NITA Fond Site Web 675 x 240

Issoufou crise au Mali

Les chefs d’Etat de la Cedeao ont annoncé, à l’issue de leur sommet extraordinaire du lundi 27 juillet 2020, plusieurs mesures sensées apaiser le climat politique au Mali. Entre concessions du régime d’IBK et menaces de sanctions à ses opposants, les dirigeants de l’organisation régionale ont visiblement opté pour la stratégie de la carotte et du bâton. Sauf que cette solution risque d’amplifier les tensions puisque le M5-RFP a déjà opposé une fin de non-recevoir à ces décisions proposées il y a quelques jours par le médiateur attitré de la Cedeao, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan.

Zeyna commission0

Le Président en exercice de la Cedeao avait annoncé des « mesures fortes pour accompagner le Mali à sortir rapidement de la crise ». A la fin du sommet extraordinaire de ce lundi 27 juillet 2020, les chefs d’Etat de l’organisation régionale se sont plutôt contentés des propositions déjà soumises par le médiateur de la Cedeao, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, à l’issue de sa mission à Bamako, en juillet dernier.  Il s’agit notamment de la démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée parmi lesquels le Président du Parlement, une recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle et la mise en place rapide d’un gouvernement d’union nationale avec la participation de l’opposition et de la Société civile et la mise en place rapide d’une commission d’enquête pour déterminer et situer les responsabilités dans les violences qui ont entrainé des décès et des blessés les 10, 11 et 12 juillet 2020. C’est ce qui ressort du résumé des décisions entérinées par le Sommet, fait par le Président en exercice de la CEDEAO, dans son discours de clôture du Sommet qui s’est tenu par visioconférence.

Lors de la médiation des 5 chefs d’Etat envoyés à Bamako le 27 juillet dernier, les Président Issoufou du Niger, Buhari du Nigeria, Sall du Sénégal, Ouattara de Côte d’ivoire et Akufo-Addo du Ghana, avaient tenté de rallier l’opposition à ces propositions de sortie de crise. Cependant, ils ont buté au niet catégorique du M5-RFP qui a déjà rejeté ces propositions notamment celle de participer à un gouvernement d’union nationale. Et le très influent leader religieux, l’Imam Dicko a d’ailleurs averti les médiateurs que « ce que la Cedeao veut imposer au Mali ne passera pas ».

Menaces voilées de sanctions contre les opposants du M5-RFP

C’est certainement pour tenir compte de ce refus prévu d’avance que les dirigeants de la Cedeao ont décidé de brandir le bâton après avoir agité la carotte. Les solutions de sortie de crise proposées par le Sommet ont été assorties « d’un régime de sanctions  contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise ». Des menaces à peine voilées contre les opposants au président IBK qui continuent toujours d’exiger sa démission et la mise en place d’une transition politique à la tête du pays. La Cedeao a en tout cas occulté ces exigences de l’opposition car pour les chefs d’Etat,  le départ du chef de l’Etat malien est « une ligne rouge à ne pas franchir ». Dans ces conditions, difficile d’envisager un rapprochement des positions entre les principaux acteurs de la crise malienne d’autant que pour une large partie de l’opinion malienne, surtout les soutiens du mouvement de la contestation, les dirigeants de la Cedeao font le jeu du régime en place au détriment des intérêts du Mali.

D’après le Sommet des chefs d’Etat, l’ensemble des décisions et mesures édictées devront être mises en œuvre au plus tard le 31 juillet 2020. C'est-à-dire avant la fin de la trêve décidée unilatéralement par le M5-RFP pour la reprise de son mot d’ordre de désobéissance civile. Quelques heures après la fin du Sommet extraordinaire, le président IBK et son premier ministre Boubou Cissé ont d’ailleurs publié une liste d’un gouvernement restreint de six (6) membres aux postes de souveraineté notamment la Défense (Gen. Ibrahim Dahirou Dembélé), la Sécurité (Gen. Bemba Moussa Keïta), l’Intérieur (Boubacar Alpha Bah), les Finances (Abdoulaye Daffé), la Justice (Me Kassoum Tapo) et les Affaires étrangères (Tiébilé Dramé).

