NITA Fond Site Web 675 x 240

Soldats americains Niamey

Dans le cadre du retrait des soldats américains, les responsables militaires nigériens et américains ont annoncé conjointement, dans un communiqué dimanche dernier, la fin de l’évacuation de la base de Niamey, qui a été rétrocédée au Niger. Les forces américaines vont désormais se concentrer sur le retrait de la base aérienne 201 d’Agadez, dans le nord du pays, qu’elles doivent également quitter d’ici le 15 septembre 2024, conformément à l’accord convenu entre les autorités des deux pays, ont précisé les deux parties dans le communiqué.

 

Zeyna commission0

 

« Le Ministère de la Défense nationale de la République du Niger et le Département de la Défense des Etats-Unis d’Amérique annoncent que le retrait des forces et des équipements américains de la base aérienne 101 de Niamey est désormais achevé », indiqué le communiqué conjoint publié dimanche 7 juillet 2024. Pour l’occasion, une cérémonie symbolique de rétrocession du site a été organisée, le même jour dans la soirée à la base aérienne 101 de l’Armée de l’Air de Niamey, en présence du colonel Mamane Sani Kiaou, Chef d’état-major de l’armée de terre du Niger (CEMAT), et du général Kenneth P. Ekman, du Département américain de la Défense. Les deux responsables militaires co-président le Comité mis en place pour conduire le processus de retrait des soldats américains du Niger dans des conditions optimales. Un dernier vol avec les soldats de la base de Niamey a par la suite décollé aux environs de 23 heures locales. La cérémonie de remise symbolique des clés de la base s’est déroulée également en présence de l’Ambassadrice des USA au Niger, Kathleen FitzGibbon, ainsi que de hauts responsables militaires nigériens et américains.

« Grâce à une coopération et une communication efficaces entre les forces armées nigériennes et américaines, cette opération s’est achevée avant la date prévue et sans aucune complication », précisé le communiqué dans lequel il est également annoncé que « les forces américaines vont désormais se concentrer sur le retrait de la base aérienne 201 d’Agadez dans le Nord. Les responsables nigériens et américains sont résolus à assurer un retrait sûr, ordonné et responsable d’ici au 15 septembre 2024 ».

Un retrait ordonné et sécurisé des forces américaines du Niger.

Selon les estimations, les forces américaines stationnées au Niger comptaient quelques 950 éléments à la base de Niamey ainsi que celle d’Agadez. Ils étaient engagés aux cotés des forces armées nigériennes (FAN) dans la lutte contre les Groupes armés terroristes (GAT) actifs dans le Sahel et assuraient également des formations et la fourniture d’équipements aux forces nigériennes.

Depuis mai dernier, six (06) aéronefs, deux (02) hélicoptères Raptor et quatre (04) drones, ainsi que 1.593 tonnes de matériel, ont décollé du pays. Le 07 juin dernier, un avion de transport militaire américain C-17 Globemaster III a décollé depuis la Base Aérienne 101 à Niamey, rapatriant des soldats et une importante quantité d’équipements.

Le retrait des forces américaines du Niger fait suite à la dénonciation, en mars dernier, des accords militaires entre les deux pays par les autorités de transition du Niger. Niamey et Washington ont par la suite signé un accord pour la fin du processus d’ici le 15 septembre prochain et un comité a été mis en place pour « mener à bien un retrait sûr, ordonné et responsable ».

Dans plusieurs communiqués, le Département de la Défense des États-Unis et le Ministère de la Défense nationale du Niger ont tenu à souligner « les sacrifices communs consentis par les forces armées des deux nations dans la lutte contre le terrorisme » ainsi que « les efforts déployés pour renforcer les Forces Armées Nigériennes »  tout en réaffirmant « leur engagement mutuel à poursuivre la coopération dans les domaines d’intérêt mutuel ». Selon les Etats-Unis, d’ailleurs, « ce retrait des forces américaines n’aura aucune incidence sur les relations continues entre les États-Unis et le Niger. Les deux pays demeurent engagés dans un dialogue diplomatique soutenu en vue de façonner l’avenir de leurs relations bilatérales ».

Il faut noter qu’avant ce retrait des « Us Soldiers » du Niger, ce sont les soldats français qui ont dû quitté le pays après la dénonciation des accords militaires entre Niamey et Paris par les nouvelles autorités militaires du CNSP qui ont pris le pouvoir le 23 juillet 2023 suite à un coup d’état qui a renversé le régime de Mohamed Bazoum. Samedi 06 juillet dernier, l’Armée allemande a également annoncé que ses soldats stationnés à la base de transport aérien de Niamey vont quitter d’ici le 15 août prochain. Suite à l’échec des négociations avec les autorités de Niamey, Berlin a décidé, en effet, de mettre fin à sa coopération militaire avec le Niger.

A.Y.Barma (actuniger.com)



Commentaires

0
Vladimir
1 semaine ya
Il ne faut pas perdre de temps pour donner les clés de la base à nos nouveaux sauveurs russes !!! Vive l'aes ;-)
Like J'aime love 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
Viola
1 semaine ya
!! Filles chaudes vous attendent sur - - www.Top25.fun
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
TOTO A DIT
1 semaine ya
La sécurité d'un pays ne peut être sous traité.... encore moins déléguée.seuls les Nigeroi peuvent assurer leur propre sécurite avec des partenaires qui les accompagne dans la dotation des équipements et la formation ponctuelle qui s'ensuit....
C'est se leurrer que quelqu'un peut quitter son pays et venir se faire tuer pour la défense d'un autre ...

Pour dire une fois que les Américains quittent c'est aux FAN de s'y installer et non des Russes qui ne sont présents que pour la formation de matériels délivrés, du moins c'est la compréhension de TOTO A DIT...
Like J'aime like 3 Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
:eek: :eek: MAIS :eek: au regard de la coopération militaire pourquoi les Allemands suivent les pas des Américains pour partir eux aussi ??

Quand TOTO A DIT partage...

L’Allemagne va fermer, d‘ici au 31 août, sa base aérienne au Niger. Une décision prise à la suite de l’échec des discussions menées avec les autorités de Niamey sur la sécurité des soldats allemands. Christina Gerhäusser a interrogé Christian Schmid pour lui demander son avis

sur la question. Il est député du SPD et membre de la Commission Défense du Bundestag.

Départ du Niger
Au 31 août, tous les soldats de la Bundeswehr devront avoir quitté la base allemande de Niamey.

LE RÔLE PRINCIPAL DE CETTE BASE AÉRIENNE ÉTAIT D’EFFECTUER DES MISSIONS DE TRANSPORTS POUR LE COMPTE DE LA MINUSMA, LA MISSION DE L’ONU AU MALI.

A suivre
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
Suite 1

Christian Schmid, député social-démocrate, estime que la fermeture de la base présente certes un défi logistique, mais que celui-ci n’est pas insurmontable.

« La Bundeswehr et le ministère de la Défense ont montré lors du retrait du Mali qu’ils étaient en mesure d’organiser un tel retrait », déclare le député à la DW.

La Bundeswehr avait obtenu de maintenir sa base aérienne le temps de négocier avec les autorités nigériennes sur la suite de la présence militaire allemande au Niger, au-delà de la date du 31 mai dernier, qui marquait la fin de la participation des soldats allemands à la Minusma.

Le problème de la sécurité des soldats allemands

Depuis le putsch de juillet 2023, qui a porté des militaires au pouvoir à Niamey, le dialogue est plus difficile. LES AUTORITÉS DE TRANSITION NIGÉRIENNES ONT DÉCLARÉ NE PAS POUVOIR GARANTIR LA SÉCURITÉ DES MEMBRES DE LA BUNDESWEHR AU NIGER.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
Suite 2

C’est sur ce point que les négociations ont achoppé avec le gouvernement allemand, comme l’explique Christian Schmid, député SPD et membre de la Commission de Défense du Bundestag :

« Nous devons simplement nous demander jusqu’à quel point nous sommes prêts à accepter les conditions de régimes qui défendent des valeurs contraires aux nôtres. […] Nous ne pouvons pas laisser un gouvernement comme celui-là nous mettre la pression. Leurs conditions sont inacceptables de notre point de vue, c’est pourquoi nous partons. »

Un départ des militaires, souligne l’élu, qui ne marque pas l’arrêt de tous les échanges entre les deux pays.

Ne rien laisser aux mains des Russes

Du point de vue de l’organisation, Christian Schmid rappelle que l’Allemagne va devoir se pencher sur le matériel qui peut rester sur place et sur les installations trop sensibles pour être transmises aux soldats nigériens… et à leurs alliés.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
Suite 3

« Nous savons que le régime en place au Niger, comme celui du Mali, est prêt à coopérer avec la Russie, déclare Christian Schmid. Le nombre de soldats, de membres de l’ancien Groupe Wagner, qu’on appelle maintenant Afrika Corps, n’est pas suffisant pour leur permettre de reprendre des bases militaires complètes. Mais nous devons partir du principe que les infrastructures que nous laisserons seront utilisées par l’armée nigérienne dans sa coopération avec des forces russes. »

Pour Christian Schmid, la plus grosse perte liée à la fermeture de la base allemande au Niger, c’est la confiance :


« Bien sûr, nous aurions voulu conserver là-bas une base logistique qui nous permette de réagir à toute éventualité, par exemple si une opération d’évacuation était nécessaire au Soudan. Pour avoir une base. Mais nous perdons surtout la base de confiance dans notre coopération. »
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
Suite 4

« C’est dommage pour nous, ajoute le député, mais aussi pour les autorités nigériennes qui ne se sont pas encore rendu compte, je pense, de cette confiance qu’elles sont en train de mettre à mal. »

Quel redéploiement dans le Sahel ?
Quant à savoir quels pays pourraient désormais abriter une telle base allemande dans la sous-région, le député allemand hésite.

« On avait songé au Sénégal, affirme-t-il, mais Dakar est moins bien placée géographiquement pour accéder aux foyers de crises en Afrique que Niamey. »

Selon lui, l’Allemagne va devoir désormais « examiner les conditions qui nous sont proposées, voir où une collaboration est possible sur une base de confiance avec les autorités en place et nous déterminer en fonction. Les responsables du ministère de la Défense devront faire ce grand écart, puis nous, les députés, examinerons très précisément leurs propositions. »
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
Suite 5

Ni le Mali ni l’Afghanistan
Pour Christian Schmid, le coût est secondaire :

« Il ne faut pas que nous commettions cette erreur d’opposer gestion de crise et partenariat de défense. Les deux sont importants. Et on voit bien que là où nous laissons un vide, il est rempli par les forces russes. Nous devons prendre en compte la stabilité internationale dans nos décisions, pas seulement le coût. Il s’agit d’établir une relation de confiance et d’être présent au bon endroit. Nous ne parlons plus de grandes missions comme en Afghanistan ou au Mali, mais d’une présence plus discrète, comme ce qui était prévu à Niamey. Donc l’aspect financier ne doit pas présider à nos choix, mais plutôt de savoir avec qui et où nous sommes en mesure de coopérer sous quelle forme ? »

Espoir pour l’avenir
Enfin, Christian Schmid relève que pour l’instant, les alliances avec la Russie n’ont pas permis de mettre
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
Suite 5 et fin

dans les trois pays de l’Alliance des Etats du Sahel, le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

« A mon avis, la porte ne nous est pas totalement fermée. Dans un, deux ou trois ans, il se peut que ces pays se tournent de nouveau vers nous. Et alors nous devrons nous demander dans quelles conditions une coopération peut à nouveau être possible. »

Par ailleurs, Christian Schmid veut croire que l’Alliance Sahel, présidée par la ministre allemande de la Coopération, Svenja Schulze, et basée à Nouakchott, permet à l’Allemagne de « garder un pied dans la sous-région ».
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
TOTO A DIT se croit rêveur ou mal perçu cette logorrhée semblant justificative pour ce député Allemand qui ne voit pas plus loin que ses cils..
Sinon que ce Député explique aux Sahéliens en particulier et Africains en général , avec ce débarquement de toute cette kyrielle de Forces d'occupation au Sahel au motif d'être venues pour combattre le terrorisme et assurer la sécurité , comment dans le cas d'espèce de l'Allemagne demander aux Nigeroi de POUVOIR GARANTIR LA SÉCURITÉ DES MEMBRES DE LA BUNDESWEHR AU NIGER.???

Ces allemands au Niger croient ils être au Niger pour faire du tourisme ?

Décidément avec ces blancos , l'on aurait tout vu et entendu ...
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Human
1 semaine ya
Raciste !!!!
Like J'aime love 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
1 semaine ya
8) NAH!!!!
Au contraire...
Philanthrope altruiste!!!!!
Quant à l'appréciation des peuples ....et non les actes déshumanisants de leurs chefs ...

Sinon expliques pourquoi les blancos sont les percusseurs de trouble partout dans le monde ...

Expliques comment d'une chambre de Berlin , les vautours blancos se sont arrogés le droit de subdiviser l'Afrique comme un gâteau 🍰🍰🍰 de leur rencontre de septembre 1884 à Février 1885 sans qu 'il y ait un seul Africain dans la salle et sur la table....

Expliques Pourquoi les Russes n'ont pas une seule colonie en Afrique et non citer dans une aucune turpitudes liées à la colonisation ....ou
Insinues tu que les Soviétiques ou Russes ne sont pas des blancs ???
Et pourtant, les Soviétiques ont aidé à l'émancipation des peuples d'Afrique face à l'apartheid .
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2630 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
571 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
363 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
509 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
400 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
388 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2289 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages