jeudi, 19 octobre 2017
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

C RentreePrgr-ACTUNiger

Forfait-Albarka 1200X500px-min

Elhadj Seini Omar HPR

Figure importante du paysage politique nigérien, Seini Oumarou, président du MNSD Nassara (le parti de l'ancien président Mahamadou Tandja), est aujourd'hui le haut représentant du président de la République du Niger, et ce après son ralliement à la majorité présidentielle à l'issue de la présidentielle de 2016.

Dans cette interview réalisée par correspondance, l'ancien opposant parle de sa cohabitation avec le parti présidentiel, de la menace terroriste dans la sous-région, de son ancien allié Hama Amadou aujourd'hui en exil en France.

Vous êtes aujourd'hui le haut représentant du chef de l'Etat nigérien. En quoi consiste cette fonction ? Est-ce une vice-présidence qui ne dit pas son nom ?

Ce n'est pas un poste de vice-président, et d'ailleurs, les missions, telles que définies dans le décret du 18 octobre 2016, le précisent bien.

Le HRPR est chargé, entre autres, de l'exécution des missions de Représentation du président de la République tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du territoire national ; de la conduite et de la gestion de projets à caractère politique, économique et/ou social à lui confiés par le chef de l'Etat.

Troisième force politique du pays, votre parti, le MNSD NASSARA a préféré rallier la majorité présidentielle en 2016. Qu'est-ce qui a motivé ce choix que certains de vos compatriotes jugent avant tout « alimentaire »?

Les motivations sont déclinées dans la déclaration officielle du Bureau politique national, rendue publique le 13 août 2016 et que nous résumons ainsi :

- Il s'agit d'abord de la question sécuritaire : Il n'est un secret pour personne, qu'au-delà du Niger, c'est toute la sous-région qui est l'objet d'attaques de tous genres.

Le Niger est particulièrement menacé de tous les côtés par des forces terroristes, à l'Est par le groupe Boko Haram, au Nord et à l'Ouest par des éléments djihadistes. Le dernier enlèvement de trente neuf de nos concitoyens ( Ndlr... .) prouve à suffisance que la question sécuritaire est une réalité qui mérite l'attention de tout le peuple nigérien.

Face donc à toutes ces agressions qui, si on n'y prend garde, risquent de déstabiliser l'Etat et ses institutions, nous avons jugé utile de converger vers une union sacrée, c'est-à-dire l'union de toutes les forces vives de la nation.

Car pour nous, il ne peut y avoir de démocratie sans Etat. Or, avec ces attaques qui, d'ailleurs, se généralisent de plus en plus dans la sous-région, c'est l'existence même de l'Etat qui pourrait être menacée.

- Ensuite, il y a la question de la stabilité politique et institutionnelle du pays. Cette situation est en lien avec la première, c'est-à-dire la question sécuritaire. Devons-nous passer tout notre temps à faire une guéguerre entre partis politiques ou entre alliances de partis politiques, alors même que l'Etat fait face à de telles menaces ?

Quel pays envisageons-nous de laisser aux générations futures si à travers nos guéguerres interminables nous contribuons à la fragilisation des institutions et du tissu social ? Je pense qu'il faut un dépassement de soi pour passer à l'essentiel, c'est-à- dire, ce que nous avons en commun de plus cher, c'est-à-dire Le Niger.

C'est pourquoi, fort de notre expérience de plusieurs années de gestion du pouvoir d'Etat et de l'envergure de notre parti sur l'échiquier politique national, nous avons pensé que nous pouvions contribuer à la création d'un climat social et politique apaisé sans pour autant renier nos propres convictions.

En somme, pour nous, la sécurité de la nation et la stabilité institutionnelle sont des conditions essentielles pour la consolidation de l'Etat de droit et la promotion économique et sociale de notre pays.

Salif Diallo, le président de l'Assemblée nationale burkinabè, grand ami du président Mahamadou Issoufou, a-t-il joué un rôle dans votre passage au camp du pouvoir actuel ainsi qu'on l'a entendu ?

Plusieurs personnalités ont voulu que nous nous rallions au PNDS dès la proclamation des résultats du premier tour de la présidentielle. Mais n'oublions pas que nous avions signé un protocole d'accord entre les partis de l'opposition dans le cadre de la Coalition pour l'Alternance 2016 (COPA 2016).

Ce protocole d'accord stipulait que parmi nous, le candidat qui viendrait au second tour doit être soutenu par les autres candidats. Le MNSD NASSARA est un parti qui a toujours respecté ses engagements, donc nous avons tenu à respecter la parole donnée.

Soulignons que les accords de la COPA sont électoraux, qui pouvaient continuer si l'un de nous avait été élu, malheureusement, cela n'a pas été le cas.

C'est dire qu'après les élections, chacun était libre de ses engagements. Et c'est donc en toute souveraineté, sans aucune pression, interne ou externe, que notre bureau politique national a décidé de se rallier à la majorité présidentielle.

Au cours d'une interview qu'il nous avait accordé juste après sa réélection, le président Issoufou disait qu'en démocratie on n'est pas obligé d'avoir une opposition. Etes-vous de cet avis ?

Nous pensons que l'essence même de la démocratie c'est une majorité qui gouverne et une opposition qui contrôle l'action gouvernementale.

Mais la question qu'il faut se poser est celle de savoir si dans nos pays africains, nous percevons bien notre rôle d'opposant quand nous sommes à l'opposition ?

Est-ce que l'opposition doit toujours s'activer pour juste s'opposer et détruire même les fondements de l'Etat ? Je pense que le président Issoufou veut parler de cette opposition nihiliste.

C'est-à-dire celle-là qui estime que, si ce n'est pas moi, ce n'est personne d'autre. Et c'est ce comportement que semble refléter les agissements de tous les acteurs politiques que nous sommes.

Je suis persuadé qu'ayant été opposant pendant de longues années, le président Issoufou ne peut pas envisager la suppression ou la disparition d'une institution aménagée par la Constitution et la loi. Il nous faut tous, majorité et opposition, repenser nos manières de faire pour ne pas mettre en cause les fondements de la démocratie.

Aujourd'hui, le régime auquel vous appartenez essuie des critiques tous azimuts, pointant du doigt sa gestion et des tentatives de musellement de la presse. Quelle analyse en faites vous ?

Le comportement de l'opposition et de la société civile est une manifestation tangible de la vivacité de la démocratie nigérienne.

Elles sont dans leur rôle de contrôle de l'action gouvernementale dans le cadre de la veille citoyenne. Leurs critiques, si elles sont faites dans un esprit constructif, doivent contribuer à interpeller les gouvernants afin de corriger les insuffisances.

Mais si elles sont faites dans un esprit de critique, c'est-à-dire sans raison objective, cela pourrait contribuer à la désarticulation même des fondements de l'Etat. Nous avons tous été, les uns et les autres, aussi bien au pouvoir, qu'à l'opposition.

Nous savons que la loi a organisé le rôle de chacun des deux pôles, opposition comme majorité. C'est dire que ce que nous devons faire, nous devons le faire conformément à la loi.

Et, surtout qu'au Niger nous avons eu la chance d'avoir créé un cadre de dialogue politique : Le Conseil national de dialogue politique (CNDP).

Les acteurs politiques doivent donc accepter de privilégier le dialogue. Je pense qu'après les marches, les déclarations, les communiqués de presse, il faut penser nécessairement à s'asseoir, échanger de manière consensuelle et veiller à la mise en œuvre du consensus obtenu.

Vous arrive-t-il dans ce ménage avec Tarraya d'avoir envie de claquer la porte parce que vous serviriez juste de faire valoir?

Nos rapports avec le PNDS ont été déterminés à travers un protocole d'accord qui tourne essentiellement sur la gestion du pouvoir d'Etat pour le bien commun.

Dans une entente mutuelle, nous faisons en sorte que ce protocole soit respecté et cela passe nécessairement par des rencontres au niveau des organes dirigeants.

S'il y a des problèmes, ce qui ne peut manquer, nous en discuterons entre alliés et trouverons nécessairement des solutions en vue d'une bonne collaboration.

Hama Amadou, l'un de vos anciens alliés, est aujourd'hui en exil en France. Etes-vous en contact avec lui ?

Nous n'avons aucun contact avec Hama sur le plan politique.

Que lui diriez-vous si vous l'aviez au téléphone ou en face de vous ?

Je lui dirais tout simplement, en tant que croyant, d'accepter avec sérénité et courage ce qui lui arrive. Cela fait partie de la vie de tout homme.

Pensez-vous que monsieur Hama Amadou devrait rentrer et faire face à la justice ?

Je ne voudrais pas faire des commentaires sur la vie d'un leader politique, surtout si cela est en rapport avec la justice.

Mais une chose est sûre, une situation d'exil est toujours dure, pour vous-même, pour votre famille et tous ceux qui vous sont chers.

Chacun a sa façon de résoudre les problèmes auxquels il est confronté dans la vie. Il ne me revient pas de dicter à qui que ce soit la conduite à tenir face à tel ou tel problème.

Votre mariage avec le parti au pouvoir, continuera-t-il après 2021 ? Autrement dit serez-vous candidat à la prochaine présidentielle ?

La question de ma candidature et des rapports de mon parti avec les autres partis n'est pas une question personnelle.

Le moment venu, ce sont les structures habilitées qui décideront qui sera le candidat et comment se feront les alliances.

Mais, je puis vous assurer que nous veillerons à ce que tout se fasse dans l'intérêt du Niger et du parti.

L'Observateur Paalga

Commentaires   

0 #1 ousmane 10-08-2017 14:13
Merci mon Président pour la sagesse.
Répondre | Signaler à l’administrateur
-1 #2 FRDDR 4 LIFE 10-08-2017 14:38
Pfffffffffff. Essaye toujours de le joindre et tu verras si il te répond. Tu as trahis le FRDDR.
Laisse nous tranquille et vas manger autant que ton ventre pourra.
Répondre | Signaler à l’administrateur
+3 #3 socle 10-08-2017 14:39
Les questions sont pauvres, elles manquent d'ingrédients
Répondre | Signaler à l’administrateur
-3 #4 OUMAROU Elh ADO 10-08-2017 15:18
Parole d'un sage et merci président
Répondre | Signaler à l’administrateur
-2 #5 dan dawra 10-08-2017 16:17
sage oui,le niger est heureux d'avoir un politicien comme Seyni Oumarou
Répondre | Signaler à l’administrateur
+3 #6 Renaissance 10-08-2017 16:40
Tout est préfabriqué et sur mesure (les questions comme les réponses)..
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #7 ADAMOU ISSA 10-08-2017 17:07
Réponse en provenance du commentaire précédent de FRDDR 4 LIFE :
Pfffffffffff. Essaye toujours de le joindre et tu verras si il te répond. Tu as trahis le FRDDR.
Laisse nous tranquille et vas manger autant que ton ventre pourra.

Il faut saisir et bien saisir la nuance dans réponse. Il dit qu'il n'a pas de contact avec lui sue le plan POLITIQUE. Cela ne veut pas dire qu'il na pas de contact du tout avec lui. A chacun sa compréhension et surtout son terrain de jeu. Sans débat !
Répondre | Signaler à l’administrateur
-3 #8 dambaba 10-08-2017 20:56
vive le mnsd nassara. qui dit mieux. la pondération. les réponses claires et sans ambiguïté ou faux fuiyants. le président du niger c'est vraiment seini Omar. merci mon président.
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #9 Daragolizé 11-08-2017 17:48
Foukaineisé je me demande les enfants sont fiers de son comportement, si vraiment Seyni est conscient qu'il est indigne.
Il faut chercher sasaler ou dondonkari,
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #10 Dan Bouza 11-08-2017 22:36
Moi suis du MNSD, mai la question me tarode ainsi que beaucoup de camarades, est de saoir pourquoi c'est au deuxième mandat de MI que la MNSD va rallier à la majorité, car les raisons le bureau politique a donné pour quitter l'opposition poltique prévallaient depuis 2013 lors de la guéguère avec les Albadé et qui avait contraint à tenir un congrès en plein air dans les champs sur la route de Tillabéry. Au passage je salue le déterminisme du PNDS à rester à l'opposition depuis que Issoufou a quitté la primature en 1994. En revenant àl'interview du président du MNSD, l'analyse de ses propos faire ressortir des zones d'ombre et des non dsciemment esquivées.
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #11 Dan Bouza 11-08-2017 22:40
#10 Dan Bouza 11-08-2017 22:36
Moi je suis du MNSD, mai la question qui me tarode ainsi que beaucoup de camarades, est de savoir pourquoi c'est au deuxième mandat de MI que le MNSD va rallier à la majorité, car les raisons que le bureau politique a donné pour quitter l'opposition poltique, prévallaient depuis 2013 lors de la guéguère avec les Albadé et qui avait contraint à tenir un congrès en plein air dans les champs sur la route de Tillabéry. Au passage je salue le déterminisme du PNDS à rester à l'opposition depuis que Issoufou a quitté la primature en 1994. En revenant àl'interview du président du MNSD, l'analyse de ses propos faire ressortir des zones d'ombre et des non dsciemment esquivées.
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #12 Dan Bouza 11-08-2017 22:44
Réponse en provenance du commentaire précédent de OUMAROU Elh ADO :
Parole d'un sage et merci président


Il aurait du le faire depuis 2013, ce n'est pas maintenant que le pays a sombré et continue de sombrer malgré l'arrivé du MNSD
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #13 Salissousoleydamo.12 12-08-2017 13:26
Donc ce qu'il a dit ce ça mais justement ils ont de contact entre eux et forcément aussi on parle politique.
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #14 douna koura 12-08-2017 17:28
bonnes réponses 10/10
Répondre | Signaler à l’administrateur
0 #15 Finance 13-08-2017 07:45
Notre groupe est en quette de personne responsable,dynamique,de bonne moralité pour nous représenter valablement en Afrique, dans le but de développer notre société dans les domaines d'activité a suivant: L'agriculture a grande échelle, la Construction des logements sociaux, l’élevage moderne ,le transport urbain, commerce import-export, la quincaille rie général, l’énergie renouvelable,l’extraction minière et autres. Si vous êtes alors intéressé par notre offre, veillez donc nous contacter via
Email: /
Répondre | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Forfait-Albarka 600X600px -min

android_actuniger_copie.jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1

Dans la même Rubrique

Fin la visite du Président de la République dans quatre pays : « Ce périple a été très fructueux et dans les prochains mois nous allons noter des retombées »

18 octobre 2017
Fin la visite du Président de la République dans quatre pays : « Ce périple a été très fructueux et dans les prochains mois nous allons noter des retombées »

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a indiqué que le périple qui l’a conduit à Djibouti, en Australie (visite d’Etat), en Indonésie (visite d’Etat) et...

Le Niger après Issoufou : Les visées chimériques de STJ

16 octobre 2017
Le Niger après Issoufou : Les visées chimériques de STJ

Après les visées chimériques de Nouhou Mahamadou Arzika, c’est au tour de Sanoussi Tambari Jackou (STJ) de partager les siennes en donnant les noms des hommes qui gouverneront le Niger...

Célébration du deuxième anniversaire du MPR-Jamhuriya : Albadé Abouba appelle à l’Unité Nationale

16 octobre 2017
Célébration du deuxième anniversaire du MPR-Jamhuriya : Albadé Abouba appelle à l’Unité Nationale

La quatrième force politique du Niger, le Mouvement Patriotique pour la République (MPR-Jamhuriya) a célébré ce 15 octobre 2017, le deuxième anniversaire de sa création. Les activités marquant cet événement...

Niger/Communication anti gouvernementale : Brigi sur le grill … Issoufou à bout portant !

13 octobre 2017
Niger/Communication anti gouvernementale : Brigi sur le grill … Issoufou à bout portant !

Une voix attribuée au Premier Ministre Brigi Rafini échangeant avec un collaborateur, fait depuis le 30 septembre « le buzz sur les médias sociaux », notent des journaux au Niger. Dans ce...

Visite de travail et d'amitié de SEM. Issoufou Mahamadou, à Perth (Australie Occidentale) : S'inspirer des riches expériences en matière d'exploitation des ressources minières

12 octobre 2017
Visite de travail et d'amitié de SEM. Issoufou Mahamadou, à Perth (Australie Occidentale) : S'inspirer des riches expériences en matière d'exploitation des ressources minières

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, en visite de travail et d’amitié, en Australie, a rencontré, mercredi, 11 octobre 2017, à Perth,  en Australie  Occidentale...

Des membres du Gouvernement à Zinder pour les préparatifs de la Fête Tournante du 18 Décembre 2018

11 octobre 2017
Des membres du Gouvernement à Zinder pour les préparatifs de la Fête Tournante du 18 Décembre 2018

Les Ministres de l’Equipement  Kady Abdoulaye, des Domaines et de l’Habitat, Maman Waziri et  celui  de la Ville,  Salah Habi  étaient le week-end dernier à Zinder, dans  le cadre des...