dimanche 27 novembre 2022

4396 lecteurs en ligne -

fraren

Burkina Faso: des tirs entendus à Ouagadougou, le signal de la RTB coupé

 Ouagadougou 30 09 2022

Des tirs ont été entendus tôt ce vendredi 30 septembre, aux environs de 4h30 du matin dans le camp de Baba Sy et dans les environs du palais présidentiel de Kossyam à Ouagadougou. Le siège de la Radiotélévision du Burkina (RTB) dont le signal est coupé et complètement encerclé par des militaires. Près des locaux de la RTB, des forces de l'ordre lourdement armées sont positionnées entre la Primature et le rond-point des Nations unies. Des véhicules militaires ont été positionnés au niveau de plusieurs axes stratégiques de la capitale.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Des sources parlent de soldats mécontents et de pourparlers en cours pour les calmer. Des gendarmes et des militaires seraient à la manœuvre, de ce mouvement d’humeur. Depuis quelques temps, certains proches du lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana ne cachent pas leur colère face à sa détention depuis plusieurs mois pour tentative de coup d’Etat et détournement de fonds.  

Ces mouvements interviennent au lendemain d’une manifestation où des centaines de manifestants ont pris d’assaut les artères de la ville de Bobo-Dioulasso, pour exiger la démission du président de la Transition du Faso, Paul Henri Sandaogo Damiba, pour, disent-ils, son incompétence dans la gestion de la crise sécuritaire.

La situation reste confuse et incertaine ce matin dans la capitale burkinabè, dirigé par une  junte militaire qui est au pouvoir depuis janvier 2022, en renversant Roch Marc Christian Kaboré. La junte militaire, actuellement au pouvoir avait alors justifié ce coup d'Etat par l’incapacité du président Kaboré, à mettre fin aux attaques des groupes jihadistes.

(actuniger.com)

.

Commentaires  

+1 #1 TOTO A DIT 30-09-2022 18:29
8) AAHHH WIWI :-* :-*
La situation est très confuse au Faso .....

TOH !!!! Est ce une raison de ne pas partager ce qui se passe .....

Et aller à la ligne reste un choix....
:D :lol: Comme TOTO A DIT n'aime pas un cadre vide .... :

Au Burkina Faso, selon plusieurs sources, le Colonel Damiba Paul-Henri Sandaogo aurait été arrêté par des soldats mutins, tôt vendredi 30 septembre 2022, après des coups de feu dans la ville de Ouagadougou et à l’intérieur du principal camp militaire du pays. Selon d’autres informations, le président burkinabè aurait plutôt trouvé refuge dans une base militaire occupée par les forces françaises dans le pays.

Plusieurs axes de la capitale burkinabè sont bloqués par les militaires, des tirs sporadiques sont toujours entendus au quartier présidentiel.

Selon plusieurs sources locales, le Lieutenant Colonel Emmanuel Zoungrana serait à l'origine du coup d'état monté étant depuis sa prison et en union soudé avec des jeunes officiers de l'armée. Il avait été arrêté en janvier dernier après avoir été suspecté de préparer un coup d’Etat. 

Qui est le colonel Emmanuel Zoungrana ?

Ex commandant du 12e Régiment d’Infanterie Commando (RIC) et le groupement des forces du front Nord, Emmanuel ZOUNGRANA est en détention préventive depuis le 14 janvier 2022 suite à son arrestation à son domicile dans la nuit du 10 janvier

A suivre
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 TOTO A DIT 30-09-2022 19:49
Suite 1
par le régime du président déchu Roch Marc Christian Kaboré.

Âgé d’une quarantaine d’années, le Lieutenant-Colonel Zoungrana est diplômé du Prytanée militaire du Kadiogo (PMK).
Passé par le centre d’entraînement commando de Pô, il a été Commandant du secteur ouest du groupement des forces de sécurisation du Nord et a dirigé le 25e Régiment Parachutiste Commando (RPC), basé à Bobo-Dioulasso.

Libéré le 2 février 2022 par le Tribunal Militaire, le Lieutenant Colonel Zoungrana sera ramené en prison le même jour par le MPSR du colonel Damiba.

Depuis, 7 mois donc, il croule en prison. Situation vécue comme une véritable injustice par une bonne partie des burkinabé dont l'armée.

