samedi, 21 octobre 2017
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

C RentreePrgr-ACTUNiger

Forfait-Albarka 1200X500px-min

Ali Soumana Courrier

Le journaliste Ali Soumana, Fondateur et directeur de publication l’hebdomadaire privé « Le Courrier » est sorti de la prison de Filingué ce lundi 11 septembre sur décision de justice. Il a en effet bénéficié d’une liberté provisoire en attendant la suite de son procès pour "complicité de soustraction de pièces de procédure et violation du secret de l'instruction" dans le cadre de l’affaire « AFRICARD ».

Interpellé depuis le 29 juin dernier et placé en détention préventive par la suite à la prison de Filingué, Ali Soumana retrouve ainsi les seins après presque trois (3) moins de privation de liberté.

Depuis son interpellation et son placement sous mandat de dépôt, la société civile et les organisations socioprofessionnelles du secteur de la presse n’ont cessé de monter au créneau pour dénoncer « une détention illégale ». La principale raison, c’est qu’elle contreviendrait aux dispositions de l’article 67 de l’ordonnance 2010-035 du 04 juin 2010 portant régime de la liberté de presse au Niger qui stipule qu’en matière de délit de presse, « la détention préventive est interdite. Le juge ne peut décerner ni un mandat de dépôt ni un mandat d’arrêt ».

Reporters Sans Frontière (RSF) tout comme La Maison de la presse se sont ainsi insurgés à l’époque des faits,  «contre toute violation des textes régissant le métier de journaliste au Niger » appelant ainsi à sa libération et à l’abandon des poursuites.

Cependant en juillet dernier, le gouvernement a dans un communiqué de clarification estimé que « la détention du journaliste Ali Soumana est légale ». Pour l’exécutif, le journaliste est poursuivi pour « complicité de soustraction de pièces de procédure et violation du secret de l'instruction, un délit puni par le code pénal en vigueur au Niger et non couvertes par l'ordonnance de juin 2010 portant sur  la liberté de la presse » a tenu à faire savoir le ministère de la communication en guise de réponse aux ONG et autres organisations professionnelles du secteur pour qui Ali Soumana paie le prix de ses critiques acerbes contre le régime du président Issoufou.

Ali Soumana avait déjà été arrêté puis condamné à trois mois avec sursis en juin 2016, en compagnie d’un autre journaliste du même organe  Moussa Dodo, directeur du Courrier, pour  publication de documents relatifs à des fraudes dans le cadre du concours d’intégration de la fonction publique pour le compte du ministère de la santé, un dossier dans lequel plusieurs personnalités du régime ont été citées.

Tout comme l’affaire AFRICARD, le procès du journaliste Ali Soumana est loin de connaitre son épilogue. Cependant, le bénéfice de la liberté provisoire que lui vient de lui accorder la justice s’annonce sous de bons auspices pour le directeur de publication du Courrier.

A.Y.B

Actuniger.com

Commentaires   

0 #1 Balida Dama 13-09-2017 13:56
C'est parce que il n'y a rien a lui reprocher tout simplement
Répondre | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Forfait-Albarka 600X600px -min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Message de la Société des Mines de l’AÏR et de la Compagnie Minière d’Akouta

20 octobre 2017
Message de la Société des Mines de l’AÏR et de la Compagnie Minière d’Akouta

APPORTS ECONOMIQUES ET AIDES AU DEVELOPPEMENT SOCIAL ET SOCIETAL DES ACTIVITES MINIERES DE SOMAÏR, COMINAK DE 2012 A 2016         Le marché de l’uranium connait, depuis l’accident...

NIAMEY : L’opération de déguerpissement au quartier Pays bas vire à l’émeute

19 octobre 2017
NIAMEY : L’opération de déguerpissement au quartier Pays bas vire à l’émeute

Les habitants du quartier Pays-bas, un quartier périphérique de Niamey situé près de l’aéroport, ont passé une matinée assez mouvementée ce jeudi 19 octobre. Tout est parti d’une opération de...

Expulsion des étudiants nigériens de l’IAI du Gabon : L’image du pays en jeu

17 octobre 2017
Expulsion des étudiants nigériens de l’IAI du Gabon : L’image du pays en jeu

Dans une correspondance en date du 11 Octobre 2017 adressée à la direction générale de la Documentation et de l’Immigration, l’Institut Africain de l’Informatique (IAI) du Gabon a décidé d’expulser...

Reddition des repentis des ex-combattants de Boko Haram dans la région de Diffa: les choses évoluent !

17 octobre 2017
Reddition des repentis des ex-combattants de Boko Haram dans la région de Diffa: les choses évoluent !

Il est un truisme de rappeler que la région de Diffa fait l'objet de cible et d'attaque des éléments du groupe terroriste Boko Haram depuis le 6 février 2015 avec...

Nigeria: ouverture d'un procès de masse concernant près de 1670 membres présumés de Boko Haram !

15 octobre 2017
Nigeria: ouverture d'un procès de masse concernant près de 1670 membres présumés de Boko Haram !

Selon les informations diffusées par RFI, les premières condamnations sont tombées hier vendredi 13 octobre 2017. Dans le cadre de ce procès, 45 peines d'emprisonnement ont été prononcées selon le...

Manifestations à l’Université de Niamey : Origines et enjeux sécuritaires

13 octobre 2017
Manifestations à l’Université de Niamey : Origines et enjeux sécuritaires

Résumé Le mois de septembre coïncide avec la rentrée académique au niveau Universitaire. A l’Université de Niamey, c’était le 04 septembre que les Etudiants étaientcenséseffectuer leur rentrée[1], cependant, celle-cifut «...