NITA Fond Site Web 675 x 240

Abdoulahi_ATTAYOUB.jpgLe Niger connaît actuellement des moments difficiles qui interrogent sur la solidité du processus démocratique en cours depuis la Conférence nationale.

Depuis son accession à la magistrature suprême, le Président Bazoum a donné maintes fois des signes d’une volonté sincère d’améliorer la gouvernance politique en tentant notamment de s’attaquer à la corruption et à l’impunité. Des pesanteurs internes à son parti ainsi que la complexité des relations avec certains de ses amis, à commencer par son prédécesseur, ont manifestement restreint son champ d’action et l’ont empêché d’incarner pleinement son rôle de chef de l’Etat. C’est dans ce contexte que vient de se produire un coup d’Etat dont les motifs invoqués par ses protagonistes ne trompent pas sur les motivations réelles. Comme à l’accoutumée, les intérêts du pays et de la population passent après l’avidité du pouvoir et les guéguerres de clans. Les changements anticonstitutionnels, qu’ils soient militaires ou par le biais d’élections irrégulières, aboutissent au désordre et au recul de l’esprit démocratique.

S’il faut souhaiter un dénouement pacifique et heureux pour le pays, il devra nécessairement s’accompagner d’une remise en question des méthodes progressivement installées depuis des années qui ont ramené le pays à l’époque du Parti-Etat. Ces dérives ont abouti à un affaiblissement des institutions républicaines régulièrement mises à rude épreuve par une gouvernance partisane et clanique.

Personne ne peut nier l’urgence d’un changement de gouvernance. Le grief fait au Président Bazoum par certains « camarades » de son parti, serait, selon des sources crédibles, d’avoir décidé de se libérer de l’emprise de son mentor et de vouloir enfin s’assumer devant les Nigériens et la communauté internationale

La communauté internationale s’est montrée complaisante et silencieuse face aux dérives autoritaires et aux excès de la mal gouvernance dont le Président lui-même n’est finalement qu’une victime. Ce silence hypothèque gravement aujourd’hui la sincérité et la crédibilité des appels au retour à un ordre constitutionnel dont les bénéfices sont demeurés invisibles aux citoyens, lesquels seront alors peu mobilisables pour la défense d’un système qui ne les a point servis et enclins à succomber au chant des sirènes, quelles qu’elles soient.

Quand le Pouvoir civil s’enferme dans des pratiques despotiques conjuguées à des comportements de prédation qui font fi de l’intérêt général, il court toujours le risque de voir sa légitimité et ses arguments républicains s’effriter. Les acquis démocratiques sont régulièrement malmenés par des politiciens véreux qui en font un slogan pour mieux les saborder. Le parti qui dirige le pays depuis plus de dix ans s’est progressivement éloigné des idéaux qui ont suscité tant d’espoir de voir advenir enfin une gouvernance moderne orientée vers la construction d’un Etat de droit. Malheureusement, l’aile affairiste du parti a très vite pris le dessus et le Président Bazoum, quelles qu’aient été ses velléités, n’a pas eu les mains suffisamment libres pour pouvoir s’en abstraire, encore moins pour prendre des mesures afin de rectifier la qualité de la gouvernance.

Une multitude d’affaires de corruption souvent bien documentées demeurent bloquées par le Pouvoir politique qui ne parvient manifestement pas à les faire instruire. L’impuissance du Président Bazoum à assumer la responsabilité de leur traitement par la justice a révélé aux Nigériens le caractère par trop limité de son pouvoir et les a conduits à s’interroger sur son véritable rôle à la tête du pays. Il donne, en effet, l’impression de n’être qu’un élément d’un dispositif de gouvernance qui le dépasse, sa fonction de Président de la République étant souvent éclipsée par d’autres sources de pouvoir visiblement plus puissantes et agissantes. D’aucuns y voient un brin de naïveté souvent présentée comme loyauté envers son prédécesseur. Ce dernier ne manque pas une occasion de signifier, à qui veut comprendre, qu’il demeure dans le jeu et que sa volonté compte encore dans la gestion des affaires du pays. C’est d’ailleurs l’activisme envahissant de Mahamadou Issoufou, et l’ambiguïté qui en découle, qui fait dire à certains qu’il tient un rôle significatif dans la crise actuelle. Cela est corroboré par l’agitation des chancelleries étrangères autour de lui. C’est à se demander s’il est médiateur ou partie prenante de la crise.

La confusion autour de ce coup d’Etat s’expliquerait par une multitude d’acteurs et d’agendas dans un contexte géopolitique caractérisé par des rivalités de plus en plus pressantes de certaines puissances internationales. Quoi qu’il advienne, la classe dirigeante du pays devra se ressaisir en réduisant l’écart entre sa pratique désastreuse du pouvoir politique et les discours sur la démocratie, la république et ses institutions, servis trop commodément au peuple et surtout à la communauté internationale.

Abdoulahi ATTAYOUB

Consultant Lyon (France)

31 juillet 2023



Commentaires

9
Emile
8 mois ya
Fonctionnaire du Niger depuis presque vingt ans aujourd
Like J'aime like 1 Répondre | Signaler ce commentaire
6
HAMZA MAI GARKUA
8 mois ya
Merci beaucoup, Monsieur Attayoub. Je n'ai jamais lu sous votre plume une analyse plus juste que celle-ci. Mais en v
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
3
Dankadouro
8 mois ya
Tres belle analyse. Les erreurs de Bazoum
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
5
Ramatoulaye
8 mois ya
Tres bonne analyse. Mais, si Bazoum n'a pas eu la possibilite de gouverner comme il le voulait en raison de problemes internes dans son parti, il aurait pu demissionner.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Niger first
8 mois ya
Vraiment tu as tout d
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
nigsen
7 mois ya
Incontestablement les raisons avanc
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Dioula
3 mois ya
Et A Tiani qui vient nous dire que la CEDEAO, c'est des terroristes!!! Ce sont les braqueurs de banque, les hors-la-loi et autres qui qui détiennent des otages comme monnaie d'échange. Exactement ce qu'ils font au Pr Bazoum et à sa famille. Avant d'accuser insensément les autres, il devrait se poser des questions.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer
CANAL + BAN1

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1594 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
509 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
300 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
447 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
335 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
340 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2270 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages