vendredi 2 décembre 2022

5098 lecteurs en ligne -

fraren

L’agent secret qui a libéré les otages français au Niger réclame son salaire à Areva et Vinci

Jean-Marc Gadoullet

Sans arme, il a rencontré à sept reprises l’un des terroristes les plus recherchés au monde. Et a même été blessé. Et pourtant, Jean-Marc Gadoullet attend toujours d’être payé pour avoir mené les négociations qui ont permis la libération des cinq otages français, salariés d’Areva et Vinci, enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Niger en 2010.

Décryptage : Les coulisses de la libération des otages d’Arlit

Ancien colonel de la Direction général de la sécurité extérieure (DGSE), cet homme qui réside aujourd’hui en Suisse est plus habitué aux négociations dans l’ombre qu’à prendre la lumière dans les colonnes des journaux. C’est pourtant ce qu’il a fait, ce mercredi, en donnant une interview au Parisien et à la radio RTL. S’il y raconte les coulisses qui ont permis la libération des otages, il prend surtout la parole pour accuser Areva et Vinci de ne pas l’avoir payé, menaçant de lancer une « procédure d’arbitrage » pour obtenir son dû.

Les Touaregs n’ont pas été payés

« Les commissions, les honoraires de négociations doivent être réglés, réclame-t-il. Areva et Vinci me doivent de l’argent pour la mission que j’ai menée… » Surtout, explique-t-il, les deux grands groupes français en doivent également aux Touaregs qui ont permis à cet agent secret de mener les négociations.

Contacté par 20 Minutes, ce mercredi, un porte-parole du groupe Areva a sobrement expliqué que sa direction ne fera « aucun commentaire » sur ce sujet. De son côté, le groupe Vinci n’était pas joignable dans l’immédiat pour réagir à ces accusations.

Abou Zeid « froid et impressionnant »

Ancien militaire reconverti dans la sécurité privée, Jean-Marc Gadoullet n’était pas prédestiné à mener ces négociations périlleuses, comme il l’explique. N’appartenant plus à la DGSE depuis 2008, il a pourtant été placé au cœur de cette affaire pour ses connaissances pointues du Sahel et des Touaregs.

Chronologie : Retour sur trois ans de captivité

Quand sept salariés d’Areva et Vinci (cinq Français, un Togolais et un Malgache) sont enlevés par Aqmi en 2010, ils travaillent alors sur la base d’Arlit. « Rapidement, via mes antennes, j’ai eu des informations », raconte Jean-Marc Gadoullet. En novembre de la même année, Abou Zeid, le puissant chef d’Aqmi accepte l’idée d’une rencontre.

L’agent secret traverse alors le désert du Sahel pour se retrouver au beau milieu du massif des Ifoghas. Il rencontre le chef terroriste « froid et impressionnant » et finit par passer une nuit complète à discuter avec lui « de sa famille, de sa vie, de sa carrière dans l’armée ».

Evasif au sujet de la rançon

S’il reste évasif sur le montant de la rançon qui aurait été versée pour la libération des otages, l’ex-agent de la DGSE laisse entendre qu’un versement a bien eu lieu pour qu’il récupère les trois premiers otages en février 2011.

{jathumbnail off}

20minutes.fr

.

Commentaires  

+12 #1 Afriki 03-06-2015 14:22
En réalité ce ne sont pas des vrais otages ce sont des complices ou des victimes d'un vaste complot de recolonisation. Il pensait accomplir un exploit mais c'est tout juste un crétin chargé de justifier une libération. Mais sans ces attaques terroristes, ces soient enlèvements et exécutions à la télé avec quel motif des bases ingenio-militaires seront installées au moyen orient et en Afrique riches en pétrole et en uranium qui assureront à l'Occident sa puissance militaire et économique. De temps en temps ils frappent dans leurs propres pays pour tromper les noirs et les arabes qui n'ont rien compris de la marche du monde. Pendant que ces deux communautés se livrent à une fausse guerre de religion les occidentaux volent ou achètent presque gratuitement pétrole contre armements auprès des soient islamistes qu'ils ont fabriqué et armé.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 ISSIA 2 03-06-2015 17:54
NO COMMENT
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 vieux pere 03-06-2015 19:01
to don Allah comment lui a put rencontrer l'un des homme les plus rechercher du monde???c'est que l'homme dont il a rencontrer n'est pas du tout rechercher comme vous voulez nous faire croire pus que lui le français sait là ou le plus rechercher se trouve...
bon vous voyer vous meme le paradoxe.et en plus si il sait ou le terroriste se cache et qu'il refus de le dire est un crime condaner par la loi au niger donc pourquoi ce monsieur n'est pas au arrêt comme le fut moussa tchangary ou parceque lui n'est pas un maitre charlie????
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 abdou adamou 04-06-2015 10:12
alforma -salla-ladah;quand on prie c est pour......... ;-0
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #5 ag wafi 04-06-2015 10:20
vieux pere:je t ai toujours dis que tu es bete;abrutie y faut accepter ça ;les services de renseignement on le droit de vie ou de mort sur toi;hanci-yamo
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 vieux pere 04-06-2015 13:41
tu sais ag je m'addresse aux hommes libre à tout points de vu!
pas aux idiots de colonisés comme certain toi je sais bien que tu est coloniser et inferieurs. donc je sais que tu n'est pas libre de penser comme moi donc tu ne peut aussi pas comprandre de quoi es qu'il est question ici...
donc va jouet ailleurs petit misérable
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 karto 04-06-2015 16:44
Beaucoup de choses se passent dans les coulisses et du coup leur compréhension devient quasi impossible. Mais ayez toujours en tête que l'idéologie des droits de l'homme et le terrorisme constituent bel et bien les mécanismes de la colonisation moderne.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com