samedi, 18 janvier 2020
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......


OUSMANE MAMANE photo Actuniger

Le RDR Tchanji a célébré, ce dimanche 8 décembre à l’Arène Salma Dan Rani de Dosso, son 3eme anniversaire qui a été couplé à la tenue de l’Assemblée générale régionale du parti. A cette occasion, un discours a été prononcé par Mahamane Ousmane,  le président de l’Alliance pour la Démocratie et la République (ADR), une coalition formée par le RDR Tchanji de Falké Bacharou et le MNRD Hankuri de Sidi Moulaye Harouna Hambali. Dans son allocution, l’ancien chef de l’Etat et candidat déclaré de l’ADR aux prochaines élections, a abordé le thème retenu  pour la célébration : « dialogue politique, facteur de paix, de stabilité et de développement ».

Devant les militants du RDR et de l’ADR, mais aussi les représentants des autres formations de l’opposition et du pouvoir, il a également abordé la situation politique nationale.

Dans son discours, Mahamane Ousmane a surtout interpellé le président Issoufou Mahamadou sur la nécessité de reprendre le dialogue politique, actuellement en panne, afin d’éviter au Niger d’inutiles crises. Le président Ousmane a en ce sens invité l’actuel chef de l’Etat, à se souvenir du temps où il était à l’opposition. Il a en ce sens évoqué un épisode politique de la 5e république, lorsqu’il assumait les fonctions de président de l’Assemblée nationale,  avec Tandja Mamadou comme président de la République et Issoufou Mahamadou comme chef de file de l’opposition.

Voici en intégralité l’allocution prononcée ce dimanche 9 décembre par Mahamane Ousmane, le président de l’ADR, et dans lequel il rapportait comment le dialogue politique entre le pouvoir politique et l’opposition a été renoué et maintenu sous la 5e République.


Rendons Grâce à Allah, le Clément, le Miséricordieux, de nous avoir permis de nous retrouver à Dosso, aujourd’hui dimanche 08 décembre 2019, à l’occasion de la commémoration du 3ième anniversaire du RDR-Tchanji, couplé à la tenue de l’Assemblée Générale régionale RDR-Tchanji de Dosso.
Camarade Président du Bureau Politique National du RDR-TCHANJI,
Je vous remercie infiniment de m’avoir donné l’occasion de prendre la parole à l’occasion de ces deux (2) évènements d’importance majeure pour tout parti politique.
Ces deux évènements qui nous réunissent à l’Arène de lutte SALMA DAN RANI de Dosso interviennent à un moment décisif de la vie politique du Niger, c’est-à-dire à un pas de l’année 2020 qui sera caractérisée par la tenue des élections locales, législatives et présidentielle 1er Tour, selon le chronogramme élaboré et publié par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).
Ces évènements se tiennent aussi à un moment où tous les acteurs et observateurs de la scène politique nigérienne sont témoins de la volonté exprimée par l’opposition politique de convenir d’un dialogue politique à même de nous prémunir contre toute crise socio-politique pré-électorale, électorale et post-électorale au Niger.
Il me parait par conséquent pertinent que la commémoration de l’anniversaire de votre Parti soit placée sous le thème que vous avez retenu, à savoir : « Le Dialogue politique, facteur de paix, de stabilité et de développement ».
Chers camarades membres de l’ADR,
Chers invités,
Ce thème a d’autant plus de significations que ces évènements se déroulent dans la Région de Dosso. En effet, si on compare la situation sociale qui prévaut aujourd’hui entre les différentes composantes de la population de cette Région à celle que nous avions connue il y a quelques décennies, on peut aisément affirmer que la Région de Dosso a connu des avancées significatives en termes de stabilité et de paix sociale. Le bon-vivre ensemble existant entre les différentes communautés de cette région est le fruit de plusieurs séries de dialogues politiques et sociaux qui s’étaient tenus au milieu des années 90 entre les différentes communautés qui se côtoyaient mais s’acceptaient difficilement.
En effet, me permettrais-je de rappeler que cette époque était caractérisée par de fréquents et violents conflits entre agriculteurs et éleveurs qui endeuillaient chaque année des dizaines de familles. Face à cette situation, les autorités administratives et coutumières de la Région, soutenues par les autorités politiques nationales, avaient organisé, entre 1993 et 1999, trois (3) sessions de dialogue intercommunautaire. Chaque session avait enregistré la participation de plus d’un millier d’agriculteurs et d’éleveurs venus de tous les départements de la région, afin de discuter de la paix, de la quiétude sociale et du développement local.
Ces multiples concertations ont permis de réduire significativement les conflits intercommunautaires dans la Région de Dosso.
Il ne serait dès lors pas prétentieux de dire que le thème de votre 3ième anniversaire rime bien avec la situation de la Région de Dosso pour qui le dialogue intercommunautaire a été un « facteur de paix, de stabilité et de développement ».
Chers camarades membres de l’ADR,
Chers invités,
Cette illustration d’un exemple aussi réussi qu’actuel de dialogue ayant abouti à la paix, à la quiétude sociale et au développement prouve à juste titre qu’un dialogue politique inclusif est possible au Niger. Mieux, au vu de la situation politique délétère que nous vivons, un tel dialogue est nécessaire pour sortir le Niger de la situation actuelle caractérisée par des foyers de tensions et de conflits communautaires et sécuritaires à l’intérieur, comme sur ses frontières telles que dans le bassin du lac Tchad au sud-est et dans la zone du Liptako-Gourma, les 3 frontières au Nord-Ouest.
Manifestement, le Niger d’aujourd’hui est dans une tension et un malaise connus de tous tant sur le plan international que sur le plan national.
Sur le plan international, à travers le positionnement du Niger en termes d’IDH (Indice de Développement Humain) confinant régulièrement le Niger au dernier rang des pays de la planète.
Sur le plan national, situation non seulement connue, mais vécue par tous les Nigériens, car ils vivent dans leur âme et dans leur chair les dures réalités au quotidien sur le plan de l’alimentation, de la santé, de l’éducation, du chômage, du sous-emploi, des inégalités et du sentiment d’injustice et d’inéquité. Cette tension et ce malaise sont porteurs de hauts risques qu’il ne faut pas négliger à l’orée des consultations électorales qui s’annoncent.
Il y a péril en la demeure qu’il convient de désamorcer en utilisant les mécanismes et les vertus du dialogue.
Chers camarades membres de l’ADR,
Chers invités,
Si à un niveau communautaire, ici même dans la Région de Dosso, les communautés ont utilisé les vertus du dialogue pour aboutir à la paix, il n’y a pas de raison à ce qu’au niveau national, nous ne soyons pas en mesure de le faire.
En effet, c’est du dialogue que naissent la compréhension mutuelle et l’esprit de paix propices à la mobilisation des intelligences et des énergies pour mieux produire, mieux vivre et mieux faire prospérer les générations à venir dans ce monde en perpétuelle mutation.
Lorsque, comme dans le cas actuel du Niger, les mécanismes formels institutionnels sont bloqués (cas du Conseil de la République), en panne (cas du CNDP) ou défectueux (cas du CNDS), il ne faut pas être étonné ou être surpris que des canaux non formels ou informels prennent le relai et conduisent à des dérapages ou des situations non souhaitées.
Chers camarades membres de l’ADR,
Chers invités,
Par devoir citoyen, par obligation et responsabilité politique et sociale, par leçons d’expériences vécues et devoir de partage, par conviction pour acquit de conscience, je suis de ceux qui croient qu’il vaut mieux prévenir que guérir et le faire à temps.
Je saisis cette occasion de notre présence à Dosso pour interpeller publiquement à nouveau le Président de la République, Chef de l’Etat, Monsieur Issoufou Mahamadou. Comme vous le savez, j’ai eu à l’interpeller à d’autres occasions (meetings, déclarations, points de presse, etc…) ; cette fois-ci, contrairement à mes habitudes, je l’interpelle de manière singulière en rappelant un entretien que nous avions eu lui et moi en espérant que ce rappel contribuera à l’aider à faire baisser les tensions politiques et sociales dans l’intérêt général de la Nation nigérienne.
Cet entretien a eu lieu au bureau du Président de l’Assemblée Nationale que j’étais.
Le Président du PNDS de l’époque et Député à l’Assemblée Nationale, Monsieur Issoufou Mahamadou me disait en substance :
- « Monsieur le Président, ce que vous faites n’est pas normal. Parce que vous êtes au pouvoir et nous à l’opposition, vous refusez d’avoir toute rencontre avec nous ; ce n’est pas normal en démocratie »
- Je lui avais répondu : « je n’ai pas bien entendu »
- Il a répété exactement ce qu’il avait dit pour que je l’entende bien
- Je lui avais répondu « je n’ai pas encore compris ! »
- Il a à nouveau répété ce qu’il a dit au début
- Je lui avais encore dit « je n’ai pas compris ».
- C’est à ce moment qu’il a souri en disant « Ah bon ! »
- J’avais repris en lui disant « Oui, je ne peux pas comprendre ce que vous dites puisque c’est hier que vous avez demandé à me rencontrer et aujourd’hui nous voilà ensemble, vous, de l’opposition et moi, du pouvoir. Voilà pourquoi je ne peux comprendre votre affirmation ».
- Il avait repris en disant : « Bon. Pas vous, personnellement. Mais le Président de la République Tandja Mamadou »
- J’avais repris en disant : « Si c’est le Président Tandja, j’ai mon cabinet ; il a le sien et c’est là-bas que vous devez vous adresser »
- Le Président Issoufou m’avait dit : « Nous avons essayé, mais ça n’a pas marché. »
- Je lui avais dit : « Avez-vous vu les membres de son cabinet (protocole, aide de camp, directeur de cabinet, etc…) ?
- Il m’avait répondu : « Oui, on a tout essayé »
- Je lui avais suggéré d’écrire formellement pour demander un Rendez-Vous ;
- Il m’avait dit : « Oui nous avons adressé des correspondances plusieurs fois ; elles sont restées sans suite »
- J’avais exprimé mon étonnement.
- Il avait proposé de m’envoyer des copies. Il était sur le point de noter à cet effet.
- C’est en ce moment que je lui avais dit « Président, ce n’est pas nécessaire de me les envoyer. Je vous crois sur parole ».
- Il m’avait dit : « Tout le monde dit que le Président Tandja vous écoute beaucoup et vous êtes bien placé pour lui parler à ce sujet parce que quand nous étions à vos côtés nous vous voyions le recevoir. Il venait avec le Professeur André Salifou et le Président Issoufou Assoumane. Vous le receviez tantôt à leur demande, tantôt à la vôtre ».
- Je lui avais dit : « En effet, nous nous rencontrions souvent »
- Il m’avait dit : « Alors, il faut lui rappeler que malgré que les deux camps soient d’opinion différente, la majorité doit écouter l’opposition »
- J’avais répondu au Président Issoufou : « je ne serai pas votre messager auprès du Président Tandja. Mais je vous promets que je saisirai la première occasion qui se présenterai pour évoquer la question avec lui. Et c’est ce que j’avais fait ».
- Quand j’en avais au Président Tandja, il m’avait dit : « C’est exact. Je le recevais ; mais j’ai arrêté ».
- J’avais alors suggéré au Président Tandja de reprendre le contact avec l’opposition.
Et c’est ainsi qu’à l’occasion de l’investiture du Président Burkinabè Blaise Compaoré quand le Président Tandja et le Président Issoufou s’étaient rencontrés, le Président Tandja lui avait dit : « J’ai reçu ton message par le canal du Président de l’Assemblée Nationale ».
Et ainsi ils avaient convenu de se voir périodiquement comme beaucoup de Nigériens avaient dû certainement le constater à l’époque. Et c’est ainsi que la situation avait connu une décrispation certaine.
Chers camarades membres de l’ADR,
Chers invités,
Si j’ai tenu à faire ce rappel, ce n’est nullement pour tirer des glorioles personnelles, mais pour souligner qu’avec une volonté au plus haut sommet de l’Etat, on peut créer la sérénité sur le plan politique et social.
Après ce rappel fraternel, je demande au Président de la République, Monsieur Issoufou Mahamadou, de se rappeler ces moments-là, de se ressaisir, de reprendre contact avec l’opposition dans le cadre d’un dialogue politique démocratique et républicain afin que :
- le CNDP retrouve ses lettres de noblesses,
- le CNDS reprenne vigueur,
- le Conseil de la République siège à nouveau,
- les élections qui s’en viennent soient préparées et organisées de manière consensuelle et apaisée.
Aussi, j’en appelle à vous, Monsieur le Président issoufou Mahamadou, de faire en sorte que le dialogue politique sollicité par la classe politique, initialement accepté de part et d’autre, mais par la suite esquivé puis substitué indûment de manière unilatérale par une conférence dite des leaders des partis politiques, puisse voir le jour et se dérouler normalement. En effet, le dialogue politique est un important facteur d’apaisement, de réconciliation et de paix ; le Niger en a grand besoin, ainsi que vous-même, Monsieur le Président. N’avions-nous pas jadis, l’habitude de répéter ensemble les paroles d’un sage qui disait : « la maison qui ne se parle pas, meurt ». Le Niger ne doit pas mourir dans vos mains et ne doit même pas continuer à souffrir.
Vive le Niger
Vive la Démocratie
Vive l’ADR

JE VOUS REMERCIE 

Actuniger.com

 

Commentaires  

-17 #1 Haya Zakari Yaou 08-12-2019 19:52
Tu n'as aucune leçon à donner au président Issoufou. Le président a fait ce qu'aucun président n'a pu faire en si peu de temps. Ta région a bénéficié de plusieurs infrastructures que tu étais incapable à lui faire en temps que président de la république et président de l'assemblée nationale. Mais tu tu es le plus aigri que le Niger n'a jamais eu
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Idrissa Mounkaila 08-12-2019 20:08
Joyeux anniversaire
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #3 Zombra 08-12-2019 22:22
Pour vous, toute personne qui critique Issoufou est un aigri. Détromprez vous, car s'il y a un nigérien qui a tant critiqué l'autre, il n'y a pas deux comme Issoufou. Quand il était à l'opposition il hurlait comme un [mot censuré] enragé. Vous avez déjà oublié cette époque.
En plus quand il réalise des infrastructures à Zinder, il ne l'a pas fait dans sa poche. D'ailleurs Issoufou est le seul Président du Niger à mettre sa propre région devant les autres.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Illo 08-12-2019 22:23
Citation en provenance du commentaire précédent de Haya Zakari Yaou :
Tu n'as aucune leçon à donner au président Issoufou. Le président a fait ce qu'aucun président n'a pu faire en si peu de temps. Ta région a bénéficié de plusieurs infrastructures que tu étais incapable à lui faire en temps que président de la république et président de l'assemblée nationale. Mais tu tu es le plus aigri que le Niger n'a jamais eu

ET IL L'A FAIT AVEC SON ARGENT DE POCHE? OUSMANE N'A PAS FAIT POUR SA REGION PARCE QU'IL N'EST PAS REGIONALISTE. IL A TOUT RAMENE DANS SA REGION TAHOUA
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Bonne chance au RDR 09-12-2019 06:45
:o :o :o Soulet Amadou
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Intarou 09-12-2019 07:38
Il s'agit d'un appel à la raison. Le Président, père la Nation doit se ressaisir et comme disait Sankara : "Je suis humble parce que je suis mortel et je ne suis pas plus que les autres et Dieu a fait de moi Président".
Qu'il se souvienne des conseils de Mme Bazaï après son investiture en 2011.
Ne comparer pas le régime de Tchangi qu'ils ont d'ailleurs réalisé ensemble (AFC et nouvelle majorité) avec la 7ème République. Le seuil du bon de commande était inférieur à 5 millions, aujourd'hui, il est de 50 millions.
Le niveau budget et de l'endettement ne sont pas comparables.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #7 aderaoua 09-12-2019 07:42
Citation en provenance du commentaire précédent de Haya Zakari Yaou :
Tu n'as aucune leçon à donner au président Issoufou. Le président a fait ce qu'aucun président n'a pu faire en si peu de temps. Ta région a bénéficié de plusieurs infrastructures que tu étais incapable à lui faire en temps que président de la république et président de l'assemblée nationale. Mais tu tu es le plus aigri que le Niger n'a jamais eu


Pauvre cretin. J'ai toujours depuis la conference nationale pense que issoufou seul serait en mesure d'apporter au niger le changement et la gouvernance dont il a besoin. Helas, je me suis lourdement trompe. La seule chose qui interesse issoufou c'est lui meme, ses femmes et ses gosses et les quelques stranpontins qui chantent ses louanges. Ni le niger et encore moins les nigeriens n'ont jamais compte pour lui. Apres avoir vu issoufou a l'oeuvre, j'en suis arrive a idolatrer mamane ousmane.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #8 Niger Oye 09-12-2019 09:03
Bonjour à Tous
Je rappel à tous les lecteurs d´ActuNIger que ce Niger est dans une posture difficile. Entouré de plusieurs foyers de conflits. Alors de mon Point de vue Chaque Niger doit y mettre du sien pour que nouspuissions vivre en Paix. Vivre en paix suppose puiser dans le Passé pour Construire l´Avenir.
L´Avenir de ce pays est entre les mains de la Jeunesse de ce pays. Pas Mahamane Ousmane, ni Issoufou Mahamadou, Hama Amadou et autrres poltrons de Politiciens qui ont à plusieurs occasions amener ce pays au bord de la guerre civile: Illustration du 27 Janvier 1996 mais l´Avenir est pour la Jeunesse.
Maintenant Arrêtez vos conneries de débats d´Ethnies, de Région ou de groupe Politique car justement cette classe politique se sert de vous pour assouvir leur boulimie du pouvoir.
Dites moi parmi les lecteurs d´ActuNiger,qui s´insultent à longueur de journée, ya t-il un seul enfant de ces politiques qui parlent avec vous?
Vous perdez de l´Energie et du temps pour rien alors que leurs enfants sont préparés pour les remplacer à la tête de L´Etat.
Continuer à vous invectiver pendant ce temps eux se sucre sur vos dos.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 TCHIMI 09-12-2019 09:06
Très sage!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #10 Ina hankurin yaké? 09-12-2019 09:26
Ce rappel ridicule sous forme de dialogue (probablement imaginaire) est une honte (une de plus pour Mahamane Ousmane) qui ne s'en trouve assurément pas grandi, loin s'en faut!). Une chose est sure: il ne peut plus présider aux destinées de ce pays. Alors, que cherche-t-il encore dans l'arène politique? Un siège de Député, de Maire, ou même un simple poste de préfet? Apparemment, en ce qui concerne les postes, lui ne crache sur rien, tant qu'il peut avoir de quoi assurer la popote. Mais qu'a-t-il donc fait de tout le blé qu'il a entassé durant ses 10 ans passés à l'Assemblée Nationale à coup de dépassements budgétaires?
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #11 Djibril 09-12-2019 09:40
Svp laissez les querelles mettez le niger devant. Que Allah amène la paix et la tranquillité dans ce bon pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #12 cndp 09-12-2019 11:11
Juste une question. Qu'est ce que Brigi Rafini a fait de bon pour le Niger et les nigeriens depuis qu'il trone a la primature? Rien que dalle. Alors peut on confier a une marionette qui a servi a detruire le CNDP le soin de faciliter un travail qui releve de la mission de base du meme CNDP?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Engagé patriote 09-12-2019 12:44
Bsr Mr le Président vous avez bien parlé c vrai la vérité est amère c que vous dites est réel mais certains pro président pour vous critiquer au lieu l'intérêt général du pays en avant ........!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #14 Bakasso 09-12-2019 13:15
Bonjour tout le monde je pense que ils est grand temps qu'on puisse changer notre mentalité laissons les critiques ils sont tous des leaders politiques nigérien vous voulez critiques Mahamadou issoufou ok bien , attendons voir après son départ
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Montsiur 09-12-2019 14:52
Est-il le roi des singes?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #16 bali 09-12-2019 15:36
Bonjour Excellence Ousmane,
Je trouve maladroit, que vous ayez exposé de tels faits à la place publique. Vous avez eu l'occasion de rencontrer le Président Issoufou, vous pourriez ré avoir une telle occasion, pour en discuter suffisamment, mais hélas vous avez préféré une exploitation politicienne qui n'aboutira pas. Rappelez-vous du moment où vous avez refusé de convoquer les conseils de ministres, où vous ne parliez plus avec le PM Hama Amadou, et qu'il a fallu le président malien ATT, de tenter un rapprochement.
Vous êtes loin de chercher un dialogue, mais plutôt autre chose.
C'est triste !
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 santos 09-12-2019 18:48
Citation en provenance du commentaire précédent de bali :
Bonjour Excellence Ousmane,
Je trouve maladroit, que vous ayez exposé de tels faits à la place publique. Vous avez eu l'occasion de rencontrer le Président Issoufou, vous pourriez ré avoir une telle occasion, pour en discuter suffisamment, mais hélas vous avez préféré une exploitation politicienne qui n'aboutira pas. Rappelez-vous du moment où vous avez refusé de convoquer les conseils de ministres, où vous ne parliez plus avec le PM Hama Amadou, et qu'il a fallu le président malien ATT, de tenter un rapprochement.
Vous êtes loin de chercher un dialogue, mais plutôt autre chose.
C'est triste !


Tu es vraiment desesperant.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #18 Lecteur-Actuniger 10-12-2019 16:41
Trop tard ce rappel
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

40e anniversaire du Fonds de Solidarité Africain (FSA) du 20 au 25 janvier 2020 à Niamey

Top de la semaine

Publier le 18/01/2020, 09:34
mpr Le Mouvement patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) est de nouveau secoué par une nouvelle...Lire plus...
Publier le 18/01/2020, 08:38
burkina-6-militaires-tues-et-1-autre-blesse-par-un-engin-explosif-improvise-dans-le-sahel Six (6) militaires ont été tués et un autre blessé, vendredi 17 janvier,  dans l'explosion d'un...Lire plus...
Publier le 17/01/2020, 19:32
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-17-janvier-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 17 janvier 2020, dans la salle habituelle...Lire plus...
Publier le 17/01/2020, 19:08
front-social-quelques-echauffourees-a-niamey-suite-a-la-manifestation-interdite-de-la-societe-civile A Niamey, des échauffourées ont éclaté ce vendredi en début d’après-midi, entre la police et des...Lire plus...
Publier le 17/01/2020, 15:52
cedeao-l-eco-de-l-uemoa-inquiete-les-autres-pays-de-la-zone-monetaire-d-afrique-de-l-ouest-zmao  Réunis le 16 janvier à Abuja, les Ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales de...Lire plus...
Publier le 12/01/2020, 19:43
drame-de-chinagodrar-un-deuil-national-de-3-jours-en-hommage-aux-89-soldats-victimes-nouveau-bilan-officiel Le gouvernement a revu à la hausse, le bilan de l’attaque de Chinagodar, à la frontière malienne, le...
Publier le 13/01/2020, 23:04
fan-le-general-de-division-salifou-modi-un-officier-valeureux-a-la-tete-de-l-armee-nigerienne Les Forces armées nigériennes (FAN) ont un nouveau patron : le général de division Salifou Modi,...
Publier le 14/01/2020, 00:21
sommet-de-pau-tout-est-desormais-clarifie-pour-plus-de-barkhane-au-sahel Ils sont partis à Pau, ils se sont clarifiés et ils sont revenus attendre les résultats des nouvelles...
Publier le 13/01/2020, 11:29
lettre-ouverte-de-demande-de-grace-au-president-de-la-republique-en-faveur-de-mon-grand-frere-hama-amadou-et-les-autres-par-djibrilla-mainassara-bare Monsieur le Président de la République, Avant tout propos, j’ai le devoir de présenter mes...
Publier le 13/01/2020, 12:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-13-janvier-2020 Le Conseil des Ministres sest réuni ce jour, lundi 13 janvier 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 13/01/2020, 23:04
fan-le-general-de-division-salifou-modi-un-officier-valeureux-a-la-tete-de-l-armee-nigerienne Les Forces armées nigériennes (FAN) ont un nouveau patron : le général de division Salifou Modi,...
Publier le 13/01/2020, 12:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-13-janvier-2020 Le Conseil des Ministres sest réuni ce jour, lundi 13 janvier 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 13/01/2020, 11:29
lettre-ouverte-de-demande-de-grace-au-president-de-la-republique-en-faveur-de-mon-grand-frere-hama-amadou-et-les-autres-par-djibrilla-mainassara-bare Monsieur le Président de la République, Avant tout propos, j’ai le devoir de présenter mes...
Publier le 12/01/2020, 19:43
drame-de-chinagodrar-un-deuil-national-de-3-jours-en-hommage-aux-89-soldats-victimes-nouveau-bilan-officiel Le gouvernement a revu à la hausse, le bilan de l’attaque de Chinagodar, à la frontière malienne, le...
Publier le 13/01/2020, 10:19
defense-de-grandes-decisions-attendues-dans-la-haute-hierarchie-militaire Le Président de la République, chef Suprême des Armées, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé ce lundi...

Dans la même Rubrique

MPR Jamhuriya : avec la section de Zinder, Alma Oumarou défie ouvertement le président Albadé

18 janvier 2020
MPR Jamhuriya : avec la section de Zinder, Alma Oumarou défie ouvertement le président Albadé

Le Mouvement patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) est de nouveau secoué par une nouvelle crise. Cette fois, c’est de Zinder que vient la contestation avec la décision prise par...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 17 JANVIER 2020

17 janvier 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 17 JANVIER 2020

  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 17 janvier 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de...

Cédéao : l’Eco de l’Uemoa inquiète les autres pays de la zone monétaire d'Afrique de l'ouest (ZMAO)

17 janvier 2020
Cédéao : l’Eco de l’Uemoa inquiète les autres pays de la zone monétaire d'Afrique de l'ouest (ZMAO)

  Réunis le 16 janvier à Abuja, les Ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales de 6 pays d’Afrique de l’Ouest (Nigéria, Guinée, Sierra-Leone, Ghana, Liberia et Gambie) ont...

Présidence: le nouveau président Bissau-guinéen reçu par le président Issoufou

16 janvier 2020
Présidence: le nouveau président Bissau-guinéen reçu par le président Issoufou

  Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou s'est entretenu ce jeudi, 16 janvier 2020, en début d'après-midi, avec le Président élu de la Guinée-Bissau, SEM...

Sommet de Pau : tout est désormais clarifié pour plus de Barkhane au Sahel !  

14 janvier 2020
Sommet de Pau : tout est désormais clarifié pour plus de Barkhane au Sahel !  

Ils sont partis à Pau, ils se sont clarifiés et ils sont revenus attendre les résultats des nouvelles promesses d’une plus grande présence de Barkhane au Sahel. Eux, ce sont...

Sommet de Pau : les Chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel (Déclaration conjointe)

13 janvier 2020
Sommet de Pau : les Chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel (Déclaration conjointe)

Les Chefs d’Etat membres du G5 Sahel et le Président de la République française se sont réunis ce jour 13 janvier 2020 à Pau en France en vue d’examiner la...