jeudi, 21 novembre 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

WhatsApp Image 2019 08 28 at 18.43.25

INNA_GOBIR_1.jpg

Fiction anthropologique ? film documentaire ? C’est en tout cas une combinaison de genres cinématographiques savamment dosés qui sert de support au film « La Inna du Gobir », réalisé par notre compatriote Ado Abdou. Un film dont la sortie vient à point nommé, quelques jours seulement après l’intronisation en grande pompe de la nouvelle « Inna du Gobir », la princesse Habsou Oumarou dans sa 54ème année. C’était le 14 aout dernier à Tibiri.

Dans la série « femmes, pouvoir et traditions »,  après « l’arbre sans fruits » de Aicha Macky, « La Inna du Gobir » va sans doute faire parler de lui dans les box offices nationaux et les salons internationaux. Car ce film documentaire a une particularité saisissante : Outre sa qualité technique irréprochable, il est à ce jour, l’un des rares qui ne présente pas la femme dans une posture victimaire, mais plutôt dans une position de leadership et de responsabilité au sein de sa communauté.

« La Inna du Gobir » est en effet l’histoire d’une réelle « success story féminine » dans un royaume haoussa du Niger, plus connu aujourd’hui sous le nom de « Sultanat du Gobir ». Dans un monde dominé par les patriarcats judéo-chrétien et musulman, la survivance de cette tradition, montre parfaitement que tout n’était pas si précaire pour la femme dans les sociétés africaines, contrairement aux clichés dégradants et deshumanisants (Viol, esclavage sexuel, héritage, enlèvement, torture) qui caractérisent son statut d’aujourd’hui.

INNA_GOBIR_2.jpg

Deuxième personnalité du royaume, « la Inna » est un personnage adulé et respecté, pas seulement à cause de son sang royal, mais beaucoup plus, parce qu’elle détiendrait les pouvoirs les plus redoutables du royaume : Les pouvoirs occultes ! Dans la société Gobir préislamique, son pouvoir était encore plus prégnant, en ce qu’elle incarnait le rôle de la « prêtresse en chef » et patronnait quasiment toutes les cérémonies liées au culte des génies et autres « invisibles », indispensables pour toute campagne agricole et militaire. Elle avait également autorité sur toutes les questions féminines et infantiles et de fait, incarnait à elle seule ce qui pourrait être l’ancêtre du « ministère de la femme et de la protection de l’enfance » d’aujourd’hui. Toutes les chroniques rapportent par ailleurs que son « palais » (parce qu’elle en avait un aussi) abritait également « l’orphelinat du royaume ».

C’est ce rôle central joué par des femmes, au passé et au présent, que tente retracer la caméra amusée du réalisateur et producteur Ado Abdou, lui-même enfant de ce mythique Gobir où la femme ne souffrait d’aucune discrimination. On y trouve des témoignages forts comme celui de son Altesse Balla Marafa, le Sultan actuel du Gobir, des plans de coupe absolument fabuleux sur des cérémonies inédites de « budin daji » (divinations sur les saisons), des processions des « yan karmana » (prêtres et prêtresses), le tout agrémenté de musiques traditionnelles chaloupées des palais et des rythmes du « bori ». Une synthèse parfaite de ce que représente le mythique personnage dans le subconscient des gobirawa.

Le pari est gagné pour l’auteur de cette œuvre cinématographique iconoclaste dans le décor culturel nigérien. Un court-métrage de 29 mn, plaisant à regarder et facile à comprendre à travers les commentaires concis de Rahila Omar et de Joceline Amousso, tout aussi impériales !

Pour la symbolique, ce film est un véritable hymne à la gloire de la femme en général, à travers un témoignage vivant des reliques d’un passé prestigieux. Une petite bouffée d’oxygène pour les femmes du monde entier qui constatent partout leurs droits et leurs conditions de vie régresser.

« Le Gobir a compris très tôt qu’on ne peut pas se développer sans la femme », dixit Sa Majesté Balla Marafa. Sans commentaire !

El Kaougé Mahamane Lawaly, Le Souffle de Maradi.

Commentaires  

+3 #1 hum 25-08-2019 18:48
c est grave dey pour mes cousins goberawas , ce que vous avez juste baisse culottes sinon partout la femme accomgne l homme dans son elan de developement mais pas diriger vers ce dernier .
Il faut etre claire mes cousins.
il ne faut pas vous fachez dey .
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 hum 25-08-2019 18:49
lire accompagne
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 bagague 26-08-2019 06:27
Que Dieu nous guide davantage sur le droit chemin,celui de ceux qui nous ont précédé et qui l'ont adoré sans rien lui associé,c'est à dire sur le chemin du prophète Mohamed et de ses compagnons.
AMEN
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 joseph 26-08-2019 09:12
Il faut que nous valorisions nos traditions.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Goto 27-08-2019 04:43
Très belle plume
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Dan Babba 29-08-2019 17:29
C'est intéressant d'informer les jeunes sur une partie de l'histoire de leurs peuples. Mais pour avoir suivi un jour sur une de nos TV privées, le sultan Abdou Balla MARAFA, je préfère qu'on ne le laisse aborder que sa gestion afin d'éviter une diarrhée verbale dont lui seul a le secret et qu'il lui arrive de lier le Gobir à NEMROD. SVP, aujourd'hui mème les peuples dont l'histoire est quelque peu éclairée en Afrique, n'arrivent pas à remonter à cette période de l'histoire de l'humanité. J'ai eu la désagréable surprise lors d'un voyage au Nigeria de constater qu'un enseignant chercheur émérite qui l'a suivi aussi sur la radio RFI en haoussa me raconter que ce Sultan n'inspire pas confiance et il ne comprenait pas d'où il tirait ses informations en disant surtout que le Gobir n'appartient pas au Haoussa bakoye.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 Dan Babba 29-08-2019 17:29
SUITE:
La réponse que j'ai essayée de lui donner pour ne pas totalement discréditer notre sultan est qu'il existe une version "traditionnelle et anonyme" qui faisait déscenbre le peuple Gobir des arabes Saoudiens" depuis une localité dénommée selon le Sultan, "Birnin Gobour".
Mais je ne vous dis pas comment l’atmosphère a ridiculisé ce chef et même le peuple auquel appartient et je ne vous dirais pas tout de suite, mais peut être, prochainement les versions plus "justes" que ce professeur très brillant, de surcroit d'ethnie Haoussa m'a données et on a échangé beaucoup.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #8 Dan Babba 29-08-2019 17:41
A partir de cette information, je lance un appel vibrant aux gens qui tentent de falsifier l'histoire, de s'en abstenir pour la simple raison que chaque peuple a une histoire et que pour chaque peuple, son histoire a déjà une base qui ne saurait être modifiée, car on peut ne pas connaitre tous les développements qui y sont liés, mais cette base, elle, est connue et archivée dans les bibliothèques réparties dans le monde entier.
Ce sont quelques intellectuels malhonnêtes qui sont en train de se livrer à ce "jeu" malheureux, nous les avons en vue et nous assistons très souvent à leurs conférences et pour ceux qui se répandent sur les chaines des radios et télévisions, nous les suivons aussi.
Mais ce qu'ils sont très très bornés et à la limite inintelligents s'ils ne comprennent pas que contrairement à eux, dans les autres pays, il y'a des intellectuels, tous azimut sur le plan des connaissances qui font tous les jours, des analyses à partir de réflexions poussées.
ATTENTION.......................
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Nous avons 4034 invités et aucun membre en ligne

10 nouvelles chaines au meme prix

Top de la semaine

Publier le 21/11/2019, 12:12
revocation-des-maires-des-communes-rurales-de-dogueraoua-malbaza-et-du-conseil-municipal-de-youri-de-leurs-fonctions Le conseil des ministres qui s’est tenu le mercredi 20 novembre 2019, sous la présidence du Chef de...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 12:05
sahel-lancement-des-activites-du-projet-mediation-agropastorale-au-niger L’hôtel Radisson Blu de Niamey a servit de cadre, mardi 19 novembre, au lancement des activités du...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 11:38
burkina-18-assaillants-et-un-gendarme-tues-dans-une-attaque-a-arbinda-dans-le-soum-sahel Un (1) gendarme a été tué et dix huit (18) assaillants ont été abattus, a annoncé dans un communiqué,...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 07:24
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-20-novembre Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 20 novembre 2019, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 20/11/2019, 17:31
semaine-de-l-inclusion-financiere-dans-l-uemoa-les-enjeux-de-la-digitalisation-au-coeur-de-la-seconde-edition Du 18 au 23 novembre 2019, la BCEAO organise la seconde édition de la Semaine de l'Inclusion...Lire plus...
Publier le 18/11/2019, 09:39
l-opposant-hama-amadou-a-regagne-la-prison-civile-de-filingue L’opposant Hama Amadou, revenu au pays le jeudi dernier après 3 années d’exil, a regagné, depuis ce...
Publier le 19/11/2019, 19:40
eliminatoires-can-2021-le-mena-a-sombre-a-niamey-devant-les-bareas-de-madagascar-2-6 Le Mena National a « bu l’eau », comme il se dit chez nous, ce mardi 19 novembre au Stade...
Publier le 18/11/2019, 22:48
trafic-de-drogue-guinee-bissau-le-nigerien-mohamed-sidi-ahmed-condamne-a-15-ans-de-prison La justice bissau-guinéenne a condamné, ce lundi 18 novembre, le nigérien Mohamed Sidi Ahmed, à...
Publier le 18/11/2019, 12:50
fc-g5-sahel-25-terroristes-mis-hors-d-etat-de-nuire-et-du-materiel-recupere-au-cours-d-une-operation-dans-le-gourma-burkina Durant les deux premières semaines du mois de novembre 2019, la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5...
Publier le 20/11/2019, 14:33
drame-un-militaire-tire-mortellement-sur-2-de-ses-compagnons-d-arme-avant-de-se-suicider Drame dans la famille des Forces armées nigériennes (FAN). Un militaire relevant de la 7e Zone de...
Publier le 18/11/2019, 09:39
l-opposant-hama-amadou-a-regagne-la-prison-civile-de-filingue L’opposant Hama Amadou, revenu au pays le jeudi dernier après 3 années d’exil, a regagné, depuis ce...
Publier le 18/11/2019, 22:48
trafic-de-drogue-guinee-bissau-le-nigerien-mohamed-sidi-ahmed-condamne-a-15-ans-de-prison La justice bissau-guinéenne a condamné, ce lundi 18 novembre, le nigérien Mohamed Sidi Ahmed, à...
Publier le 20/11/2019, 14:33
drame-un-militaire-tire-mortellement-sur-2-de-ses-compagnons-d-arme-avant-de-se-suicider Drame dans la famille des Forces armées nigériennes (FAN). Un militaire relevant de la 7e Zone de...
Publier le 18/11/2019, 21:57
operation-tongo-tongo-mali-niger-24-soldats-maliens-et-17-terroristes-tues-une-centaine-de-suspects-entre-les-mains-des-fan-a-tiloa Le bilan de l’accrochage, ce lundi 18 novembre à Tabankort (Gao), entre les Forces armées maliennes...
Publier le 18/11/2019, 12:50
fc-g5-sahel-25-terroristes-mis-hors-d-etat-de-nuire-et-du-materiel-recupere-au-cours-d-une-operation-dans-le-gourma-burkina Durant les deux premières semaines du mois de novembre 2019, la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5...

Dans la même Rubrique

CULTURE/CIMENA « La Inna du Gobir » : Bienvenu dans un monde où les femmes détiennent… les pouvoirs !

25 août 2019
CULTURE/CIMENA « La Inna du Gobir » : Bienvenu dans un monde où les femmes détiennent… les pouvoirs !

Fiction anthropologique ? film documentaire ? C’est en tout cas une combinaison de genres cinématographiques savamment dosés qui sert de support au film « La Inna du Gobir », réalisé par notre compatriote Ado...

L’afrobeat, un genre musical pour la défense des droits

7 février 2019
L’afrobeat, un genre musical pour la défense des droits

Dans les années 70 et 80, la musique afro avait pignon sur rue en Afrique. Presque tous les pays avaient également des structures pour ambiancer la vie quotidienne et par...

Patrimoine culturel : le Palais des Congrès portera bientôt le nom du général Ali Chaibou

10 janvier 2019
Patrimoine culturel : le Palais des Congrès portera bientôt le nom du général Ali Chaibou

Le Palais des Congrès sera prochainement baptisé « Palais des Congrès général ALI CHAIBOU de Niamey », a appris Actuniger de sources officielles. Le processus est en cours pour l’adoption, en conseil...

L’incroyable destin du jeune écrivain, nigérien Ibrahima Madougou Moubarak

28 décembre 2018
L’incroyable destin du jeune écrivain, nigérien Ibrahima Madougou Moubarak

INCROYABLE DESTIN DU JEUNE ÉCRIVAIN, NIGÉRIEN IBRAHIMA MADOUGOU MOUBARAK AGE  DE 24 ANS, MAIS POURTANT VRAI. Étudiant en Droit, Écrivain, Commutateur des entreprises, Président de la Ligue Nigérienne de Lutte...

NÉCROLOGIE : Maman Barka, le « Barkayi national » a déposé le Biram!

21 novembre 2018
NÉCROLOGIE : Maman Barka, le « Barkayi national » a déposé le Biram!

Le monde de la culture nigérienne est en deuil avec la disparition, ce mercredi 21 novembre au petit matin, de Malam Maman Barka, « le Barkayi national », dont la voix et...

JOURNÉE MONDIALE DE L’ENFANCE : des images pour exprimer les choses

19 novembre 2018
JOURNÉE MONDIALE DE L’ENFANCE : des images pour exprimer les choses

À l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’enfance, le 20 novembre, dix-neuf adolescents venus de plusieurs regions du Niger ont participé à un atelier de l’UNICEF sur...