jeudi, 19 septembre 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

WhatsApp Image 2019 08 28 at 18.43.25

Moumouni Ibra Hadiza

À l’aube de l’exploitation à grande échelle de l’or noir de notre pays - ce qui, du reste, suscite beaucoup d’espoirs chez le Peuple nigérien — la présidente de l’association NIWO tire la sonnette d’alarme sur le risque réel que l’État perde le contrôle du brut nigérien. Dans un entretien exclusif qu’elle a accordé à L’Éclosion, Moumouni Ibra Hadiza lève un coin de voile sur les pratiques qui gangrènent l’exploitation pétrolière au Niger, dont la mise à l’écart des cadres nigériens, formés à grands frais par l’État et les parents dans certains cas, est criarde. Lisez ses réponses à nos questions et vous comprendrez qu’il ne suffit pas d’avoir des réserves pétrolières importantes pour sortir de l’extrême pauvreté…

 

L’Éclosion : après 8 ans d’exploitation, quelle est la situation actuelle du secteur  pétrolier au Niger ?

Ibrah Hadiza : depuis la découverte et le début de l’exploitation du pétrole au Niger, un véritable regain d’intérêt s’est emparé des étudiants qui nourrissaient le rêve de servir leur pays en travaillant dans ce secteur très porteur pour l’économie nationale.

Consciente de ses lourdes responsabilités relatives au devenir du pays, la jeunesse nigérienne s’est investie en se formant dans les filières pétrolières.

Cet engouement a eu pour premier résultat, la création de plusieurs filières du domaine pétrolier dans les différents instituts de la place, sur la chaine de valeur de l’industrie du pétrole. En 2009 l’État nigérien, a commencé à orienter des étudiants de niveau licence en mine et pétrole à l’université Abdou Moumouni de Niamey, au-delà, certains en Côte-D’ivoire pour suivre une formation d’ingénieur en génie pétrolier.

Par ailleurs, d’autres étudiants ont aussi pu se former à l’ingénierie pétrolière dans des pays comme la Chine, les États-Unis d’Amérique, la France, le Nigeria et l’Algérie.

Il faut noter que 70 % de ces étudiants ont bénéficié des bourses offertes par le gouvernement nigérien. Ce qui a permis, en quelques années, d’avoir une flopée d’ingénieurs et de techniciens qui sont estimés à quelques 500 personnes dans ledit domaine.

Hélas, très vite, ils ont été confrontés à la dure réalité du marché de l’emploi.

Mais, Mademoiselle la Présidente, comment expliquez- vous cela quand on sait que le besoin est réel pour un pays qui venait tout juste de commencer l’exploitation de l’or noir ?

Vous savez, Monsieur YERO, le ministère en charge du pétrole ne recrute que très rarement ; les compagnies pétrolières qui sont sur le terrain ont « leurs » ingénieurs à elles, je voulais dire, ceux qu’ils ont amenés de leurs pays respectifs. Malheureusement, les autorités ne doivent pas perdre de vue le respect des différents protocoles d’accord signé entre l’État du Niger et ces sociétés eu égard à leur indifférence sur l’intégration des diplômés locaux ; permettant ainsi, à ces compagnies de favoriser la ressource humaine extérieure au mépris de l’expertise locale.

Si vous remarquez, l’ANPE (NDLR, Agence nationale pour promotion de l’emploi) et les sites de recrutement en ligne ne font jamais cas de postes à pourvoir ou vacants dans le secteur pétrolier. Les quelques rares recrutements semblent s’opérer à travers les relations personnelles, ce qui conduit à un manque de compétitivité dans le secteur.

Selon vous, quelle est la conséquence de cette mise sur les bancs de touche des jeunes diplômés dans ce secteur si stratégique pour un pays ?

Les jeunes diplômés du secteur pétrolier sont dans un état d’extrême précarité et d’incertitude quant à l’obtention d’un emploi. Cette situation constitue aujourd’hui une préoccupation majeure qui mérite d’être prise en charge de toute urgence par le gouvernement nigérien. C’est l’une des raisons qui a forcé la plupart des diplômés du secteur à se réorienter dans des domaines plus accessibles à l’emploi. Cela a créé, de facto, une fuite de cerveau vers d’autres pays de la sous région et ailleurs de façon exponentielle et inquiétante ; ruinant ainsi tous les plans et efforts consentis par l’État du Niger pour la formation de ces diplômés dans la perspective de l’appropriation et la maitrise de la  technologie de l’industrie pétrolière par notre pays. Mon cas est un exemple patent. Ingénieure de réservoir pétrolier que je suis, malgré tous mes efforts, je n’ai pu trouver un emploi dans mon pays. J’ai dû émigrer au Nigeria où je travaille actuellement pour IDSL (Integrated Data Services Limited).

Et pour répondre à votre question, sachez que notre pays court le risque de perdre son pétrole. Je m’explique : lorsque vous n’avez pas des nationaux qui travaillent à des niveaux élevés de responsabilité dans un système d’exploitation, l’État ne pourra se contenter que de ce qui lui ait déclaré par les multinationales dont l’objectif premier est de faire des profits immenses pour elles-mêmes et pour leurs pays d’origine. Du coup, pour défendre les intérêts du Niger, l’État doit avoir des yeux permanents sur la chaine d’exploitation et pour se faire, il lui faut des nationaux à tous les niveaux de la chaine. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Mais, il y’a quand même des diplômés nigériens qui travaillent dans les compagnies qui exploitent notre pétrole non ?

Bien sûr que oui, nous avons des nationaux qui travaillent dans les compagnies qui opèrent dans l’exploitation du pétrole au Niger. Cependant, selon les données en notre possession, force est de constater qu’il y a peu d’ingénieurs nigériens sur le terrain d’exploitation (estimés à moins de 50 en nombre), et parmi ces ingénieurs, nulle présence féminine.

C’est ce qui démontre, une fois de plus, le bienfondé du combat de NIWO, qui s’inscrit, en art et en sens, dans le cadre d’une meilleure intégration de la femme technicienne et ingénieure dans le domaine pétrolier avec des femmes au cœur de son animation associative.

Nous constatons également qu’aucun poste de responsabilité clé ou technique n’est occupé par un Nigérien. Nos ingénieurs ne sont pas placés en fonction de leurs profils, au contraire, ils sont utilisés selon la volonté et l’humeur de l’employeur.

Ils sont orientés dans des départements qui sont en inadéquation avec leurs formations respectives et le plus souvent ils ne jouent que l’interprète et/ou le traducteur.

De notre point de vue, cet état de fait ne permet pas et ne peut être favorable au transfert de  compétence à court, moyen et long terme ; et cela  se place tout naturellement aux antipodes des attentes légitimes  de l’État et des Nigériens pour une bonne capitalisation sur la collaboration avec les partenaires.  

Récemment, le Conseil de ministre a adopté un décret pour doter le Niger d’unepolitique pétrolière, cela n’est-il pas déjà un très grand pas vers une autonomisation ?

Moumouni Ibra Hadiza BISC’est une grande décision qui a été prise par l’État et dont nous espérons qu’elle répondra aux multiples attentes tout en mettant fin aux maux dont souffre le secteur pétrolier.

Maux, qui ont pour noms : manque d’emploi des diplômés nationaux, non pris en compte de la compatibilité profil-poste et absence totale de transfert de compétence.

Ce qui s’avère crucial pour qu’un jour nous puissions prendre en main notre propre destin. La politique pétrolière qui devrait permettre la création d’une compagnie Nationale pour gérer les activités aussi bien en amont qu’en aval de l’industrie pétrolière doit être l’occasion de s’appesantir sur le transfert de compétence qui est primordial pour la maitrise de la technologie par les nationaux.

En 2016, nous avons vu au Tchad l’impact relatif à l’incapacité des locaux à travailler sans les expatriés sur le terrain. Suite à un quiproquo survenu entre le pays et la compagnie étrangère exploitante du pétrole, nos frères et voisins du Tchad n’étaient pas en mesure de continuer l’exploitation.

Pourtant, après des années de travail avec les experts, ils auraient pu capitaliser et maitriser la technologie nécessaire. Ce qui les a finalement amenés à revoir leur stratégie et à se donner les moyens dont ils ont besoin. Et l’un des objectifs fondamentaux de notre association, NIWO, est justement d’éviter que notre pays se retrouve, un jour, en pareille situation. Raison pour laquelle nous pressons l’État du Niger à anticiper et à être dans une posture meilleure qui lui permettra de pouvoir répondre promptement à toute situation conflictuelle de manière à sauvegarder les intérêts du pays et à se mettre à l’abri du chantage des multinationales.

L’on dit souvent que c’est trop facile de critiquer, alors, que proposez-vous concrètement pour conjurer toutes les appréhensions que vous venez d’étaler à nos lecteurs ?

Nous suggérons, dans un premier temps, que le gouvernement nigérien se penche plutôt sur la question du renforcement des compétences techniques, de l’emploi et de l’intégration du genre.

Le Niger doit en effet s’inspirer des réussites et des bonnes pratiques mises en œuvre dans des pays voisins, comme le Tchad, le Nigéria et le Ghana.

En outre, le ministère de l’Enseignement supérieur a un rôle important à jouer en ce qui concerne l’accréditation des universités publiques et privées qui offrent des cours en industrie pétrolière. Il s’agira en effet de s’assurer que la qualité est de mise dans les programmes et qu’ils répondent  aux normes internationales en vigueur.

Aussi, il est important d’encourager la création d’un cadre national de formation d’ingénieurs qualifiés dans le secteur pétrolier à l’image de l’EMIG qui existe dans le domaine des mines.

En ce qui concerne les stages, les différents ministères de tutelle en particulier celui de  l’Enseignement supérieur et celui du pétrole doivent créer des ponts entre, d’une part, les universités publiques et privées ; et, de l’autre, avec les entreprises privées.

À travers ce processus, nous pensons que certains défis auxquels le pays et les entreprises sont confrontés dans leurs opérations trouveront des solutions. C’est aussi l’occasion pour nous, d’encourager l’État dans sa politique pétrolière.

Nous espérons qu’il prendra toutes ses responsabilités et fera de l’intérêt supérieur du Niger sa priorité devant n’importe quelle structure étrangère travaillant ou voulant travailler dans le pays.

Pour terminer, nous savons que le Niger est un pays-jeune en termes d’exploration et de production pétrolière, néanmoins il est maintenant temps de regarder vers l’avenir et de se convaincre que ce sont les petits d’aujourd’hui qui deviennent les grands de demain.

Et voilà qui est bien dit !

Mademoiselle la présidente, merci !

Bulle Dessin Eclosion

Traduction bulles dessins

Bulle n°1 : To BABA ZAKI, si nous sommes là, c'est parce que nous avons des problèmes, vous devriez jeté un coup d'œil à cette situation.

Bulle n°2 : Nous les nigériens, devrions travailler dans le service technique, car il vaut mieux utiliser ta petite hache que de prêter celle d’autrui..

Bulle n°3 : Regardez BABA, ils sont là-bas en train de travailler dans le service technique et nous, ils nous confinent dans le secrétariat et la traduction.

Bulle n°4 : Dieu est grand !  Nous voici, on a fini nos études mais il n’y a pas de boulot.

Bulle n°5 : Jeunes de mon pays, je entendu vos pleurs et, insha Allah, je vais vous sécher vos larmes.

 

Commentaires  

-4 #1 Yampabou 12-09-2019 05:11
C'est vous qui aviez voté Issoufou.
Prenez patience. Vous n'aviez rien vu encore.
Le grand malheur viendra lorsque vous allez encore voter Bazoum.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 gaskiya ta 12-09-2019 08:28
on aurait vraiment tout vu au Niger.
avec les étrangers on sasocie pour s'enrichir alors que le pauvre paysan se meurt dans la misère.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Idriss 12-09-2019 08:39
Armez vous du courage.chaque chose a son temps
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #4 Zoro 12-09-2019 08:49
en tout cas, c'est la triste réalité et ce n'est pas uniquement dans le domaine pétrolier mais pratiquement dans tous les domaines, exemple: les mines, si ces blancs nous laissait aujourd'hui, je suis sur qu'on aura des difficultés à faire tourner cette industrie minière, les télécoms aussi, si toutes les entreprises télécoms privées quittent le Niger, Niger télécoms ne pourra même pas couvrir 10% de la population du Niger en couverture GSM, le Niger n'apprend jamais de ses erreurs malheureusement parce qu'on a de la tête de l’État jusqu’au plus bas niveau, les gens qui ne pensent qu'à leurs intérêts personnels mesquins...........
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #5 ibrahim 12-09-2019 09:11
c'est un faux probleme.
on a formé des ingénieurs en ponts etchaussées etils sont incapables de nous faire un pont.tandja en lançant les travaux du 2em pont de Niamey l'avait rappelé .
quand nos ingenieurs ne peuvent pas faire un pont comment vont-ils extraire le petrole?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 Niima 12-09-2019 10:11
Du courage Mme Hadiza dans cette lutte noble et très nationaliste. L'heure n est pas aux critiques politiciennes mais aux idées positives comme l a tres bien exprimé la présidente de façon responsable. Ce sont les propositions de solutions pour aider nos autorités à faire avancer les choses qui priment.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Noma 12-09-2019 10:15
Citation en provenance du commentaire précédent de Yampabou :
C'est vous qui aviez voté Issoufou.
Prenez patience. Vous n'aviez rien vu encore.
Le grand malheur viendra lorsque vous allez encore voter Bazoum.
Ah le pauvre politicard !Au lieu de contribuer positivement pour une solution d'avenir,il glisse sur son terrain favori de piètre politicien à la solde.Et qui propose tu à voter pour rendre le Niger un paradis?Bcp et peut-être même ton favori ont fait leur preuve sans jamais rien changé
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 Blackmarket 12-09-2019 11:12
Que reste-t-il lorsque vous perdez déjà votre souveraineté et sous-traitez presque tous vos services...?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Razac Mahamadou 12-09-2019 11:28
En tous cas mon frère vaut mieux le perdre ce mieu car les peuples ne profite pas avc
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #10 Char 12-09-2019 11:56
Perte du pétrole ? Çà je n'en crois pas et les arguments avancés par cette dame ne tiennent pas.qu'on arrête de nous divertir.si on ne peut pas contribuer au développement de ce pays,alors qu'on se taise!
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #11 Maiga 12-09-2019 15:27
On ne peut pas perdre ce qu´on n´a jamais possede. Le petrole on n´en entend parler mais on n´en voit pas les retombees. Issoufou et ses amis sont les seuls a savoir si y´a du petrole au Niger. Nulle part dans le budget il n´est fait etat de l´apport du petrole en tant que recette. Peut etre qu´avec la fin du systeme, tout rentrera dans l´ordre. Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Yatakaleyé 12-09-2019 16:30
Citation en provenance du commentaire précédent de Yampabou :
C'est vous qui aviez voté Issoufou.
Prenez patience. Vous n'aviez rien vu encore.
Le grand malheur viendra lorsque vous allez encore voter Bazoum.

Ah bon ? Et qui proposez vous? Un fuyard poltron récidiviste (tanja veut me tuer dit il...alors fuiiite vers le Burkina) doublé d'un trafiquant de bb? Reveillez vous bon sang!
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #13 werk 12-09-2019 19:59
OPPORTUNISME
CLIENTÉLISME SYNDICAL,
SYNCALISTE NIGERIEN ET AFRICAIN
VOUS COMMBATTEZ LES EUROPEENS ET C'EST EUX QUI VS FINANCENT QUELLE HONTE
QUEL EST LE SYNDICALISTE NIGERIEN QUI N'A PAS PRIS L'ARGENT DES BLANCS
PUFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 attention 12-09-2019 22:35
Citation en provenance du commentaire précédent de Yampabou :
C'est vous qui aviez voté Issoufou.
Prenez patience. Vous n'aviez rien vu encore.
Le grand malheur viendra lorsque vous allez encore voter Bazoum.

Vous semblez cultiver de vieilles frustration.
respirez ça va aller
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Patrice 12-09-2019 22:42
Vous voyez bien cela quand on vous dit que les occidentaux pillent le continent vous démontrez par a+b que c faux mais le constat est la avc ttes les conséquences sur la vie d'une nation
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 Théophile 13-09-2019 08:42
:sad: :cry: :cry: :cry: on n'est jamais prophète ce soit l'Afrique à toujours été colonisé depuis le temps anciens jusqu'à nos jours
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 Guim Bubac 13-09-2019 13:00
Je ne peux que féliciter cette dame d'avoir apporté de la lumière dans la gestion opaque du pétrole sur lequel les nigériens ont porté leur espoir de sortir de la crise de misère qu'ils vivent au quotidien.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #18 Guim Bubac 13-09-2019 13:08
TAvec les guristes le Niger perdra tout ce qui est en son nom; rappelez- vous l'Onppc, la Braniger, etc
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #19 Guim Bubac 13-09-2019 13:11
Mais ils refusent toujours de céder la nigelec aux mains de services étrangers pour une meilleure fourniture comme ils en sont incapables.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #20 bagague 13-09-2019 14:11
Cette pétite là ,pourquoi pense t-elle mieux connaitre le pétrole du Niger que ceux qui sont dedans?Juste parce qu'elle a fait un stage à la CNPC. Calme toi demoiselle et cherche boulot.Quoique tu fasses ,tu n'intimideras personne.Quand tu n'investis rien dans la recherche et l'exploitation de ce pétrole,et que c'est l'autre qui amène ses capitaux en prenant tous les risques,alors ce sera lui gagnera le plus. Et demain on tu es nommé Ministre du pétrole,tu ne feras pas mieux que FOUMAKOYE.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #21 Curieux 14-09-2019 09:40
Bsr Madame ! Soyez courageuse et parlez nous d'abord de notre uranium exploiter il y a plus d'un demi siècle maintenant...Comme cela tu seras plus crédible...Sinon je ne vois que Clientélisme et opportunisme comme l'ont déjà souligné certains plus haut.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #22 Aboubacar Zakaria 14-09-2019 11:27
Les occidentaux sont des pires pillares de nos ressources en Afrique mais avec le temps tous changera car nos dirigeants Africains comprendrons qui est l'occident
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

DOC_UA19.jpg

Top de la semaine

Publier le 19/09/2019, 10:02
conseil-superieur-de-la-magistrature-nominations-et-affectations-des-magistrats-communique Le Conseil Supérieur de la Magistrature s’est réuni à Niamey, le mercredi 18 septembre 2019, sous la...Lire plus...
Publier le 17/09/2019, 23:58
le-president-issoufou-mahamadou-a-procede-mardi-au-lancement-des-travaux-de-construction-du-pipeline-international-niger-benin-a-koulele-agadem Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a procédé mardi, 17 septembre...Lire plus...
Publier le 17/09/2019, 10:34
le-gouverneur-issaka-hassane-karanta-donne-le-coup-d-envoi-de-la-rentree-scolaire-secondaire-a-niamey Le Gouverneur de la Région de Niamey Mr Issaka Hassane Karanta a donné le coup d’envoi de la rentrée...Lire plus...
Publier le 16/09/2019, 17:18
cpi-l-avis-d-appel-depose-par-fatou-bensouda L'Accusation notifie qu'elle a interjeté appel de la décision rendue oralement par la Chambre de...Lire plus...
Publier le 16/09/2019, 17:18
ligue-des-champions-l-afrique-representee-chez-les-francais Engagés cette semaine en Ligue des Champions de l’UEFA, le PSG, L’Olympique Lyonnais et le LOSC Lille...Lire plus...
Publier le 15/09/2019, 23:12
aden-karkara-le-depute-sani-attiya-met-sur-orbite-son-parti-politique La scène politique nigérienne s’agrandit encore d’un nouveau parti. Il s’agit de l’Alternance...
Publier le 17/09/2019, 23:58
le-president-issoufou-mahamadou-a-procede-mardi-au-lancement-des-travaux-de-construction-du-pipeline-international-niger-benin-a-koulele-agadem Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a procédé mardi, 17 septembre...
Publier le 15/09/2019, 18:44
birgi-rafini-preside-la-ceremonie-de-signature-de-la-convention-de-construction-du-pipeline-niger-benin Le Premier Ministre Birgi Rafini a présidé ce dimanche 15 septembre 2019 dans la salle des banquets de...
Publier le 16/09/2019, 17:18
cpi-l-avis-d-appel-depose-par-fatou-bensouda L'Accusation notifie qu'elle a interjeté appel de la décision rendue oralement par la Chambre de...
Publier le 15/09/2019, 23:12
aden-karkara-le-depute-sani-attiya-met-sur-orbite-son-parti-politique La scène politique nigérienne s’agrandit encore d’un nouveau parti. Il s’agit de l’Alternance...
Publier le 13/09/2019, 13:17
cds-rahama-me-boubacar-madougou-et-abdou-amani-enterrent-la-hache-de-guerre Les deux ailes qui se disputent jusque-là, la direction de la Convention démocratique et sociale (CDS...
Publier le 13/09/2019, 13:48
l-afrique-de-l-ouest-n-a-pas-besoin-d-une-force-antiterroriste-supplementaire Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest doivent examiner les...
Publier le 17/09/2019, 23:58
le-president-issoufou-mahamadou-a-procede-mardi-au-lancement-des-travaux-de-construction-du-pipeline-international-niger-benin-a-koulele-agadem Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a procédé mardi, 17 septembre...

Dans la même Rubrique

Député Oumarou Abdourahamane : « Nous rejetons avec la dernière énergie toute monnaie dont l’objectif n’est pas de libérer l’Afrique francophone du joug néocolonialiste de la France »

15 septembre 2019
Député Oumarou Abdourahamane : « Nous rejetons avec la dernière énergie toute monnaie dont l’objectif n’est pas de libérer l’Afrique francophone du joug néocolonialiste de la France »

La section nigérienne de l’organisation « Urgences Panafricanistes », lancée par l’activiste controversé, Kémi Séba, a organisé une manifestation contre la « Françafrique » et le « Franc CFA », le samedi 14 septembre à la...

Formation professionnelle : le PRODEC restructure 3 nouveaux établissements à Niamey, Doutchi et Agadez

15 septembre 2019
Formation professionnelle : le PRODEC restructure 3 nouveaux établissements à Niamey, Doutchi et Agadez

  L’offre nationale en formation professionnelle et technique se renforce, en quantité et surtout en qualité, avec la restructuration de trois (3) nouveaux établissements d’enseignement, désormais mis aux normes internationales....

Promotion des Pratiques familiales essentielles (PFE) : les relais communautaires, des véritables acteurs de changement positif

15 septembre 2019
Promotion des Pratiques familiales essentielles (PFE) : les relais communautaires, des véritables acteurs de changement positif

Dans le cadre du projet « d’Appui à l’amélioration de la résilience des éleveurs et agropasteurs dans la zone pastorale de Tillabéry », l’UNICEF et ses partenaires,  sur financement du gouvernement français,...

PRODEC: 19 jeunes chauffeurs formés en maintenance auto à Tillabéry

13 septembre 2019
PRODEC: 19 jeunes chauffeurs formés en maintenance auto à Tillabéry

Au titre de l’année 2019, l’antenne régionale du fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage(FAFPA) de Tillabéry a organisé une formation en maintenance auto, au profit des jeunes...

L'Afrique de l'Ouest n'a pas besoin d'une force antiterroriste supplémentaire

13 septembre 2019
L'Afrique de l'Ouest n'a pas besoin d'une force antiterroriste supplémentaire

Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest doivent examiner les avantages comparatifs des initiatives existantes. Ce 14 septembre, les dirigeants de la Communauté économique des...

Exclusif : « Le Niger risque de perdre son pétrole », s’inquiète Ibra Hadiza, présidente de l’association NIWO

12 septembre 2019
Exclusif : « Le Niger risque de perdre son pétrole », s’inquiète Ibra Hadiza, présidente de l’association NIWO

À l’aube de l’exploitation à grande échelle de l’or noir de notre pays - ce qui, du reste, suscite beaucoup d’espoirs chez le Peuple nigérien — la présidente de l’association...

960x494px.jpg