jeudi 9 février 2023

3990 lecteurs en ligne -

fraren

Hassoumi Massaoudou à RFI : « L’opposition et la société civile ont échoué à provoquer un putsch et comptent maintenant discréditer les élections »

Hassoumi 0001

Cette année, entre 80 000 et 120 000 migrants d’Afrique subsaharienne seront passés par le Niger pour se rendre en Libye et tenter de traverser la Méditerranée à destination de l’Europe. Comment le Niger fait face à ce flux ? Où en est le pays dans sa guerre contre Boko Haram ? A six mois de l’élection présidentielle, le climat politique est particulièrement tendu. Hassoumi Massaoudou, le ministre de l’Intérieur du Niger est l’invité de Pierre Pinto.

RFI : Les migrants et les réfugiés font la Une actuellement des médias en Europe et depuis longtemps, le Niger est une étape sur la route des migrants originaires d’Afrique subsaharienne qui vont en Europe. Certains accusent le Niger de laisser faire. Que répondez-vous ?

Hassoumi Massaoudou : C’est quand même manquer de considération pour ce que fait le Niger parce que le Niger, avec très peu de moyens, a marqué sa volonté de lutter contre les filières criminelles, le trafic d’êtres humains, notamment nous venons d’adopter une loi qui criminalise le trafic d’êtres humains. C’est dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine. Nous avons fermé à plusieurs reprises ce que l’on appelle les ghettos, les centres de transit gérés par les passeurs, et nous refoulons tous les jours des migrants qui tentent de passer. Maintenant, nous sommes en discussion avec les pays membres de l’Union européenne, pour nous donner les moyens de créer les conditions d’une vraie gestion en amont de cet afflux de migrants qui passent par le Niger et la Libye.

Le Niger est en première ligne dans la guerre contre Boko Haram. Ces dernières semaines, ces derniers mois, le Niger a semblé épargné par les attentats-suicides qui frappent ses voisins. Comment l’expliquez-vous ?

Epargné, c’est trop dire. Dès février dernier, nous avons décrété l’état d’urgence. Dans ce cadre-là, nous avons démantelé tout le réseau dormant qu’il y avait à Diffa pratiquement. Et nous n’avons eu que deux attentats à l’explosif qui se sont passés à Diffa au tout début. Nous avons aujourd’hui quand même mis 1 100 [membres de] Boko Haram dans les prisons, ce n’est pas rien. Une bonne partie a été arrêtée dans les combats, une autre dénoncée, etc. Donc c’est un dossier lourd. Ça traîne parce que nous avons le pôle judiciaire qui s’occupe de tous ces dossiers-là. Nous en tant que sécuritaires, ce travail nous continuons à le faire. Maintenant nos forces sont adaptées aussi, nos forces de défense et de sécurité ont acquis de l’expérience, elles ont acquis de la mobilité. Donc au lieu d’attendre qu’elles nous attaquent, ce sont nos forces qui les traquent. Ce qui fait qu’ils n’ont pas de répit. Ils n’ont pas la possibilité, la liberté de manœuvres qu’ils avaient avant, aujourd’hui ils ne l’ont plus dans notre pays.

Est-ce que Niger peut faire face au défi humanitaire que représente cette guerre contre Boko Haram et les dizaines de milliers de déplacés, de réfugiés que cela provoque ?

Ce sont 150 000 réfugiés aujourd’hui rapatriés, surtout dans la région de Diffa. Ils le sont dans un contexte déjà affaibli : l’année passée, nous avons eu une sécheresse, une crise alimentaire dans cette région-là. Ça fait un peu trop. Les premières contributrices à la gestion de la crise humanitaire, ce sont les populations de Diffa elles-mêmes. D’abord ce sont elles les premières à subir ça et à accueillir ces réfugiés. Ensuite, l’Etat nigérien a investi 35 milliards [de francs CFA]. C’est beaucoup pour nous. Et enfin nous avons mobilisé les organisations humanitaires, les organisations des Nations unies, pour venir en appui à cet effort-là. Comparés aux 200 000 que l’Europe refuse d’accueillir, nous, nous les avons déjà dans une petite région très pauvre. C’est ça l’élément de comparaison.

Est-ce que la communauté internationale s’implique suffisamment dans cette guerre contre Boko Haram ?

Pour être franc, non. Nous nous sentons très seuls, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Tchad. S’il y avait un engagement équivalent à l’engagement de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne par rapport à Boko Haram, évidemment on en aurait fini depuis très longtemps.

Certains au Niger dénoncent une dérive sécuritaire au nom de cette lutte contre Boko Haram. Que répondez-vous ?

