samedi 28 janvier 2023

4006 lecteurs en ligne -

fraren

Le président du CESOC appelle à des élections les plus apaisées au Niger

discours cesog

Le Conseil économique, social et culturel (CESOC) a entamé ce lundi à Niamey, sa Deuxième Session ordinaire au titre de l’année 2015. A l’ouverture de la session, le président de l’Institution, Moussa Moumouni Djermakoye  a rendu un hommage à la mémoire du Conseiller Aboubacar Issoufou et à celle de l’époux de la 3e Vice-présidente du Conseil, mais aussi à la mémoire des  nigériens qui ont perdu la vie, suite aux tragiques évènements survenus en Arabie Saoudite, et la dernière attaque de Boko Haram contre les paisibles populations du village de Ngourkoua, dans la Région de Diffa.  

En prélude aux élections générales que le Niger s’apprête à organiser au cours du premier semestre de l’année 2016, Moussa Djermakoye estime que ces consultations populaires figurent «  au centre des préoccupations nationales, d’autant qu’elles font l’objet d’abondantes appréciations diverses, et que toutes les forces vives de la Nation doivent s’impliquer pleinement que possible, pour que les futures élections soient parmi les plus apaisées que notre pays n’ait jamais connues ».    Au nom du CESOC, il en  appelle  « au sursaut patriotique de tous les nigériens, à la maturité de la classe politique et à la forte adhésion de tous aux valeurs démocratiques ».    Le président  Djermakoye  demeure convaincu que « les nigériens sont plus que jamais sourcilleux du caractère unitaire de leur pays, et qu’ils prennent toute la mesure de la situation pour bannir les affrontements verbaux et certaines invectives stériles ».     S’agissant de la question sécuritaire qui reste un sujet de grave préoccupation nationale, le CESOC salue et « encourage le gouvernement de la 7e république pour toutes les dispositions prises pour faire face à la situation ».    Au plan agro-pastoral, le retard accusé dans l’installation de la pluviométrie et les prévisions météorologiques laissent présager une issue, pour l’heure, incertaine.    C’est pourquoi, Moussa Djermakoye préconise que le pays « se prépare et s’adapte aux mauvaises prévisions écologiques mondiales, mais nécessairement travailler à augmenter la résilience de nos systèmes agricoles aux changements climatiques ».     Il a été inscrit à l’ordre du jour de ces quinze jours que va durer cette seconde session ordinaire du CESOC, entre autres, les comptes rendus des récentes missions effectuées dans toutes les régions du pays, une communication sur la contribution du Niger à la 21ème Conférence des Parties (COP 21) à la Convention de l’ONU sur les changements climatiques prévue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris, et d’une présentation sur la Responsabilité Sociale des Entreprises ( RSE).Le CESOC, rappelle-t-on, donne son avis sur les questions qui lui sont soumises par le président de la république et l’Assemblée Nationale. Il est compétent pour examiner les projets et propositions de loi à caractère économique, social et culturel, à l’exclusion des lois de finances. 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

ANP

.

Commentaires  

+4 #1 zaki_zero 30-09-2015 07:52
Djermakoye, ferme ton clapet et contente toi de lecher les babines de zaki et de t'essuyer le bec avec les vomissures de bazoum et massaoudou. Un President de CESOC muet face aux pillages systematiques des ressources publiques et face au trafic et balnchiment de devises, n'a plus rien a dire aux nigeriens qui triment a longueur de journee pour gagner leur pitance. Pauvre sangsue.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 tapargaza 30-09-2015 09:29
il doit même :zzz :sigh: 8) :oops: :sad: :sad: :sad: :sad: :sad: pas savoir de quoi tu parle,,,,,
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 hirondelle 30-09-2015 12:18
j'espère pour l'ANDP qu'il ne sera pas candidat aux élections présidentielles, car ça sera du gâchis. Réveillez vous jeunes de Zaman lahiya.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 SEYNOS 30-09-2015 15:44
L'appel que le président du CESOC aurait dû lancer depuis longtemps aux autorités c'est l'arrêt de la corruption et de l'injustice, l'endettement sans commune mesure du pays, le pillage des ressources du pays, l'arrêt du concassage des partis politiques, la lutte sans tapage ni trompette contre Boko Haram, l'arrêt de l'impunité des trafiquants, l'arrêt de l'injustice grandissante dans le pays, la recherche de vraies solutions aux conditions misérables dans lesquelles végètent les nigériens au lieu des échangeurs qui n'échangent rien, qui ne régulent même pas la circulation et qui ont coûté excessivement chers aux contribuables nigériens. Même s'il n'est pas tard pour bien faire, le Président du CESOC s'est trompé de cible pour son appel parce aucune population nigérienne ne compromet des élections libres et transparentes; ce sont les guristes tous bords confondus qui veulent pas d'élections libres, au vu du niveau jamais égalé d'impopularité dont ils sont victimes
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com