NITA Fond Site Web 675 x 240

7312hr 592x296

 Le parti du président gambien sortant Yahya Jammeh a saisi mardi la Cour suprême pour demander l'annulation des résultats de l'élection du 1er décembre accordant la victoire à l'opposant Adama Barrow par quelque 19.000 voix d'écart, selon des documents dont l'AFP a obtenu copie.

Zeyna commission0

Selon le texte du recours de l'Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC, au pouvoir), la Commission électorale n'a pas correctement compilé les résultats, et dans une région du pays, un nombre significatif de partisans de l'APRC ont subi des intimidations qui les ont empêchés de voter.

Ces arguments ont déjà été invoqués par M. Jammeh le 9 décembre dans sa déclaration télévisée pour expliquer sa décision de revenir sur la reconnaissance de sa défaite au scrutin du 1er décembre et de réclamer un nouveau vote, une semaine après avoir félicité M. Barrow pour sa victoire.

Le recours vise la Commission électorale indépendante (IEC), dont les locaux ont été fermés mardi par la police, avant l'arrivée d'une délégation de chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest venus pour convaincre Yahya Jammeh de reconnaître définitivement sa défaite et de céder le pouvoir.

Auparavant, l'opposition avait indiqué craindre que le recours devant la Cour suprême projeté par M. Jammeh ne lui permette de se maintenir en place au-delà de la fin de son mandat, prévue en janvier.

Je pense qu'il devrait démissionner maintenant, avait déclaré lundi M. Barrow à l'AFP. Il a perdu l'élection, nous ne voulons pas perdre de temps, avait-il ajouté.

De plus, la Cour suprême n'étant plus au complet, désigner de nouveaux juges entraînerait inévitablement des délais supplémentaires, selon l'opposition, qui dénie de toute façon ce pouvoir au président sortant.

La saisine de la Cour doit intervenir dans les dix jours suivant la proclamation des résultats, mais lundi étant férié, ce recours devait être déposé mardi au plus tard, selon des juristes.

Faute de juges pour siéger à la Cour suprême depuis mai 2015, il n'existe en Gambie aucun mécanisme légal légitime pour statuer sur le recours électoral du président sortant, a estimé lundi l'Ordre des avocats, appelant M. Jammeh à céder immédiatement le pouvoir.

Zeyna commission0

AFP



Commentaires

0
Gonga
7 années ya
Il faut savoir partir quand il est encore temps. Tu ne fais plus l'affaire de Gambie.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
hankali
7 années ya
Citation en provenance du commentaire précédent de Gonga :
Il faut savoir partir quand il est encore temps. Tu ne fais plus l'affaire de Gambie.

nous en Afrique nous ne savons pas faire sortir quelqu'un qui veut quitter de lui m
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2045 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
531 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
329 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
475 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
359 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
363 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2283 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages