dimanche 29 janvier 2023

3933 lecteurs en ligne -

fraren

INDEPENDANCE - Carnets secrets de la Décolonisation : Quand le Député DIORI Hamani défendait les populations au Palais Bourbon

photomainassara2N« POUR SAVOIR OÙ ON VA, IL FAUT SAVOIR D’OÙ ON VIENT ».

Août 1960–Août 2015, 55 ans déjà que le Niger est indépendant.Mais cette indépendance,avait été précédée par une longue période de décolonisation menée pardes acteurs nigériens de premiers plans comme Djibo Bakary, Diori Hamani, Boubou Hama, DiamballaYansambouMaiga, DAN GALADIMA, Issoufou Seydou DJERMAKOYE, DIALLO Abdoulaye, LY Souleymane, Noma KAKA, Léopold KAZIENDE(majuscules trop agressives) et bien d’autres hommes illustres du Niger,tous engagés.

Diori Hamani qui était,avec Issoufou Seydou Djermakoye,l'un des fondateursen 1946 du Parti progressiste nigérien(PPN), branche locale du Rassemblement démocratique africain(RDA) avait été élu Député représentant du Niger à l'Assemblée nationale française la même année. Aux élections de 1951, Diori est d’abordbattu par son cousin et rival politique (Djibo Bakary), avant d'être réélu « haut la main » en 1956.

En tant que Député, il a vaillamment défendu les intérêts de la colonie. J’ai décidé de partager avec vous quelques épisodes de cette bataille pour la survie en vous faisant lire le contenu d’une lettre de l’Instituteur Baré Mainassara en poste à BILMA  à l’époque bourgade historique située à environ 570 km au nord-est d'Agadez, et à1 300 km au nord-est de Niamey,devenue capitale du Niger le 28 décembre 1926

Face au comportement jugé inacceptable des partisans du Rassemblement Démocratique Africainqui croisaient le fer avec les colons à la fin des années 40,« nombre d’Administrateurs préfèrent continuer à appliquer « les bonnes vieilles méthodes » de la chicotte et de la toute-puissance du Blanc » (André Salifou, in Biographie politique de DIORI Hamani, page 36).

« Mais si les « Commandants » avaient oublié que le Niger était représenté au Palais Bourbon « les évolués nigériens »,eux », écrit le Professeur André Salifoudans le livré cité plus haut, « s’en souviennent parfaitement et ne manquaient aucune occasion pour porter à la connaissance de Diori Hamani, leur Député, tous les abus dont ils sont victimes. Le 22 mars 1947, l’Instituteur BaréMainassara adressa à Diori une lettre dans l’espoir d’obtenir (de lui) une intervention efficace » en vue d’améliorer les conditions de vie infernales des populations et des fonctionnaires africains en poste à Bilma. A cette époque le salaire ne dépassait guère 5000 FCFA -Franc des Colonies Françaises d’Afrique - loin de celui des fonctionnaires d’aujourd’hui dont certains privilégiés occupant des « coquilles pleines » roulent en 4x4 V8, avec des comptes crédités en centaines de millions menant un train de vie de nababs.

En effet, la lutte avait menée aux côtés de Diori par nombre d’enseignants qui constituaient la majorité « des évolués » de l’époque. Léopold KAZIENDE, l’un des plus intègres et compétents Serviteur de l’Etat, dernier ministre de la Défense de DIORI, a écrit dans le synopsis de son œuvre autobiographique, « Souvenirs d’un enfant de la colonisation, Editions Assouli, 1998) » : « A l’instar de beaucoup d’autres vaillantsenseignants nigériens de sa génération, tels Diori Hamani, BOUBOU Hama,NOMA Kaka, DIALLO Abdoulaye ou BAREMainassara, il est gagné par le virus de la politique. Optant alors pour le RDA aux côtés de son ami intime Diori Hamani ».

Retour sur ces moments de lutte avec la lettre du 22 mars 1947 de l’Instituteur BaréMainassara au Député Diori Hamani au Palais Bourbon publiée,comme Document Annexe n°1, aux pages 334 à 336 par Georges CHAFFARD, dans son livre Référence « Les Carnets Secrets de la  Décolonisation, Tome 2 »- Edition Calmann Lévy - 1967

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

         DOCUMENT-ANNEXE N° 1

LES DÉMÊLÉS DU P. P. N.-R. D. A.

AVEC L'ADMINISTRATION COLONIALE


"


Lettre d'un  instituteur de Bilma au député Diori Hamani

                                             Bilma, le 22 mars 1947

     Monsieur le Député,

           J'ai l'honneur de vous adresser cette lettre pour vous rendre  compte de ce qui se passe à Bilma dans l'espoir d'obtenir de vous  une efficace intervention.

Au sortir d'une guerre qui a risqué de la submerger, la France a  consolidé ses assises sociales, politiques et économiques en révisant  ses institutions, et par des lois humanitaires, s'est attachée l'estime  de tous ses enfants. Depuis les dates mémorables des 22 décembre  I945 et 20 février I946, les travaux forcés, les réquisitions, les  internements administratifs et l'ignoble indigénat avec tout ce qu'il  comporte d'arbitraire, ont été abolis, grâce à la salutaire 1 activité  de nos élus. ,

Mais Bilma continue à souffrir et je ne vous en donnerai pour  preuve que ce qui suit :

Une poignée de fonctionnaires Africains vivent à Bilma, pays  de sel, […]. […] isolé de tous côtés par une cloison étanche de plu de 700 km de désert. Ne recevant que 30 kg de mil par famille  comprenant 4 ou 5 personnes, 2 litres d'huile par mois quand des  célibataires européens en consomment 6, et jamais de viande, nous  avons demandé au lieutenant commandant de Cercle d'atténuer  nos misères. Nous ne demandons que peu: le minimum vital' se  résumant à 30 kg de mil par famille et par mois, 5 litres d'huile et  une distribution de viande de 2 kg par semaine. Dans une région


334                                                      LES CARNETS SECRETS

dépourvue de bétail, rien ne s'acquiert que par le troc contre le  sel et les dattes depuis des siècles, auprès de la fameuse caravane  annuelle Azalaï. Le lieutenant commandant de Cercle a refusé de  nous aider en quoi que ce soit, nous incitant à écrire une lettre au  gouverneur du Niger avec forces menaces. Et, soit dans 'le but  d'étouffer en vase clos nos légitimes revendications, soit par crainte  de supporter les conséquences d'une telle négligence, il refuse de  transmettre cette lettre qu'il qualifie de « méchante », parce que  tout simplement nous l'avons rédigée avec le seul esprit d'attendrir  le cœur de l'autorité devant la réalité des sacrifices auxquels nous  sommes astreints dans cet enfer africain. Il ne transmet pas la  lettre, vous dis-je, et ne fait même pas effort pour assurer plus de  25 vies humaines... Dans un moment tragique, comprenant la  gravité du danger et sachant pour une large part l'administration  responsable de nos vies, nous avons téléphoné à M. le gouverneur  du Niger, par la voie du P. P. N. pour demander la résolution du  problème ou notre mutation.

A cette nouvelle, le commandant de Cercle nous fait réquisitionner du mil par le chef du village, à la population qui par elle-même est loin de se suffire dans une zone où il ne pousse pas un pied de mil. Cependant, la Prévoyance et la Coopé disposent dans leurs silos de plus de 25 tonnes de mil : donc double crime.

Le gouverneur entend ce cri de détresse et envoie M. Gosselin,  inspecteur des Affaires administratives du Niger, pour étudier la  question du ravitaillement des fonctionnaires de Bilma.

Dans nos doléances, nous avons cru, en tant que fonctionnaires  africains, mais avant Nigériens, devoir dénoncer au représentant du  gouvernement de la IVème République, certains procédés qui risquent  de masquer aux yeux des indigènes, le vrai visage de la France. 
Nous lui avons dénoncé la survivance de l'indigénat, des réquisitions  et des travaux forcés non rémunérés, condamnés unanimement.

« Pouvez-vous me le mettre noir sur blanc », demande l'inspecteur? Et nous lui fournissons l'interminable liste des exactions  commises tous les jours, comme un défi par les négriers modernes  de Bilma qui pensent que les personnes éminentes qui ont voulu  élever les noirs au rang des blancs sont stupides.

En novembre 1946 : 10 jours de prison ont été infligés au nommé  Mahomane de... pour avoir refusé de donner deux bourricots pour  le travail gratuit du détachement.

I4 décembre : 28 jours de prison à Zara Kosso, femme mariée,  pour avoir non refusé, mais seulement opposé un peu de résistance  quand le goumier Teda a voulu l'arracher à ses travaux de ménage  pour la mener piler gratuitement du mil pour les tirailleurs.

I6 décembre: 1O jours de prison à la prostituée Fadjimata Godela  qui, inquiète sur le sort de son tirailleur qu'elle n'a pas revu depuis  quatre jours et qu'on dit être malade, est venue dans le fort s'enquérir de ses nouvelles.

24 décembre: le nommé Oumara recruté de force a terminé ses  15 jours réglementaires ; Il demande à être relevé pour retourner à ses


LA DÉCOLONISATION

travaux personnels. Le fils du chef de village n'ayant encore trouvé personned'autre à mettre à sa place, lui répond par des vociférations.  Le commandant de Cercle surprend cette scène et inflige 27 jours de prison au manœuvre Oumara. Plein de chagrin, l'infortuné devient fou par la suite.

11 janvier I947 : les quatre maçons du Cercle: Laouel Labdei, Boundimi, Abda Kagou et Oumar Tourou sont emprisonnés 4 jours pour inactivité au chantier. Que n'a-t-on opéré une retenue sur leur salaire, puisqu'ils sont journaliers?

Quant aux ânes, par dizaines ils sont réquisitionnés au hasard,  tous les jours, par le tirailleur Chekaraou et employés au transport  de cailloux et de briques pour la reconstruction du fort. Leurs propriétaires ne reçoivent aucune location et n'ont même pas le droitde réclamer.

Pourquoi tant de personnes séquestrées sans avoir comparu devant une cour de Justice? Alors qu'il y a un juge de Paix assermenté?

Pourquoi tant de travaux forcés non rémunérés lorsqu'on dispose  un crédit pour toutes choses?

Pourquoi tant de mal, ce procédé d'occupation pour un pays aussi  accablé par la nature elle-même et au moment où Agadès et N'Guigmi obtiennent des administrateurs civils? Il faut un changement et cela s'impose pour l'intérêt du pays, quoique l'inspecteur nous a affirmé l'opposition de Dakar...

Si nous éprouvons des difficultés pour notre ravitaillement, c'est seulement parce que les militaires, nos chefs, sont servis par l'Intendance et prennent tout ce qui arrive par l'Intendance. Imaginez-vous, monsieur le Député, que voilà deux mois que nous n'avons pas un morceau de viande malgré les recommandations de l'inspecteur. L'affaire est en cours, ilparaît que le lieutenant sera traduit devant le Tribunal militaire, mais il faut que cela soit fait et que le coupablesoit puni sévèrement.

Pourquoi, enfin, devant l'évidence de telles accusations, I'inspecteur des Affaires administratives n'a-t-il pas procédé à une enquête ? 
Si ébauchée soit-elle? Obscurantisme ou camouflage ? Heureux les  pays où règnent la Justice et l'équité! Nous, au Niger, nous avons  des bergers-loups et les loups ne se mangent pas entre eux, vous le  savez vous-même.

Voilà ce que nous avons fait, et nous pensons avoir agi dans l'intérêt du pays. Par mes déclarations, je suis particulièrement exposé,  secondé par mes camarades Abolo Boule, Laïdou Tibi, commis-greffier, Gandji Hilaire et Idris Passassis. Pour résister, il a fallu  nous regrouper malgré les intimidations. Parallèlement à nous, le  médecin africain Avoua Gnignou Nicolas a fait les mêmes déclarations parce qu'accusé d'être antifrançais. Je compte donc faire  apparaître ces événements dans un journal. Mais nous comptons absolument sur vous pour sauver le pays. Le P. P. N. est avisé.

Nous sollicitons de votre haute bienveillance, monsieur le Député du Niger,une punition exemplaire assurant la pérennité de l'Union française.
Veuillez agréer, monsieur le Député, l'expression de mes sentiments respectueux et dévoués,

                                   Votre B. M…,

Instituteur.

Contre ceux-là qui font du mal à la France en faisant fi de ses  institutions, en foulant aux pieds ses intérêts supérieurs,


                       

                       

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

.

Commentaires  

+8 #1 dan dawra 28-08-2015 07:51
sui depassé,cet instituteur a un niveau d'agregé de lettres,preuve que les africains parlaient mieux la langue de Molière que les descendants des francais.Chapeau
Gloire aux anciens
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #2 Conseiller 28-08-2015 10:35
Dan dawra je suis totalement d'accord avec vous. De nos jours, ce texte est du niveau d'un professeur agrégé.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #3 Peace 28-08-2015 12:52
Document intéressant ! Combien y en a t-il encore ? Et combien de personnes seraient disposées à les partager avec leur concitoyens ? Ces documents contiennent des éléments, qui avec le recul, pourraient enrichir l' (ré) écriture de la vraie histoire des sociétés nigériennes.

Par ailleurs, en lisant le document, on voit bien de qui le Président de la 4ème République, Ibrahim Baré Mainassaré, tenait aussi en partie son penchant pour la défense des intérêts des plus démunis et son goût pour l'excellence.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 dan dawra 28-08-2015 17:05
il faut nous dire aussi le nom et prenom de la jeune fille qui croise les bras a droite du général Baaré.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #5 mohamed moussa 28-08-2015 21:19
Merci Djibril pour avoir partagé ce document avec les nigeriens. Les jeunes oublient souvent que la situation d'aujourd'hui est bien meilleure que celle d'hier. Nous devons cela aux luttes courageuses des anciens. L'avenir repose sur leurs épaules.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 GASKIYA 28-08-2015 22:13
Affaire Ibrahim Yacouba

Personne ne peut oser mettre en ligne la declaration de Ibrahim Yacouba qui lui a valu sa revocation sans proces du PNDS.
Alors, ou est le journalisme. Ou est l'information.
Vous n'etes que des lapin ayant peur du rugissement du lion.

Alors...., collez nous la paix avec cette histoire, bande de fillettes au parti pris!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #7 ASKYA 29-08-2015 11:05
GASKIYA Ton problème c'est quoi même ? Ibrahim YACOUBA savait que le PNDS était un parti verrouillé non ? S'il le savait pas, alors était naif de croire qu'il pouvait bousculer les fondateurs. C'est quoi la déclaration de Ibrahim yacouba ? Il peut créer son parti comme les Tchiana, les kirgam, Souley oumarou. Mais où est le problème. Il n'ya pas de démocratie dans les partis et c'est pas nouveau au niger et en Afrique et même en France le sujet ici, c'est l'histoire de la décolonisation.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 KAKAKI 29-08-2015 13:19
C'est pas important GASKIYA l'affaire ibrahim yacouba. C'est une histoire de "mangeoire" et de mangeurs. ca n'avance pas la République. Il a été renvoyé du PNDS et ne sera ni le premier ni le dernier. RAS
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #9 KAKAKI 29-08-2015 14:23
Ces instituteurs d'avant avaient vraiment la plume.
C'est le niveau de PROFESSEURS d'université de maintenant
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #10 gjeorges 30-08-2015 23:15
dan dawra 28-08-2015 06:51
sui depassé,cet instituteur a un niveau d'agregé de lettres,preuve que les africains parlaient mieux la langue de Molière que les descendants des francais.Chapeau
Gloire aux anciens
Citer
ce n'est pas une faute de ne pas parler bien Français, seulement vous les africains vous êtes complexés, regarde bien autour de toi, en chine les journaux sont en chinois, en france les journaux sont en français, alors chez toi comment font les paysans, ils ne lisent pas..ils ne savent pas lire leur langue, je suis persuadé que le vrai developpement se fera sur les langues africaines, sinon vous êtes perdu à jamais : NI Français, Ni chinois, Ni arabe, Ni africains !
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #11 ALPHA 31-08-2015 00:05
gjeorges tu as raison, il nous faut nous exprimer dans nos propres langues. Cheikh Anta Diop l'avait dit. Mais tu sais que historiquement nos langues ont été de traditions orales donc l'écrit n'a pas été développé. Si bien que même si on le fait, il faut plusieurs siècles pur avoir la perfection. En plus ce serait ou l'alphabet latin ou l'arabe. Et quelle langue va absorber les autres?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Gonda 01-09-2015 11:18
l histoire est importante dans la vie le Niger avant l indepance une vraie jungle ou ls blanc Francais controlent tout e ls personnes et leurs biens leurs appartients dommage que l independance ne pas total dans toutes choses et partout exemple on a chasser des chefs de famille nigeren de la zone escadrill devenu sans abris pour laisser la place a une base francaise indesirable pour les nigeriens dans leurs propre pays Dieu est grand aide le niger amine
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Paroles d'enfants : Roumaissa

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com