Nous avons mis les moyens sécuritaires pour faire face au terrorisme, autant dans le Sahel à la frontière du Mali, à la frontière de la Libye que contre Boko Haram. Nous avons multiplié par dix les dépenses de défense de sécurité depuis que nous sommes là. Mais maintenant si dérive sécuritaire veut dire développement de l’autoritarisme, je ne suis pas d’accord. Le Niger est un pays extrêmement démocratique. Les institutions démocratiques fonctionnent correctement. Nous avons une opposition très active, nous avons une société civile très virulente. Nous n’avons pas de journalistes en prison, nous n’avons pas d’hommes politiques en prison. Le cas de monsieur Hama [l’ancien président de l'Assemblée nationale Hama Amadou accusé d’être lié à un trafic de bébés avec son épouse], il s’agit d’une affaire de droit commun, ça ne nous regarde pas. Mais pour son opinion, pour son activité politique, personne n’est inquiété dans notre pays. Donc on ne peut pas parler de dérive autoritaire.

Pourtant le climat politique à six mois de la présidentielle est extrêmement tendu en ce moment avec l’opposition, avec la société civile. Comment l’expliquez-vous ?

Il est artificiellement tendu parce que l’opposition et une certaine société civile très liée à l’opposition n’ont pas de projet démocratique. Leur projet, c’est de mettre fin à l’expérience démocratique, c’est de faire intervenir les forces armées. Ils ont hier été nos adversaires quand on était dans l’opposition parce que, eux soutenaient les régimes autoritaires. Aujourd’hui encore, ils sont nos adversaires parce qu’ils veulent mettre fin à l’expérience démocratique du Niger. Ils l’ont prouvé par le passé, ils veulent le faire cette fois-ci. Nous n’acceptons pas, nous nous battons avec les armes de la loi, avec les armes de la démocratie. En ce qui concerne les élections, pendant quatre ans l’opposition et une partie de la société civile - l’opposition politique maintenant -, n’a pas préparé les élections. Son agenda était essentiellement insurrectionnel. C’était délégitimer le pouvoir, considérer que les institutions n’étaient pas démocratiques et préparer une insurrection et inviter l’armée à mettre fin à l’expérience. Donc au lieu de préparer les élections, pendant longtemps ils ont préparé le putsch. Ils n’ont pas eu le putsch, les élections s’approchent. Il faut bien qu’ils tentent de discréditer à l’avance les élections. Mais là ce n’est pas possible parce que tout simplement, au Niger tout le monde sait comment s’organisent les élections. En amont, les consensus ont été faits, les organes qui sont chargés d‘exécuter les opérations électorales ont été formés de manière consensuelle et ces organes-là sont en train de travailler avec la participation de tout le monde dans la transparence la plus absolue, dans la pure tradition de l’organisation des élections au Niger. Donc ils n’ont pratiquement rien à dire puisqu’ils y sont.

NDLR: Le titre est de la rédaction de Actuniger.com

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

RFI

.

Commentaires  

+6 #1 Haboulé 07-09-2015 19:05
N'importe quoi! il y'aura bel et bien suffrage et les Nigeriens se debarrasseront inchallah des le 1er tour de ce cauchemar appelle Guri. Vous auriez alors vous et Charlie Issoufou tout le temps d'aller marcher a Paris intoxiquer a l'alcool et insulter la dignite des musulmans a longueur de journees..

la Radio France D'Incitation a la haine ethnique en Afrique vous donnera (peut-etre!) la parole. Si ces colons vous estiment encore utile. Ou se trouve le ministre Cisse de la transition que ces meme medias RFI et les autres pompaient sur leurs ondes? dans les poubelles de l'Histoire!

Dans quelques mois inchallah, la parenthese Guri sera fermee SAUF COUP DE FORCE, et dans ce cas prions Allah SWT pour qui'il vienne en aide a ce pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #2 idi 07-09-2015 19:29
Haboulé Tu dis incha Allah et Tu semble Sur que guru degagera sauf coup de force. Et SI Allah decide que le peuple accorde Sa confiance ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 dan lalewa 07-09-2015 19:50
Mon frère :lol: je suis content que tu parle de la bataille électorale. alhamdoullilahi si le prochain président sortirai de cette bataille. c'est notre souhait le plus ardieux.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 nigeri 07-09-2015 20:19
Idi ALLAH ne peut être avec l'ennemi du prophete
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 ASSADIK LE VÉRIDIQUE 07-09-2015 23:33
En 2010, une étudiante nigérienne en Droit & Communication Sociale à l'UH II/Mahammédia, écrivit un article qu'elle m'a confié à passer dans Panapress. Comparant la traite négrière avec le trafic des bras valides de notre Afrique dont l'insatiable Méditerranée avale comme des bonbons; selon ses études, un peu+23% de nègres embarqués dans les négriers/boites de sardines, qui arrivaient aux Amériques. L'un peu -77% disparaissait en haute mer suites à des cassures de coques sur des rocs, orages et autres cyclones. En ce 21ème Siècle, c'est une autre forme de vidange, déportation et élimination de jeunes africains, qui se produisent dans les eaux de la Méditerranée pour les empêcher d'atteindre les cotes et terres européennes. nous soutenons vos dires à 100%, Mr le Ministre Hassoumi Massaoudou car, "...avec peu de moyens, le Niger a effectivement marqué sa volonté de lutter contre le trafic des êtres humains, suivi d'une loi qui criminalise le trafic d’êtres humains. DU COURAGE!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 hilahup 08-09-2015 01:35
Session extraordinaire Assemblée pour collectif budgétaire pour les élections. et là, nous verrons si nos députés ont quelque chose dans le ventre. ;-)
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 babanyara 08-09-2015 03:42
nigeri, tu n'as rien compris, et il n' ya pas plus dangereux k'un ignorant ki refuse de comprendre. ce debat est revolu et n'est plus d'actualite.
:P :P :P
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 DEMOCRATE 08-09-2015 03:44
Historiquement le putsch c est apres mauvaise élection, à moins que vous vous en souhaitiez avant. D'ailleurs, vous répondez pas à la question, pourquoi vous refusez un audit du fichier électoral? ainsi que des élections inclusives.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Dandize 08-09-2015 10:55
karshan alewa kassa Mr hassoumi c'est celui qui est parti aujourd'hui qui vous a devancé et c'est possible que vous soyez arrêté avant Hama Amadou l'enfant terrible de Youri qui vous empêche de dormir. Qu'est ce que Sanoussi n'a pas fait et pourtant il a laissé Hama intact avec l'aide de Dieu. Vous ne pouvez au pas vous éterniser au pouvoir souvenez vous de ceux qui vous précédé.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 kagamé 08-09-2015 11:06
la solution idoine pour guri est d'etre 3è aux élections. C'est la seule alternative pour qu'ils ne soient pas à koutoukalé. Charlie a traité tous ses ministres de voleurs, donc c'est des prisonniers ambulants.Si jamais il revient gare à eux, s'il echoue, pareil donc, seule la fuite est le dernier kata. Peut être en ce moment le procureur va s'auto saisir de blanchiment d'argents, supposition de trafic de drogue avec air cacaïne, délinquance dictatoriale, abus d'alcool de hassoumi, charlisme présidentiel, enrichissement extravagant, gestion familiale du parti etc...... Allah ya issa
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 BIRGA 08-09-2015 11:09
Dandize, Hama hante le sommeil du guri. Partout massaoudou voit Hama, sacré enfant de Youri; tu pertubes le taux alcoolémie de massaoudou et peut être il aura un infractus à ton arrivée à zinder pour le congrès. Nous t'attendons.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Kaney 08-09-2015 11:52
Monsieur le Ministre MASSAOUDOU HASSOUMI, si tu n'as pas piété du peuple Nigérien, pardon il faut avoir peur de Dieu.
Et l'affaire de la saisie des devises à l'aéroport de Niamey, ça aussi, c'est l'opposition, reconnaissez vous avez montré vos limites sur tout le plan, vous ne pouvez pas, point!

Tu veux toujours raconter des historiens, STOP, STOP il est temps de comprendre que les Nigériens sont fatigué.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 dan Kassa 08-09-2015 13:22
pour le moment cest hama - qui ne dort pas dans son chalet construit sur les fonds publiques.
Dans tous les cas la foi en Dieu est dans le coeur et nul ne peut prouvé que le Président n'est plus plus le plus fidèle du Prophète ( SAW) car tout ceux écrive le nom de notre prophète ( SAW) il n'écrivent pas SAW.
croire en Dieu c'est dans le coeur et les actes.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 dan Kassa 08-09-2015 13:26
Allah a protégé le Niger de tout le projet machiavélique de l'opposition déprimé et Insha Allah, Dieu donnera la force à ceux qui croient en lui. les insultes de tous genres en changera rien par rapport au pouvoir que Dieu a donné aujourd'hui au Président. faites vos hassadas et elles vous conduiront dans le mauvais chemin
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 trueman 08-09-2015 15:30
on voit bien que les sbires du fugitif sont incapables de la moindre lucidité dans leurs raisonnements.ils ne voient les choses qu'en noir ,prédisent le big- bang,refusent obstinément d'admettre que la dame hadiza a reconnu implicitement que les petits ibos ont été achetés en les ramenant au Niger par voie terrestre (Nigeria ,Bénin Burkina ) malgré leur fragilité à cet âge alors qu'elle est revenue par voie aérienne ainsi que beaucoup d'autres indices qui les incriminent elle et son premier complice hama
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #16 masu gudu su gudu 08-09-2015 18:31
PKW A SIX MOIS DES ELECTIONS L OPPOSITION S AGITE.MR LE MINISTRE VOUS AVEZ TOUS LES MOYENS LEGAUX DEMOCRATIQUE POUR FAIRE L ORDRE.ILS SAVENT BIEN QU ILS VONT PERDRE LES ELECTIONS.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com