pathetique agent de propagande russe
quelle honte
Like J'aime love 1 Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2061 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
531 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
330 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
475 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
362 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
365 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2283 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages