vendredi 2 décembre 2022

4536 lecteurs en ligne -

fraren

Dadis Camara inculpé dans l'affaire du massacre du 28 septembre

Dadis Camara poin de presse

L'ancien chef de la junte guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, a été inculpé par la justice mercredi 8 juillet à Ouagadougou, où ce responsable politique est établi. Information confirmée par son avocat, ainsi que des militants de son parti. Cette inculpation fait suite à la visite la semaine dernière en Guinée de la procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, qui a salué des « progrès importants et encourageants » dans l'enquête sur le massacre.

Jusqu'à présent, Moussa Dadis Camara avait été entendu en temps que témoin dans l'affaire du stade du 28 septembre. Mercredi 8 juillet, il a été interrogé en tant qu’acteur, pendant plus de deux heures, par deux juges d'instruction et un procureur guinéens.

Les faits remontent au 28 septembre 2009, jour de fête nationale. Des partis d'opposition appellent à un rassemblement pacifique dans un stade de Conakry. Mais des militaires et des forces de sécurité répriment brutalement cette manifestation. Le bilan est lourd : il y a au moins 156 personnes tuées et 109 victimes de viols.

En février 2010, la justice guinéenne ouvre une instruction sur ce massacre. Plusieurs hauts responsables du CNDD (le Conseil national pour la démocratie et le développement) sont cités, dont le capitaine Moussa Dadis Camara, qui était alors le commandant en chef des forces armées. Une commission rogatoire pour meurtre, complicité d'assassinat et de viol est alors lancée à son encontre.

Retour en politique

Fraîchement de retour sur la scène politique, Moussa Dadis Camara a toujours clamé son innocence. Son inculpation se télescope avec les prémisses de la campagne électorale d'octobre. Ses proches dénoncent une volonté de le détourner de ses ambitions politiques.

Cellou Dalein Diallo, le président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), à qui Dadis Camara s'est allié dans le cadre de son retour, dénonce une manipulation politique. « J’ai toujours lutté contre l’impunité mais je suis contre l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques. Et c’est ce qui arrive malheureusement depuis que Dadis a décidé de s’engager en politique, il a décidé de nouer une alliance avec l‘UFDG. Les choses se sont accélérées curieusement et la mission des juges qui est partie à Ouagadougou a été envoyée par les autorités du pays pour inculper Dadis », estime le leader de l'UFDG, quis e demande : « Pourquoi deux semaines avant son retour, on envoie des juges pour l’inculper sur place ? »

Une décision saluée par les défenseurs des droits de l'homme

En revanche, c'est un soulagement pour les associations guinéennes de défense des droits de l'homme. Abdoul Gadieri Diallo, porte-parole de l'OGDH, l'Organisation guinéenne des droits de l'homme y voit un signe encourageant. « Ça nous amène à penser que personne n’est au-dessus de la loi et que à chaque fois que des situations comme ça se présentent, on devrait procéder de la même manière », juge-t-il. « Bon, l’inculpation elle-même ne signifie pas qu’il est condamné ou qu’il est formellement accusé mais nous espérons qu’en tant que président à l’époque des faits et en tant que chef des forces armées, il va être très difficile pour monsieur Dadis Camara d’échapper à la rigueur de la justice. »  

Même son de cloche du côté de la FIDH, pour qui cette inculpation est un signal fort dans ce pays où l'impunité a longtemps dominé. Florent Geel, directeur Afrique à la Fidh, « Cette inculpation est un fait majeur dans la vie politique guinéenne, un fait qui signifie une chose très simple : on ne peut plus impunément ordonner la violence politique et faire ne sorte d’utiliser la violence pour conserver ou conquérir le pouvoir. En cette année électorale ce message est absolument fondamental et très important car la Guinée a besoin de paix, de stabilité de calme, et non d’aventures d’individus à la tête de l’Etat ou à la tête d’un putsch militaire. »

RFI

{jathumbnail off}

.

Commentaires  

0 #1 Askia 09-07-2015 11:39
Il dire a Fatou Ben Souda d'aller se faire foutre, ou les bouch et Benjamin Netanyaou c'est en Afrique la CPI cherche ces gibiers
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 killman 09-07-2015 12:42
Il faut que cette "lapdog) et ses complices inculpent des criminels de guerre occidentaux. C`est honteux pour le president guineen qui ne peut pas gagner des elections honnetes. Le monsieur etait reste combine d`annee Burkina sans problem. des qu`il decide de rentrer en politique, voila que les occidentaux et leurs larbins se lancent a ses trousses. Je ne supporte pas le gars mais j`en ai marre que les chef d`etats africains trahissent l`afrique pourvu qu`on les laisse au pouvoir. Combien de personnes tuees en syrie, egypte, yemen, libye, Palestine et en iraq ? avez vous vu cette (lapdog) pointe son nez la-bas?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 seyni boubacar 10-07-2015 00:26
Cher freres ils faut etre realiste si nous meme africains nous ne condannons pas certaines barbaries qui se passe en Afrique donc c'est normale que la CPI se melent de nos problemes internes !!!!
Nul n'est au dessus de la Loi !!!!!!!! MERCI
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 bary 10-07-2015 02:39
il doit être inculpé depuis, mais la je vois la main Mr Condé, parce que ce une ficelle juridiques a des fin politique, Dadis entrain de luis privé de l'lectorats de forestiers dont le plus importent de pays. Depuis l’élection de Condé a la tète de Guinée, combien des opposants tuer par la polices ?? j’espère que Mme Ben souda doit aussi demander l’inculpation Mr Nitayahou,, vous aller voir si elle restera 48h a la tète de CPI :)) :D :D :eek: :z no ;-0 :((
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Le revolutionnaire 10-07-2015 03:49
Il sagit vraiment d'une veritable lachetè de la part de nos dirrigeants. Les vraies criminels sont chez eux pourquoi cest des Africans kil faut comdamner. Fautaiz
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com