Le vendredi 22 septembre, le procès en cassation du lieutenant colonel Zoungrana a été renvoyé au 27 octobre pour délibérer.

Emmanuel Zoungrana est né le 31 décembre 1981 à Bigtogo, un village du Burkina-Faso. Il entre à l'école nationale militaire de Kadiogo (PMK) en 1993, puis complète ses études en obtenant en 2000 un baccalauréat français, option philosophie. En octobre de la même année, il intègre l'Ecole des Elèves-Officiers du Togo d'où il sort sous-Lieutenant en 2003. Après avoir suivi plusieurs Formations de Rangers au Maroc, en France et dans les centres de Kpewa, il obtient en 2005 la Qualification Commando Haut Niveau, le Train du certificat de Formateurs. 
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 TOTO A DIT 30-09-2022 20:01
Suite et fin
C'est ce proche de Chérif Sy qui est présenté depuis ce matin du vendredi 30 septembre 2022 comme le nouvel homme fort du Burkina Faso. Bien évidemment, c'est une information à prendre avec beaucoup de réserves car c'est encore trop tôt pour se prononcer sur l'issue des événements qui sont encore en cours à Ouagadougou
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 BAGOBIRI 01-10-2022 11:34
Alors là, je suis scié, stupéfait. Habitué aux incohérences de TOTO A DIT, c'est avec plaisir que je viens de lire ses écrits sur la situation politique et les évènements du Burkina Faso
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 TOTO A DIT 01-10-2022 19:14
Qui sont les “cobras”, tombeurs de Damiba ?

Quand TOTO A DIT partage, es tu tenu d'aller à la ligne ...?

À l’origine du mouvement de grogne contre le pouvoir du lieutenant-colonel Damiba, des militaires de l’unité spéciale Cobra, constituée en 2019 par le général Minoungou, ex-chef d’état-major général des armées, pour combattre les groupes jihadistes qui gangrènent le pays. Selon nos informations, outre le versement de primes impayées estimées à 6 millions de francs CFA par soldat, les « Cobras » réclameraient la libération d’un de leurs chefs : le lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana.

L’ombre du lieutenant-colonel Zoungrana

Officier de terrain aux compétences avérées, réputé pour ses méthodes radicales et écrivain à ses heures perdues, Zoungrana avait été arrêté le 10 janvier car il était suspecté de fomenter un coup d’État contre le régime de Roch Marc Christian Kaboré. Selon des sources concordantes, son arrestation avait précipité le passage à l’acte, deux semaines plus tard, de Damiba et ses hommes. Depuis, le leader des « Cobras » est détenu à la Maison d’arrêt et de corrections des armées (Maca), dans l’enceinte du camp militaire Sangoulé Lamizana.

Bien qu’elle ait abandonné les charges liées à sa tentative de déstabilisation présumée, la justice militaire a retenu celles d’enrichissement illicite et de blanchiment de capitaux à son égard. Par l’intermédiaire de son avocat,
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 TOTO A DIT 01-10-2022 19:15
Suite et fin
Maitre Paul Kéré, le lieutenant-colonel Zoungrana a récemment adressé une lettre au président Damiba pour lui faire part de sa volonté de rejoindre le front. Mais il n’aurait, jusqu’à présent, reçu aucun réponse officielle du chef de l’État.

Colère froide des « Cobras »

Zoungrana toujours en prison, ses hommes sont entrés en action au lever du jour. Voilà plusieurs mois que ces militaires aguerris nourrissent des griefs contre Damiba. Après avoir activement participé au putsch du 24 janvier, ils ont été écartés du pouvoir par le nouvel homme fort du pays.

Depuis, les « Cobras » sont retournés au front, bien souvent en première ligne face aux groupes jihadistes. Manquant de moyens, ils essuient des pertes régulières dans leurs rangs. Le 27 septembre, 15 d’entre eux ont été tués dans l’attaque d’un convoi  de ravitaillement à Gaskindé, dans le nord du pays, suscitant une colère froide au sein de l’unité.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 TOTO A DIT 01-10-2022 20:31
8) :-* Ne dit on pas que donner ou partager une information connue est mieux que donner qu'une information incomplète...?? :zzz :zzz :zzz
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com