Les prochains jours seront donc décisifs pour le Mali mais aussi et surtout pour l’organisation régionale dont  le président ivoirien Alassane Ouattara a su bien résumer l’enjeu de l’heure à l’entame du conclave de ce lundi : « la crédibilité de la Cedeao est en jeu dans cette crise ». D’autres crises politiques se pointent déjà à l’horizon et au delà de tenter de sauver encore une fois un des leurs, le défi actuel des dirigeants en poste est de pouvoir « être aux cotés du Mali et du peuple malien », comme sans il l’a été sans cesse ressassé par eux-mêmes. Sans toutefois et pour autant, remettre en cause les propres règles de l’organisation et ouvrir par là, la voie à tous les dérapages institutionnelles. Et si justement le problème ce sont ces règles qu’il est temps de revoir à l’aune des enjeux et des défis actuels ? La difficile équation malienne en offre justement l’opportunité à la Cedeao pour redorer son blason car les maliens et les citoyens de l’espace communautaire n’ont sans doute pas oublié comment elle s’est fait entendre pour voler au secours du pays lors de la multidimensionnelle crise politique, institutionnelle et sécuritaire de 2012. Avec les conséquences que l’on sait et dont les répercussions expliquent aussi et en grande partie la situation d’aujourd’hui…

A.Y.B (actuniger.com)



Commentaires

0
Karamoko
3 années ya
issoufou, les menaces ne donnent pas les memes resultats partout. Si au Niger, les menaces, les intimidations, les emprisonnements injustes, les achats de conscience, la corruption t'ont epargne un sort pourtant merite et pire que celui de IBK, sache qu'au Mali ce ne sera pas pareil et le rejet de tes menaces et l'appel a des nouvelles manifestations le prouvent. Les maliens ont decide de prendre leur destin en main. Ils sont debout et ce ne sont pas vos menaces de sanction qui les mettra par terre. Ils ne sont pas comme certains de vos compatriotes politiciens qu'on achete avec de l'argent vole au peuple pour nuire et combattre des amis de longue date. Les leaders de l'opposition malienne ne s'achetent pas contre quelques centaines de millions de cfa pour se renier publiquement et tourner le dos a leurs militants et aller survivre dans la honte et la petitesse. L'imam Dicko n'est pas ce chef de file de l'opposition qui prend ses jambes au coup a la premiere alerte abandonnant ses partisans a leur sort. Le mouvement est en marche dans la chasse gardee de la francafrique que toi et les IBK aviez choisi de servir en lieu et place des populations. Plus rien ne va pouvoir l'arreter.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Khourouj
3 années ya
Je ne voit pas qui peut arr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
SBM
3 années ya
Bonjour
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Afrique mon Afrique
3 années ya
Menacer un peuple qui a decide de chasser un president qu'il a elu et qui l'a trahi revient a verser de l'huile sur le feu. La CEDEAO, en fermant les yeux sur les tripatouillages electoraux et sur la caporalisation de la justice dans ses etats membres, est complice de la situation actuelle du Mali. Elle s'est discreditee elle meme. J'ose esperer que des mouvements de soutien au M5 malien vont prosperer dans tous les etats membres de la CEDEAO voir dans toute l'Afrique.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
3 années ya
Ces b
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
issaid
3 années ya
Bonjour,
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Zig
3 années ya
[quote name="issaid"]Bonjour,
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Gourak
3 années ya
De tous les pr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Lecteur-Actuniger
3 années ya
Du courage SEM Pr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Ami du Mali
3 années ya
Bonjour
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Djolombi
3 années ya
L'
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Pauvre niger
3 années ya
C'est pas possible
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2071 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
532 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
331 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
477 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
363 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
365 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2283 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages