samedi, 21 octobre 2017
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

C RentreePrgr-ACTUNiger

Forfait-Albarka 1200X500px-min

Habitation inondee au Niger

"Je ne veux pas qu'on déplace ma population!", tranche Marou Issoufou, chef de village de Néni-Goungou, une île au large de Niamey sérieusement menacée par d'importantes crues du fleuve Niger.

Selon les pompiers, les risques de submersion de l'île sont "réels", mais ses habitants grondent et refusent leur évacuation malgré les promesses gouvernementales.

"Nous ne bougerons pas d'ici", martèle Oumarou Hamadou, un habitant de l'île. "Nous vivons de pêche et de riziculture, nous ne survivrons pas ailleurs", lance Amadou Hama, un autre résident.

Samedi, Lawan Magadji, le ministre nigérien chargé de la Gestion des catastrophes, a annoncé un plan d'évacuation de l'île et de ses 4.000 habitants.

"Tentes, vivres (...) nous avons tout prépositionné pour les déplacés sur la terre ferme", a assuré à l'AFP Seydou Zataou Ali, le gouverneur de Niamey, croisé sur l'île. Mais les opérations d'évacuation prévues dimanche n'avaient toujours pas eu lieu lundi.

Pourtant, en quelques jours, des superficies vitales ont déjà été englouties par les eaux qui ne cessent de gonfler, a rapporté un journaliste de l'AFP.

De nombreuses maisons en argile sont totalement gorgées d'eau et menacent de s'effondrer à tout moment.

En 2012, des crues historiques du fleuve Niger, troisième grande fleuve d'Afrique, avaient inondé une partie de l'île, obligeant le autorités à déplacer des centaines de personnes.

"Notre évacuation en 2012 a laissé un goût amer: on était devenus des vrais clochards", raconte Oumarou Hamadou. "Si on nous coupe à nouveau de notre cordon ombilical, c'est la mort assurée", jure Soumana Moussa, autre habitant de l'île.

Début septembre, l'Autorité du bassin du fleuve Niger (ABN, neuf Etats) s'est inquiétée de la montée des eaux, redoutant des inondations dans toute la zone du fleuve pires que celles de 2012.

Ces crues sont favorisées par les fortes pluies qui s'abattent depuis juin sur le Mali et le Niger où elles ont fait 44 morts - dont 17 à Niamey - et plus de 80.000 sinistrés dans tout le pays, selon le dernier bilan officiel. Un paradoxe dans ce pays pauvre majoritairement désertique.

Après des "alertes jaune" et "orange", on n'est "plus qu'à 21 centimètres de l'alerte rouge", a averti le ministre Lawan Magadji.

'On ne dort plus'

Lundi, une équipe de pompiers à bord d'une pirogue traditionnelle, a patrouillé sur le fleuve afin d'évaluer les risques de débordement.

La quasi-totalité du million et demi d'habitants de Niamey vivent sur les rives du fleuve et certains ont même construit leurs maisons dans son lit.

Ces habitants ont pris le risque au sérieux et se préparent à affronter le pire. A Saga, les eaux du fleuve ont envahi depuis quelques heures des rues et des habitations inondées sont désertés par les occupants.

"C'est une digue qui a cédé et l'eau s'est répandue partout", se lamente, Ibrahim Dijbo, un habitant de Saga. La rupture de cette digue en 2012 avait transformé "notre vie en enfer", se souvient Mamata, une ménagère du quartier.

"On ne dort plus. La moindre goutte d'eau peut provoquer la catastrophe", redoute Ibrahim Djibo.

Des résidents nantis protègent leurs habitations avec de sacs de sable et des digues d'argile. Les plus résignés ont les yeux vers une autre digue de fortune, qui leur sert de rempart contre les flots.

Des dizaines d'ouvriers s'activent à la renforcer. Pour ne pas être surpris par une montée soudaine des eaux, des habitants ont constitué des "brigades" pour "veiller" sur les rivages.

"Enfants et adultes se relaient pour guetter les eaux", explique Moussa Alfari. "Si l'heure de décamper sonne, alors on saura!", glisse, Ada, le frère d'Alfari, en soufflant sur des braises pour préparer du thé qui permettra de rester éveillé.

Avec AFP

Ajouter un Commentaire

Forfait-Albarka 600X600px -min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Message de la Société des Mines de l’AÏR et de la Compagnie Minière d’Akouta

20 octobre 2017
Message de la Société des Mines de l’AÏR et de la Compagnie Minière d’Akouta

APPORTS ECONOMIQUES ET AIDES AU DEVELOPPEMENT SOCIAL ET SOCIETAL DES ACTIVITES MINIERES DE SOMAÏR, COMINAK DE 2012 A 2016         Le marché de l’uranium connait, depuis l’accident...

NIAMEY : L’opération de déguerpissement au quartier Pays bas vire à l’émeute

19 octobre 2017
NIAMEY : L’opération de déguerpissement au quartier Pays bas vire à l’émeute

Les habitants du quartier Pays-bas, un quartier périphérique de Niamey situé près de l’aéroport, ont passé une matinée assez mouvementée ce jeudi 19 octobre. Tout est parti d’une opération de...

Expulsion des étudiants nigériens de l’IAI du Gabon : L’image du pays en jeu

17 octobre 2017
Expulsion des étudiants nigériens de l’IAI du Gabon : L’image du pays en jeu

Dans une correspondance en date du 11 Octobre 2017 adressée à la direction générale de la Documentation et de l’Immigration, l’Institut Africain de l’Informatique (IAI) du Gabon a décidé d’expulser...

Reddition des repentis des ex-combattants de Boko Haram dans la région de Diffa: les choses évoluent !

17 octobre 2017
Reddition des repentis des ex-combattants de Boko Haram dans la région de Diffa: les choses évoluent !

Il est un truisme de rappeler que la région de Diffa fait l'objet de cible et d'attaque des éléments du groupe terroriste Boko Haram depuis le 6 février 2015 avec...

Nigeria: ouverture d'un procès de masse concernant près de 1670 membres présumés de Boko Haram !

15 octobre 2017
Nigeria: ouverture d'un procès de masse concernant près de 1670 membres présumés de Boko Haram !

Selon les informations diffusées par RFI, les premières condamnations sont tombées hier vendredi 13 octobre 2017. Dans le cadre de ce procès, 45 peines d'emprisonnement ont été prononcées selon le...

Manifestations à l’Université de Niamey : Origines et enjeux sécuritaires

13 octobre 2017
Manifestations à l’Université de Niamey : Origines et enjeux sécuritaires

Résumé Le mois de septembre coïncide avec la rentrée académique au niveau Universitaire. A l’Université de Niamey, c’était le 04 septembre que les Etudiants étaientcenséseffectuer leur rentrée[1], cependant, celle-cifut «...