NITA Fond Site Web 675 x 240

manifestation a Bamako contre un referendum

Au Mali, une nouvelle mobilisation d'opposants au projet de révision constitutionnelle s’est déroulée, dans le calme, dans la matinée de ce samedi 17 juin, à Bamako. Les deux précédentes manifestations avaient été dispersées dans la violence. —Le texte devrait être soumis à référendum, le 9 juillet.

Zeyna commission0

Il y a eu une très grande mobilisation à Bamako et c’est la couleur rouge qui dominait. T-shirts rouges, calicots peints en rouge, cartons rouges… Vous l’avez compris, c’était une marche de colère à laquelle ont participé plusieurs milliers de personnes.

« Ne touche pas à ma Constitution. Non au référendum », ont scandé les manifestants.

Dans la foule, on reconnaît des leaders de l'opposition comme Soumaïla Cissé ou encore les anciens Premier ministres, Modibo Sidibé et Soumana Sako. Des responsables d’associations et de jeunes leaders participaient également à cette manifestation qui s’est déroulée dans le calme.

« Au lieu de chercher à réviser la Constitution, qu'on assure d'abord la sécurité des Maliens », confie une étudiante

Des décibels ont également été entendus. Il y avait, en effet, un groupe de rappeurs qui galvanisait la foule. Il n’y a pas eu d’incidents, mais plutôt un service d'ordre impressionnant et très professionnel.

Concernant les principaux points contestés par ces détracteurs du projet de réforme constitutionnelle, ils disent tout simplement que dans un pays divisé ou encore partiellement occupé, notamment par les jihadistes, on ne peut pas organiser un référendum.

 

manifestation a Bamako contre un referendum3

manifestation a Bamako contre un referendum0

 

manifestation a Bamako contre un referendum 1

« Trop de pouvoir accordé au président »

Ils critiquent, dans le fond, des articles de ce nouveau projet de Constitution. Ainsi, par exemple, ils disent qu’il y a « trop de pouvoir accordé au président de la République » dans l’approche de la nouvelle Constitution. D’autres personnes, interrogées par RFI, rejettent la création du Sénat, deuxième Chambre prévue dans la deuxième Constitution et qui sera donc soumise à référendum. D’autres manifestants dénoncent tout simplement « le manque de consensus » avant le référendum.

Cela dit, les manifestants ont profité de l’occasion, non pas pour dire « non » à la Constitution mais, cette fois-ci, pour critiquer durement le régime du président Ibrahim Boubacar Keïta, notamment au niveau de la gouvernance.

RFI

Zeyna commission0



Commentaires

0
JAKADI
7 années ya
ALLAH SARKI , les maliens sont "gar
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer
CANAL + BAN1

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2244 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
544 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
340 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
485 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
375 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
372 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2285 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages