jeudi, 20 février 2020
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......
nita 4


IBK mesage nation

Mes chers compatriotes, 

Maliens de l’intérieur et de la diaspora,

Hôtes du Mali,

Voici que pour la troisième fois en six mois, l’enjeu particulier du moment m’amène à m’adresser à vous.

Ce soir également, ce soir comme les fois précédentes, comme à chaque fois où j’ai pris la parole, j’appelle au rassemblement et au sursaut, en droite ligne de ce que chaque dirigeant de cette vieille terre a fait quand les temps l’exigeaient, et en droite ligne de ce que ce  peuple résilient a su faire contre tous les périls qui menaçaient son unité et son identité.

Or, aujourd’hui notre unité et notre identité sont en jeu. Le pays est en guerre, je ne cesserai de le rappeler. 

Et si elle a connu quelques courtes trêves, cette guerre est la même, depuis le 17 janvier 2012 où elle a endeuillé Menaka ; depuis le 24 janvier 2012 où nos soldats furent lâchement assassinés à Aguel Hock, depuis  mars-avril 2012, avec la reddition des capitales régionales que sont Gao, Tombouctou et Kidal.

Cette guerre est la même depuis bientôt une dizaine d’années, compromettant l’investissement pour le développement national, fauchant nos civils, et nos soldats, ceux de l’armée nationale comme ceux des forces étrangères, venues nous prêter main forte, mais venues à notre appel. 

Non pas par charité, non pas parce que le Mali est un pays de mendiants. Mais parce que nous aussi, nous avons aidé partout, sur tous les fronts où il s’agissait de tendre la main à l’homme, de le sauver contre la bête. 

Ce fut le cas lors des deux grandes guerres mondiales, ce fut le cas dans les missions onusiennes ou africaines de maintien de la paix, ce fut le cas aux côtés des freedom figthers en Afrique Australe. 

Nous avons donné. Nous sommes en train de recevoir. 

Nous n’avons aucune raison de nous glorifier d’avoir tendu la main à ceux qui en avaient besoin hier. 

Mais nous n’avons non plus aucune raison de mordre la main de ceux qui nous tendent les leurs aujourd’hui.

L’humilité et la gratitude sont des valeurs de ce pays ; il importe de ne pas les jeter dans le torrent de nos récriminations personnelles. 

Etant de ce pays, forgé par les vertus qui nous ont été inculquées au berceau et qui fondent notre humanité, je suis de ceux qui, parmi vous, n’oublient jamais que les soldats que nous vouons aux gémonies, sont Français, Sénégalais, Tchadiens, Burkinabé, Togolais, des êtres de chair et de sang, de jeunes mariés parfois, comme nos propres soldats. 

Chaque mort m’endeuille, chaque mort m’interpelle ; civil, militaire, Malien, Non Malien.

C’est pourquoi, je m’incline devant la mémoire des dernières victimes de la déchirante guerre du Sahel, à savoir les soldats français morts à Indelimane.

Lundi, Inchallah, avec une délégation qui dit le Mali, qui reflète le visage et la parole du Mali, je serai  à Paris aux obsèques de ces jeunes héros fauchés en terre malienne.   

Mes Chers compatriotes,

Si le préambule a été long, en raison de la gravité du moment, l’objet de ce message est une fois encore d’inviter toutes les forces vives de la nation à participer et contribuer au Dialogue National Inclusif, entré dans la dernière ligne droite.

En saluant du fond du cœur l’équipe en charge de la préparation de ce Dialogue inclusif, trois hommes et une femme, tous de mission, d’engagement et de perspicacité, je voudrais convier toutes et tous au lancement officiel  du Dialogue National Inclusif  le 14 Décembre, au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bâ.

Vous le savez, depuis quelques mois, les concertations se déroulent dans ce cadre, à tous les échelons de notre pays, avec en arrière-plan la triple crise institutionnelle, sécuritaire et politique de 2012, qui a révélé toutes nos forces mais aussi toutes nos faiblesses.

 Mon adresse à la Nation du 16 avril 2019 a ouvert la voie à l’éventualité d’un audit de notre histoire immédiate, de nos institutions, de notre société, de notre capacité et de notre volonté à vivre ensemble.

Au vu de la mobilisation générale, de la passion que suscitent les débats, la question n’est donc plus de savoir si le pays va vers un  dialogue mais quand et avec qui. 

Depuis plusieurs semaines déjà, l’intitulé retenu pour ce forum est Dialogue National Inclusif. 

Dialogue en raison de l’opportunité d’échanger qu’il promet; inclusif ensuite parce que ce dialogue doit être représentatif de nos terroirs et de nos préoccupations ; national enfin parce qu’embrassant l’étendue du territoire national, à l’instar des 605 communes où les débats eurent lieu sur les 611 prévues ; les 46 Cercles et les 6 Communes du District de Bamako ; les 10 Régions administratives et le District de Bamako ; les 25 Ambassades et Consulats où la Diaspora malienne a pu apporter sa contribution.

  

Nous ne faisons pas dans le mimétisme. 

Nous ne lorgnons pas vers la spécificité pachtoune du loya jirga. Pas plus que vers la spécialité française du grenelle. 

Nous avons de qui tenir et ce que nous voulons est simplement le « massâla » à la malienne ! 

Car, après tout, nous sommes le peuple de Kouroukan Fougan dans le Mandé,  nous sommes le peuple du batou mawdo dans le Macina. 

Tous d’accord qu’il est devenu crucial de revérifier le projet, d’évaluer sans complaisance le chemin parcouru par la 3è République née dans les clameurs, dans la fureur et dans le sang, nous devrions saisir  l’opportunité offerte de la mise à plat, et du diagnostic profond, dans la plus grande courtoisie et dans la plus grande convivialité.

Réfléchissons à la solidité du pays. 

Vérifions une fois de plus ses piliers et faisons en sorte qu’aucune lézarde, qu’aucune fissure ne nous échappe, et qu’à  l’appel immortel du Roi Ghezzo, nous assemblions nos mains !

Faisons en sorte que la belle diversité de notre pays soit une richesse et non pas un aléa qui donnera libre cours à toutes les velléités, y compris celles de faire bande à part parce qu’une minorité armée ou vocale en impose à une majorité silencieuse !

Faisons en sorte que tous les acquis des assises précédentes soient pris en compte, en particulier les Etats généraux de la Décentralisation, dont les recommandations dessinent le Mali de demain où la dévolution du pouvoir aux populations à la base devient une réalité tangible !

Faisons en sorte que la  démocratie se conforte d’un taux de participation conséquent, que  la communauté nationale s’approprie plus la langue et le langage par lesquels le pays est gouverné !

Faisons en sorte que ce pays préserve et accroisse  ses niches d’excellence dans le but d’enrayer la pauvreté ! 

Mes chers compatriotes, 

Pour cette phase nationale je me suis moi-même,  impliqué en rencontrant des personnalités politiques et de la Société civile afin que ce Dialogue d’intérêt national ne laisse aucune malienne, aucun malien au bord de la route.

 Car c’est du Mali qu’il s’agit. Toutes les préoccupations peuvent et doivent y être exprimées sans tabou.   

Toutes les forces, toutes nos forces, sont convoquées et invitées.

Je réitère mon appel au Chef de file de l’opposition, aux partis politiques et associations  à regagner ce grand moment, qui n’appartient pas à Ibrahim Boubacar Keita, lequel passera,  mais au peuple du Mali et à son avenir.

J’en appelle également à mes frères de la CMA, de la Plateforme et de tous les autres mouvements qui participent au processus de paix, pour qu’ils viennent à ce carrefour d’échanges que je pressens féconds et refondateurs.

Autorités religieuses et traditionnelles, vous qui avez toujours été les piliers moraux de notre Nation, je vous exhorte une fois de plus à poursuivre votre engagement heureux, sensible depuis la phase communale.

Garant de la Constitution, je tiens à rassurer l’ensemble national que la mise en œuvre des conclusions et résolutions issues de ce Dialogue National Inclusif, sera assurée par le mécanisme indépendant de suivi-évaluation dont les Congressistes me proposeront, et le format et la composition.  

Bons débats,

Et qu’Allah bénisse le Mali !

 

Commentaires  

+3 #1 Abdou Oumarou 01-12-2019 16:46
Il doit démissionner ce guignol.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #2 Lecteur-Actuniger 01-12-2019 18:22
Courage M. le président du Mali
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 bagague 02-12-2019 06:47
C'est clair,le Mali n'a pas besoin du Niger,et n'est même pas reconnaissant face aux sacrifices de nos soldats qui étaient pourtant nombreux à perdre leurs vies en terre malienne.
Il n y a qu'une seule chose à faire en ce moment: le Niger doit rapatrier ses soldats se trouvant au trouvant au Mali et les redéployer ailleurs pour assurer notre sécurité
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Niger Oye 02-12-2019 08:40
Citation en provenance du commentaire précédent de bagague :
C'est clair,le Mali n'a pas besoin du Niger,et n'est même pas reconnaissant face aux sacrifices de nos soldats qui étaient pourtant nombreux à perdre leurs vies en terre malienne.
Il n y a qu'une seule chose à faire en ce moment: le Niger doit rapatrier ses soldats se trouvant au trouvant au Mali et les redéployer ailleurs pour assurer notre sécurité

Sa c´est l´Erreur de trop pour le Président du Mali.
Tu cites des pays amis du mali en oubliant ton voisin qui a envoyer ses fils à ton secours et continue à payer le prix de son engagement à tes côtés. C´est vraiment revelateur....
Le Président Issoufou doit tirer les lecons de ce discours et rapatrier ses soldats du mali. C´est cela la monnaie de Singe que le Premier des maliens paie le Niger: Merci beaucoup IBK, Mun godé, Ir Sabou
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 bali 02-12-2019 09:48
Bonjour, Excellence Issoufou Mahamadou,
Encore une fois l'ingratitude béante de IBK. Oui, le Niger doit se battre pour préserver sa sécurité, et oui aussi, que vous devriez continuer à tenir le langage de vérité dur et même très dur à IBK. Ainsi, il vient encore une fois d'ignorer royalement les sacrifices consentis par le Niger pour la cause malienne. Excellence, vous devriez trouver les stratégies idoines pour que nos soldats ne soient plus sacrifiés pour le Mali.
IBK, est un ingrat de la pire espèce !
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 patriote 02-12-2019 09:49
Ce Mr est une honte pour l'Afrique
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Tristesire 02-12-2019 10:56
Citation en provenance du commentaire précédent de patriote :
Ce Mr est une honte pour l'Afrique

La preuve: il se trouve en ce moment-même en France pour pleurer la mort de 13 défenseurs des intérêts français au Sahel, alors que des centaines, voire des milliers, de soldats africains sont morts dans le même conflit, mais, hélas, dans l'indifférence générale, et surtout celle d'IBK.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #8 Abujaafar 02-12-2019 12:37
Moi je pense que IBK est jaloux des relatives paix, stabilité et prospérité dont jouit notre Pays, ainsi que de la bonne réputation de notre Président sur l'échiquier International. Si non comment faire fi de tous les sacrifices faits par les enfants du Niger, pour contribuer à préserver l'intégrité territoriale du Mali ?
Issoufou n'a-t-il pas pris le risque de demander le retour de Kidal sous le contrôle des Autorités Maliennes ?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Le Nigérien 02-12-2019 17:07
Mes chers camarades, vraiment ce que IBK a fait n'est pas pardonnable. Ses partisans doivent le remettre sur la voie car le Niger être en premier lieu remercier car de tout côté nous subissons les conséquences du problème du Malien. De ce fait Son Excellence IM doit prendre ses dispositions pour lui rappeler son erreur. Si non prendre toutes les disponibles pour replier nos frères exposés dans ce combat et revenir protéger notre territoire.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Cabascabo 02-12-2019 18:02
Citation en provenance du commentaire précédent de Le Nigérien :
Mes chers camarades, vraiment ce que IBK a fait n'est pas pardonnable. Ses partisans doivent le remettre sur la voie car le Niger être en premier lieu remercier car de tout côté nous subissons les conséquences du problème du Malien. De ce fait Son Excellence IM doit prendre ses dispositions pour lui rappeler son erreur. Si non prendre toutes les disponibles pour replier nos frères exposés dans ce combat et revenir protéger notre territoire.


Le probleme du Mali c'est IBK tout comme le probleme du Niger c'est Issoufou Mahamadou. IM a envoye nos soldats au Mali a la demande de son mentor francois hollande et cela n'a pas echappe au zero du mali appele IBK.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Vérité nigérienne 04-12-2019 08:29
Je m'aligne à ceux qui m'ont précédé pour dire qu'à partir de son message à la nation IBK n'a jamais considéré le Niger dans le maintien de la paix au Mali et pourtant nous nous (Niger) sommes engagés depuis 2012 à aider le Mali pour la paix, beaucoup de soldats ont perdu leur vie sur le front malien. Le Niger continue a subir les conséquences de l'invasion du Mali ; le Nord Tillabéri avec tout ce qu'on connait. Le Niger (Président) doit répondre à IBK d'une manière diplomatique.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Morou 05-12-2019 10:41
Avec c monsieur le Mali ne sera jamais en paix.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 nigerien 05-12-2019 14:28
Merci IBK pour la non reconnaissance au Niger! Mais les nigériens combat pour le peuple et les soldats maliens.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Top de la semaine

Publier le 19/02/2020, 16:57
politique-declaration-des-deputes-du-moden-lumana-sur-la-crise-que-traverse-le-parti DECLARATION DES DEPUTES AU TITRE DU MODEN-FA LUMANA AFRICA DU MERCREDI 19 FEVRIER...Lire plus...
Publier le 19/02/2020, 16:42
lion-s-clubs-international-le-conseil-des-gouverneurs-du-district-403-se-donne-de-nouvelles-ambitions-au-sortir-d-un-conclave-a-niamey   La capitale du Niger a abrité le 15 février dernier, la 2e réunion du Conseil des gouverneurs...Lire plus...
Publier le 19/02/2020, 15:57
diffa-les-interventions-nexus-au-menu-de-la-visite-d-une-delegation-de-l-unicef-et-plusieurs-partenaires La représentante de l’Unicef, Mme Félicité Tchibindat, à la tête d’une importante délégation de...Lire plus...
Publier le 17/02/2020, 15:07
la-soraz-n-epargne-aucun-effort-pour-le-renforcement-des-mesures-de-prevention-de-l-epidemie-de-coronavirus Le 3 Février 2020, le président nigérien Mahamadou Issoufou a adressé un message à son homologue...Lire plus...
Publier le 17/02/2020, 13:13
insecurite-un-policier-tue-dans-une-nouvelle-attaque-a-ayorou-la-deuxieme-en-une-semaine  Un policier a encore perdu la vie dimanche soir, suite à une attaque  par des ...Lire plus...
Publier le 16/02/2020, 22:15
fermeture-des-frontieres-terrestres-du-nigeria-salou-djibo-propose-des-pistes-de-sortie-de-crise-a-la-cedeao Les ministres en charge du commerce de plusieurs pays membres de la Cédéao se sont réunis le samedi 15...
Publier le 17/02/2020, 13:05
le-president-de-la-republique-a-ete-enrole-lundi-matin-en-vue-des-futures-elections-au-niger Le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou ainsi que les Premières Dames Hadjia Aissata...
Publier le 17/02/2020, 12:17
diffa-au-moins-20-personnes-mortes-dans-une-bousculade-lors-d-une-operation-de-distribution-de-vivre-aux-refugies-nigerians Au moins vingt (20) personnes ont perdu la vie  et  douze (12) autres blessées, au cours...
Publier le 19/02/2020, 16:42
lion-s-clubs-international-le-conseil-des-gouverneurs-du-district-403-se-donne-de-nouvelles-ambitions-au-sortir-d-un-conclave-a-niamey   La capitale du Niger a abrité le 15 février dernier, la 2e réunion du Conseil des gouverneurs...
Publier le 17/02/2020, 13:13
insecurite-un-policier-tue-dans-une-nouvelle-attaque-a-ayorou-la-deuxieme-en-une-semaine  Un policier a encore perdu la vie dimanche soir, suite à une attaque  par des ...
Publier le 14/02/2020, 21:19
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-14-fevrier-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 14 février 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 16/02/2020, 22:15
fermeture-des-frontieres-terrestres-du-nigeria-salou-djibo-propose-des-pistes-de-sortie-de-crise-a-la-cedeao Les ministres en charge du commerce de plusieurs pays membres de la Cédéao se sont réunis le samedi 15...
Publier le 17/02/2020, 13:13
insecurite-un-policier-tue-dans-une-nouvelle-attaque-a-ayorou-la-deuxieme-en-une-semaine  Un policier a encore perdu la vie dimanche soir, suite à une attaque  par des ...
Publier le 17/02/2020, 12:17
diffa-au-moins-20-personnes-mortes-dans-une-bousculade-lors-d-une-operation-de-distribution-de-vivre-aux-refugies-nigerians Au moins vingt (20) personnes ont perdu la vie  et  douze (12) autres blessées, au cours...
Publier le 19/02/2020, 16:57
politique-declaration-des-deputes-du-moden-lumana-sur-la-crise-que-traverse-le-parti DECLARATION DES DEPUTES AU TITRE DU MODEN-FA LUMANA AFRICA DU MERCREDI 19 FEVRIER...

Dans la même Rubrique

Burkina : 24 personnes tuées dans l’attaque d’une église protestante au Nord

17 février 2020
Burkina : 24 personnes tuées dans l’attaque d’une église protestante au Nord

  24 personnes ont été tuées dimanche à Pansi (Yagha) dans l’attaque d’une église protestante, quelques jours après l’exécution de six fidèles protestants dans cette province nordique du Burkina Faso.

Mali : au moins 21 morts dans un nouveau massacre dans le village d'Ogossagou

15 février 2020
Mali : au moins 21 morts dans un nouveau massacre dans le village d'Ogossagou

Le gouvernement malien a annoncé dans la soirée du vendredi, qu’au moins 21 personnes ont été tuées un peu plus tôt dans la journée, suite à une nouvelle attaque dans...

Guinée : envers et contre tous, le président Condé convoque le référendum pour le 1er mars

4 février 2020
Guinée : envers et contre tous, le président Condé convoque le référendum pour le 1er mars

A travers un décret publié dans la soirée de ce mardi 4 février, le président Alpha Condé a convoqué le référendum constitutionnel pour le 1er mars prochain, cumulativement avec les...

G5 Sahel : pour des raisons financières, le Tchad rechigne à déployer ses soldats  dans la zone des 3 frontières

4 février 2020
G5 Sahel : pour des raisons financières, le Tchad rechigne à déployer ses soldats  dans la zone des 3 frontières

Annoncé avec insistance par la France et le G5 Sahel, le déploiement d’un bataillon de 500 soldats tchadiens dans la zone des trois frontières (Niger, Burkina et Mali) va devoir...

Cas suspect de Coronavirus à Abidjan : les résultats se révèlent négatifs (Ministère de la santé)

29 janvier 2020
Cas suspect de Coronavirus à Abidjan : les résultats se révèlent négatifs (Ministère de la santé)

Communiqué de presse du ministère ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique Le samedi 25 janvier 2020 le Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a été alerté...

Burkina : le gouvernement confirme un nouveau massacre de 39 personnes à Silgadji dans le nord

28 janvier 2020
Burkina : le gouvernement confirme un nouveau massacre de 39 personnes à Silgadji dans le nord

Le gouvernement burkinabè a confirmé ce mardi, le massacre samedi 25 janvier, de 39 civils à Silgadji, dans la province de Soum, dans le nord du pays.  Dans un communiqué,...