samedi, 17 novembre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

SEYNI SAMI Youssoufou

« Les Grecs ont inventé la démocratie, mais ils ont aussi inventé la démagogie ». Ainsi, s’exprimait Pierre Lellouche commentant le « NON » grec au référendum sur le plan des réformes proposées par l’UE.

 

Bien que la plaie qui s’infecte, ne regarde que le pied de celui qui la porte, la crise grecque est un vrai drame. Il en a le déroulé, le suspense, le malaise et surtout la cruauté du sort du principal concerné.

C’est à l’image d’un bateau, où un passager qui n’a pas payé le péage, est mis devant un choix cornélien : Sauter ou se faire pousser par-dessus bord. Les grecs ont refusé de sauter en espérant qu’on ne les jettera pas dans les flots.

Et l’Europe, inquiète sur son avenir, n’entend pas trainer le boulet grec, d’autant plus qu’il faut écoper tout le temps pour que tout ne finit pas au fond des abîmes. Comme Euripide, Tsipras qui est un génial dramaturge a réussi à transformer des victimes (les créanciers) en coupables.

La crise grecque qui est devenue européenne, est une leçon pour tout le monde : Si l’on se lâche dans sa gouvernance, et qu’on mente sur le cadrage macro-économique, de son propre pays, tout le monde vous lâche. Les Grecs ont toujours cru que leur endettement faramineux est la garantie de leur survie, leur bouée de sauvetage.

Les créanciers ne pourraient faire une croix sur ce qu’ils leur doivent, donc ils n’ont pas intérêt à les plonger dans une faillite absurde où tout le monde perd. Les voilà en devoir de trouver une astuce pour ne pas se faire éjecter du « paradis européen ».

Entrés dans l’UE presque par effraction, ils se sont vus rattrapés par la situation de leur économie qui marche sur la tête. Ils se sont vus contraints à se serrer la ceinture et moderniser le management de leur économie pour qu’enfin, les alliés européens mettent la main à la poche pour maintenir l’économie grecque en état végétatif, le temps que la machine économique reparte.   

La leçon grecque devrait ouvrir les yeux à nous aussi de la zone Franc. Nous faut-il garder l’euro, à travers le CFA, comme monnaie nationale pour nos petites économies ? Les dirigeants politiques ne veulent pas en parler. Les économistes et autres spécialistes en politiques monétaires ont du mal à se faire entendre. Et les industriels sont bridés par cette monnaie qui souvent les prive d’atouts face à leurs concurrents.

Pourtant, il y’a plus de trente ans, les économies de la zone UEMOA avaient connues le même traumatisme que la Grèce actuelle. Le Niger avait dû se débarrasser de son agriculture subventionnée, et s’était obligé de faire des économies drastiques dans les dépenses à caractères social (santé publique, éducation, subventions à la consommation etc.)

Ces efforts dévastateurs prodigués par le FMI, la Banque Mondiale et les partenaires n’avaient pas sauvé nos différents Etats de la faillite. Et la dévaluation fut décidée malgré des réticences qui ne reposaient que sur une fierté mal placée. Les dirigeants de l’UEMOA n’avaient aucun moyen pour décider, eux-mêmes des solutions.  Ils s’inclinèrent sans oser un baroud d’honneur.

N’étant pas maître de leur monnaie, ils ne peuvent que subir. Plusieurs années durant, la question de la monnaie, du CFA demeure taboue. Et pourtant il faudra bien que l’on vienne à cette équation : Peut-on conduire une politique économique sans tenir, entre ses mains, le levier de la monnaie ? Les Grecs qui ont été au plus bas étaient confrontés à un choix terrible : Sortir de l’euro et voir leur économie s’effondrer ou devoir se serrer la ceinture alors que la pauvreté a déjà progressé dans le pays.

La question que l’on ne pose jamais : Peut-on entrer dans une union monétaire quand son économie n’est pas au niveau des plus puissants ? La Grèce en a fait la meilleure expérience. D’une certaine manière, avec notre CFA, nous en vivons les contraires depuis bien plus longtemps.

Tsipras a certes réussi un grand pas politique, mais la Grèce n’est pas encore sortie du dédale car tôt ou tard elle devra affronter ses problèmes structurels dont le plus important est le système fiscal. Au lieu de s’attaquer à ces causes internes de la faillite de l’Etat, Tsipras a cherché des boucs émissaires : L’Europe et le FMI.

C’est portant élémentaire, il n’y a pas de politique sociale efficiente sans efficacité économique.   La régulation, l’intégration, et la convergence par l’économie fonctionne que lorsqu’il existe des efforts de reformes en même de trouver des ressources en internes pour financer son propre développement.

SAMI Youssouf 

Enseignant vacataire                                                 

Intelligence Economique & Management Stratégique

 

 

Commentaires   

+5 #1 KHAZAKSTANIAN STORM 28-07-2018 19:36
Mon cher ami, SAMI Youssouf vacataire Intelligence Économique & Stratégique; puis-je te demander de rouvrir tes cahiers de leçons d'histoires aux fins de te réarmer d'armes intellectuelles avant d'entrer dans cette arène de combats démocratiques où reprenant les dires des conspirateurs de silence pour mieux effacer les épopées de notre Afrique en retenant: «Les Grecs ont inventé la démocratie, mais aussi la démagogie». Ainsi, s’exprimait Pierre Lellouche commentant le « NON» grec au referendum sur des réformes proposées par l’UE. LA DÉMOCRATIE FUT INVENTÉE DANS CE BERCEAU DE L’HUMANITÉ DIT L'AFRIQUE PAR LE SÉLECTIONNEUR DES GLADIATEURS À L’ÉCURIE ENTRAINANT DES COMBATTANTS; ET, QUI DISAIT DU VAINQUEUR POUR SA LIBERTÉ: C'EST LE SPORTIF DE MON ÉCURIE «KLISSA'TÂ NÉ» QUI EST VAINQUEUR". Après avoir dominé l'Afrique et le savoir des africains, écrits et compilés sur des parchemins, expropriés et transcrits en grec que les latins ré-exproprient pendant les croisades puis retranscrit et considéré en "MON SPORTIF" => «KLISSA'TÂ'NÉ» comme nom propre «KLISTANE» corrigé en CLISTÈNE (700avJ). Pour les détails, adresse-toi à un certain NA FADAR MAMANE BARMOU de la Radio-TV/RTD à Niamey.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Mon issoufou seini sami c richard 16-08-2018 21:55
Bonjour issoufou sami c richard
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Donnie 11-11-2018 17:13
I have noticed you don't monetize your website, don't waste your traffic,
you can earn extra cash every month. You can use the best
adsense alternative for any type of website (they
approve all websites), for more details simply search in gooogle: boorfe's tips
monetize your website

Also visit my website; BestCassandra: https://CleverFelisha.blogspot.com
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

PROCÈS EN CASSATION DE L’AFFAIRE COUP D’ETAT : lettre citoyenne au Président de la République

15 novembre 2018
PROCÈS EN CASSATION DE L’AFFAIRE COUP D’ETAT : lettre citoyenne au Président de la République

A la veille du procès en Cassation de l’affaire dite de la « tentative de coup d’Etat » de décembre 2015, le juriste ISSA MOUSSA NOUREDDINE, revient, dans une lettre adressée au...

Lettre ouverte au Président de la République sur l’Inexécution de l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO du 23 octobre 2015

6 novembre 2018
Lettre ouverte au Président de la République sur l’Inexécution de l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO du 23 octobre 2015

Monsieur le Président de la République, J’ai l’honneur de vous rappeler que l’arrêt n°ECW/CCJ/JUD/25/15, rendu par la Cour de Justice de la CEDEAO, le 23 octobre 2015 sur « l’affaire AD...

IN MEMORIAM : Moulaye Abdoulaye, Communicant, Journaliste…..

24 octobre 2018
IN MEMORIAM : Moulaye Abdoulaye, Communicant, Journaliste…..

Décidemment, ces derniers temps, La Grande Faucheuse a décidé de ne plus nous accorder un seul répit ! C’est ainsi que j’ai été cueilli à froid, très tôt ce mardi matin,...

Non, M. Mohamed Bazoum, la crise actuelle de l’école, est loin d’être le seul fruit « des mauvais choix des précédents régimes »

3 octobre 2018
Non, M. Mohamed Bazoum, la crise actuelle de l’école, est loin d’être le seul fruit « des mauvais choix des précédents régimes »

M.Président du CEN/PNDS TARAYYA, et cher frère Dans votre discours prononcé à l’ouverture de « l’Université d’été » des jeunes Tarayya (OJT) tenue du 29 au 30 septembre 2018 à Niamey, vous...

LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE NIGÉRIENNE

3 octobre 2018
LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE NIGÉRIENNE

Nous jeunes, voudrions hériter un certain nombre de valeurs  tels que : le consensus-la paix-et la responsabilité. Fatigués de vos insultes et de vos jets de banane comme des petit...

DIALOGUE POLITIQUE: les pertinentes suggestions de l’expert Dr Badié Hima, ancien membre de la CENI

1 octobre 2018
DIALOGUE POLITIQUE: les pertinentes suggestions de l’expert Dr Badié Hima, ancien membre de la CENI

Il y a quelques jours, j'ai appelé à des discussions ouvertes et inclusives pour sauver le processus électoral, en particulier sur le sujet qui fâche en ce moment, tant les...