vendredi 19 août 2022

2204 lecteurs en ligne -

fraren

La grippe aviaire a causé la mort de plus 90.000 volailles dans les régions de Niamey, Dosso et Tillabéri (Ministre d’élevage)

poulets

La grippe aviaire déclarée au Niger a affecté quelque 90 854  volailles dont l’intégralité a succombé, soit des suites de la maladie ou de l’abattage sanitaire, durant la semaine du 13 au 15 février 2022, selon le Ministère de l’élevage.

Dix (10) foyers de la grippe ont été recensés dans des élevages à  Niamey, Tillabéri et Dosso totalisant  89 998 poules pondeuses, 558 poussins et 298 cailles.

Face à l’épidémie, le Gouvernement nigérien a vigoureusement réagi à travers plusieurs actions.

C’est ainsi que dès la réception des résultats du laboratoire (LABOCEL), la Direction Générale des Services Vétérinaires (DGSV) a ‘’immédiatement’’ informé l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE).

Le bulletin d’informations  souligne également la déclaration de la maladie par les gouverneurs des régions ;  la sensibilisation de tous les propriétaires des fermes concernées sur les mesures de biosécurité à prendre (hygiène, limitation des mouvements dans les fermes et entre les fermes) ; l’information des autres Ministères clés du comité « One Health » en l’occurrence ceux en charge de la Santé Publique et de l’Environnement ; la surveillance active dans les autres exploitations de Dosso, Niamey, de Torodi (Tillabéri) et les marchés de volailles à travers des enquêtes et des prélèvements des cas suspects ; la surveillance active dans les régions de Niamey, Tillabéri et Dosso ; et l’abattage sanitaire des sujets vivant dans les exploitations infectées.

Selon la même source, les autorités font  face à un certain nombre de défis dans la lutte contre l’épidémie. Il s’agit, en effet,  de la difficulté liée au contrôle des fermes traditionnelles ; des moyens financiers limités pour soutenir la surveillance active dans les régions affectées, de la difficulté liée à l’application des mesures de biosécurité dans certaines fermes  ou encore  la difficulté  de l’arrêté interministériel interdisant l’importation de la volaille et des produits avicoles à partir des pays infectés, qui est toujours en vigueur.

Pour mieux maitriser l’épidémie, plusieurs activités  sont envisagées par les autorités compétentes.

Il s’agit  de la poursuite de la surveillance active des autres fermes de Niamey, Tillabéri et Dosso, de la mise en place des outils de communication au niveau des fermes, des marchés ; de la prise en charge des équipes de suivi et de surveillance  ou encore  du suivi de ces fermes et sur un rayon de 10 kilomètres autour du foyer pendant au moins trois (3) mois afin de contrôler la mise en quarantaine, la désinfection et l’apparition de nouveaux cas.

Le ministère projette, en plus, le repeuplement  des fermes trois (3) mois après le dernier cas observé dans le rayon infecté ; de maintenir la production des rapports hebdomadaires sur la situation de la maladie et le recyclage des agents sur la connaissance de la maladie et les mesures de biosécurité.

ANP

 



Commentaires  

+2 #1 TOTO A DIT 01-03-2022 01:00
Avec cette grippe aviaire , est ce dire que si l'humain par mégarde, ou sans savoir mange ces poules ou pintades atteintes de grippe aviaire, cet humain sera aussitôt AVIAIRÉ ????

Comme savoir si ces bouchers qui vendent des poulets ou pintades roasted ne sont pas agrippés .....

La contamination se fait de la volaille à l'homme ?

Si Oui , l'homme peut il aussi contracté cette maladie en mangeant par exemple l'oeuf d'une volaille atteinte de grippe aviaire ???

Ou sont les spécialistes ou éduqués et éclairés les novices sur la question ?????
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 TOTO A DIT 02-03-2022 02:23
Alors que les puissances occidentales condamnent ce qu’elles appellent l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le chef de l’armée de terre de l’Ouganda et fils du président ougandais Yoweri Museveni, a apporté son soutien à Vladimir Poutine.

Et quand TOTO A DIT partage, aller a la ligne n'est pas forcé ooooo

Le général de corps d’armée Muhoozi Kainerugaba, le puissant fils du président ougandais Yoweri Museveni, a apporté son soutien au président de la Russie pour son opération militaire en Ukraine. « La majorité de l’humanité (qui n’est pas blanche) soutient la position de la Russie en Ukraine », a twitté le commandant des forces terrestres ougandaises. « Poutine a tout à fait raison ! » a-t-il ajouté.

Le général Muhoozi Kainerugaba a poursuivi en expliquant que « lorsque l’URSS a stationné des missiles nucléaires à Cuba en 1962, l’Occident était prêt à faire sauter le monde dessus. Maintenant, quand l’OTAN fait de même, ils s’attendent à ce que la Russie fasse différemment. »

Cette déclaration du haut gradé ougandais fait de lui, le deuxième général africain à prendre clairement position pour Moscou.
Plus tôt, le général soudanais Mohamed Hamdan « Hemeti » Dagolo s’était également rendu en Russie en pleine guerre, pour discuter de coopération avec le pays. un signe d’un soutien au combat mené par Moscou.

A suivre ..
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 TOTO A DIT 02-03-2022 02:24
Suite et fin
Le général Kainerugaba a également retweeté, selon BBC, l’éminent journaliste ougandais Andrew Mwenda, qui a déclaré que même « un amateur de politique internationale de puissance peut voir que Moscou ne peut jamais permettre l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et à l’UE, car cela représente une menace existentielle pour la Russie » !
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com