jeudi, 23 novembre 2017
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Forfait-Albarka 1200X500px-min

Siege PNDS

Lorsque nous attirions l’attention de Guri sur l’efficience des dépenses et investissements publics, certains nous qualifiaient d’opposants. Pourtant nous ne faisions qu’apporter nos droits de regards, nos contribution et analyse sur des situations en tant que Nigériens.

Nous avions l’habitude de critiquer certains choix politiques de la gouvernance de Tanja,  tels que des surfacturations de certains marchés publics, mais avec Guri, c’est le summum en termes de mauvaises utilisations des ressources financières. Ces dernières semaines, Guri mettait en scène la construction d’infrastructures au niveau des grands carrefours de Niamey pour promouvoir leur bilan. Rond-point Justice 480 millions, rond-point Rive droite, 496 millions, rond-point Place de la Concertation 423 millions, ceux de terrain Musulmans et de Gadafawa respectivement 137 et 301 millions. Il suffit juste de regarder ces infrastructures et leurs coûts pour se rendre compte du caractère d’une surfacturation et d’une opacité de la gestion des finances publiques au niveau de l’Etat et ses démembrements. Guri a profité de la bonne "situation économico-financière" due au travail du régime de Tanja pour bénéficier des programmes de facilités de crédit -- car à cette époque le Niger avait un taux d’endettement de 17% par rapport à son PIB. Actuellement, nous sommes un pays surendetté, avec un taux d’environ 58%/PIB. Le gouvernement a contracté beaucoup d’emprunts : 2 milliards de dollars avec la Chine, 50 milliards avec le Congo-Brazzaville, obligations à taux 6,5%, etc. Cependant, une bonne partie de ces emprunts a été mal dépensée, tantôt dans des investissements improductifs, tantôt des surfacturations et des achats de conscience. A titre illustratif, la centrale de Gorou Banda, le chemin de fer, l’aéronef Mont Greboun, l’affaire de 500 millions à un allié pour se laisser emprisonner, le poste budgétaire du haut représentant du président, etc. A cela s’ajoute les scandales économico-financiers, les 200 milliards d’Areva, l’affaire du Riz pakistanais, etc.  Le Niger a été géré dans un cadre d’amateurisme au grand dam des principes de finances publiques et d’amour patriotique. En 2011, le niveau d’endettement (17%/PIB), les facilités de crédit et la croissance des ressources financières soulignent un cycle économique très favorable pour réaliser un bond socioéconomique et pour faire des efficaces investissements productifs. Malheureusement, Guri n’a pas été au rendez-vous dans la gestion efficience et efficace de nos ressources alors que ce type d’opportunité de cycle économique se présenterait environ tous les 20 à 30 ans.

Certains ont tendance à lier les difficultés économiques actuelles du Niger aux facteurs exogènes, notamment la conjoncture économique mondiale. Ce raccourci d’argumentation mis en avant par Guri est évidemment très facile et simpliste. Ce qu’il faut retenir, une très bonne partie des difficultés économiques actuelles est imputée à la gestion calamiteuse des finances publiques de Guri. La gestion administrative, financière et économique est une science – des règles et des procédures doivent être respectées pour éviter certaines complications. Sur le plan d’évaluation de politique publique, l’efficience est l’optimisation des ressources mises en œuvre pour parvenir à un résultat. Or, cet aspect est le maillon faible de la gouvernance de Guri, et constitue l’une des principales causes de difficultés économiques et financières actuelles de notre pays. Au-delà de la "politique de visibilité" et de l’ostentatoire médiatique sur les quelques réalisations de Guri, déplaçons le débat sur le plan technique, ainsi si on fait un audit objectif sur l’ensemble des ressources financières mobilisées et des réalisations, le résultat est sans appel : Guri a un bilan négatif.

La mauvaise gestion de Guri est papable telle que le harcèlement des commerçants pour le paiement de l’impôt, la ponction de l’Etat sur les comptes bancaires des commerçants pour payer les salaires des fonctionnaires et les dépenses des princes, les arriérés des salaires chez certains fonctionnaires. De même, en dépit de la mise en œuvre du programme 3N, il y a 6 ans, le Niger est toujours dernier en termes d’IDH, l’insécurité alimentaire n’a pas reculé et la malnutrition infantile atteint même des seuils d’alerte de l’OMS (15% en 2016). Le débat sur des indicateurs, tant en termes de sciences administratives ou de théories socioéconomiques, souligne un bilan lamentable du gouvernement de Guri.

Liam DJIBO                             

Commentaires   

-7 #1 ColonNoir 15-08-2017 18:51
Mais Liam, nous on nous a fait fait comprendre que ces carrefours ont étés financés par des Societes de la place. Ne pourras tu pas te renseigner avant de balancer ce qui te tient a coeur? Tu parles de finances publiques. Tu ne fais que repeter et rabacher ce qui a été dit et redit par les anti-Guri.
Répondre | Signaler à l’administrateur
+1 #2 lolna 15-08-2017 18:59
Bien dit !
Répondre | Signaler à l’administrateur
+11 #3 mdr 15-08-2017 19:50
Réponse en provenance du commentaire précédent de ColonNoir :
Mais Liam, nous on nous a fait fait comprendre que ces carrefours ont étés financés par des Societes de la place. Ne pourras tu pas te renseigner avant de balancer ce qui te tient a coeur? Tu parles de finances publiques. Tu ne fais que repeter et rabacher ce qui a été dit et redit par les anti-Guri.

Si des societes comme la Nigelec ou la SOPAMIN sont publiques alors leurs finances sont aussi publiques.
Répondre | Signaler à l’administrateur
+6 #4 morou 16-08-2017 05:55
J'ai pitié pour le Niger.Tout est légalisé ;même le vol.
Répondre | Signaler à l’administrateur
-8 #5 Tororo 16-08-2017 06:01
Bien dit. Faites un effort pour écrire ce qui est vrai pas des écrits subjectifs
Répondre | Signaler à l’administrateur
+7 #6 Niger 16-08-2017 09:34
Les Biens publiques sont la propriété exclusif du peuple.
Pour moi peu importe qui est au pouvoir, il faut une legislation applicable très stricte et qui doit sévir car on ne doit plus accepté dans ce pays que des voleurs de marmites, de chèvres croupissent en prison pendant que.......suivez mon regard et vous comprendrez
Répondre | Signaler à l’administrateur
+3 #7 bramini 16-08-2017 09:38
au moins tout ce que cites et que tu considères comme inutile est fait au Niger.tes champions eux ont préféré investir dans la construction de l'immobilier au Burkina ,investir dans les multinationales ,payer des châteaux en Europe et placer des milliards dans les banques étrangères afin de prévenir les mauvais jours.7 ans de gestion=7 ans de rapine ultra rapine
Répondre | Signaler à l’administrateur
+5 #8 MAN 16-08-2017 10:14
Les sociétés publiques ou mixtes sont des entités étatiques, donc les finances publiques les concernent.
Par ailleurs, je pense que s'il faut investir, il faudrait le faire d'une façon efficace et efficiente, pour dégager des économies pour les finances publiques. Eh oui, cela doit être rappelé à nos amis du PNDS car on observe une certaine légèreté dans leur gestion.
Répondre | Signaler à l’administrateur
+2 #9 malik 16-08-2017 20:00
Le pays es mal géré si sa ne marche il faut impérativement changé mais guri système (gs) est têtu donc il faut changer gs
Répondre | Signaler à l’administrateur
+2 #10 Komche 17-08-2017 08:12
Assalamu aleikum, je conciderai Guri comme le dernier espoirs pour le Niger mais je suis complètement déçu par ça manière de gérer ce pauvre Niger. Au lieu d'investir dans ce qui sera rentable pour le pour le peuple à long terme (dans l'éducation par exemple pour finir certain infrastructures en cour depuis des années) mais on investit sur des choses que nous avons pas vraiment besoin pour le moment.
Répondre | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

265x285_C_NollEp-NIGER_-_actuniger.jpg

Forfait-Albarka 600X600px -min

EcoStartup-min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Deuxième partie)

20 novembre 2017
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Deuxième partie)

Pour mieux comprendre la situation de dégénérescence actuelle que vit l’Administration Territoriale du Niger, il s’avère nécessaire de procéder à un rappel historique par l’analyse des différents profils  des  représentants...

Lettre ouverte à M. le président de la République (Par Djibrilla Mainassara Baré)

9 novembre 2017
Lettre ouverte à M. le président de la République (Par Djibrilla Mainassara Baré)

  M. le président de la République, En tant que citoyens, nous sommes tous interpellés par les évènements liés à la diffusion du projet de loi de finances pour l’année...

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Première partie)

9 novembre 2017
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Première partie)

Durant plus d’une décennie notre Niger est classé régulièrement en queue de peloton en termes d’indice de développement humain (IDH) par le PNUD. Afin de sortir des sentiers battus en...

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES FINANCES DU NIGER (Par Mohamed Elhadj Attaer)

26 octobre 2017
LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES FINANCES DU NIGER (Par Mohamed Elhadj Attaer)

Monsieur le Ministre, C’est avec surprise et stupéfaction que les nigériens ont pris connaissance de votre projet de loi relatif à la nouvelle réforme sur les impôts et donc dans...

Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (septième partie)

13 octobre 2017
Quelle alternative face à la décrépitude de l’Administration Publique Nigérienne ? (septième partie)

Parlons à présent du  rapport de l’agent public avec le bien public afin de clore cette série de contributions sur l’Administration Publique, qui nous a permis de soulever  non seulement...

L’aveu spontané du CNDP

3 octobre 2017
L’aveu spontané du CNDP

La dernière réunion du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP) a eu pour objet l’émission d’un avis simple sur les candidatsretenus au Poste du Président et du Vice-Président de la...

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données

Journal des messages